Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

Des étudiants universitaires en grève partielle en solidarité avec les otages

L'action devait durer 250 minutes, pour marquer le 250e jour de la guerre entre Israël et le Hamas, ou 120 minutes, en référence au nombre d'otages toujours retenus à Gaza

Des manifestants appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza, devant les quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 8 juin 2024. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Des manifestants appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza, devant les quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 8 juin 2024. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Les étudiants des universités israéliennes ont entamé une grève partielle jeudi en solidarité avec les Israéliens enlevés par le groupe terroriste palestinien du Hamas et retenus à Gaza.

Organisée par l’Union nationale des étudiants israéliens (NUIS), la grève devait durer 250 minutes, pour marquer le 250e jour de la guerre entre Israël et le Hamas, ou 120 minutes, en l’honneur du nombre d’otages restants à Gaza.

Dans certaines universités, dont l’Université hébraïque de Jérusalem, l’Université de Tel Aviv et l’Université Ben Gurion du Néguev, le syndicat étudiant a appelé à une grève d’une journée entière, a rapporté Ynet.

Certains membres de familles d’otages devaient participer aux événements de la journée, et la grève a été organisée avec le soutien du Forum des familles des otages et disparus, qui, dans une déclaration, a exprimé son soutien aux étudiants et a appelé à la poursuite des négociations avec le Hamas afin de « ramener tout le monde à la maison ».

Un grand nombre d’étudiants étaient présents au Festival Supernova, qui a été l’une des cibles des terroristes du Hamas le 7 octobre. Noa Argamani, étudiante à Ben Gurion, qui a récemment été secourue, faisait partie des otages.

« Les 120 personnes enlevées et retenues captives par le Hamas à Gaza vivent 250 jours d’une agonie inimaginable. Nous nous sommes réjouis du retour de Noa Argamani, étudiante à l’Université Ben Gurion, ainsi que de trois autres personnes enlevées, mais nous ne devrions pas accepter la situation insupportable dans laquelle 120 autres personnes sont toujours en captivité, y compris nos étudiants dont nous espérons tous qu’ils reviendront bientôt », a déclaré Elchanan Felhimer, président du NUIS, dans un communiqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.