Manifestations à Gaza pour soutenir le travailleur humanitaire accusé de financer le Hamas
Rechercher

Manifestations à Gaza pour soutenir le travailleur humanitaire accusé de financer le Hamas

Les Palestiniens demandent la libération de Mohamed Halabi ; l'Allemagne suspend ses dons à l'ONG

Manifestation de soutien à Mohammed Halabi, directeur pour Gaza de World Vision, à Gaza Ville, le 7 août 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Manifestation de soutien à Mohammed Halabi, directeur pour Gaza de World Vision, à Gaza Ville, le 7 août 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Des dizaines d’enfants et de Palestiniens de la bande de Gaza se sont rassemblés dimanche en solidarité pour un travailleur humanitaire local accusé d’avoir détourné des dizaines de millions de dollars de dons internationaux pour financer le groupe terroriste Hamas.

Les Palestiniens, qui ont bénéficié de l’aide de World Vision dans la bande de Gaza se sont rassemblés devant le siège de World Vision dans la ville de Gaza et ont exigé que Muhammad Halabi, qui est surnommé « le sauveur de l’humanité », soit libéré immédiatement.

World Vision, une ONG internationale chrétienne dont le siège se situe dans l’État de Washington et au Royaume-Uni, intervient dans près de 100 pays. Avec un budget d’environ 2,6 milliards de dollars et près de 50 000 employés, c’est l’une des plus grandes organisations américaines qui opère en Israël, en Cisjordanie et à Gaza depuis les années 1970.

Jeudi dernier, Israël a accusé Halabi d’avoir détourné des dizaines de millions de dollars en matériel et en argent au profit du Hamas, y compris pour sa branche armée.

Un responsable du Shin Bet a déclaré que les fonds s’élevaient à un montant supérieur à 7 millions de dollars par an et que 60 % des coûts d’exploitation de l’ONG auraient été prétendument détournés.

Une partie de l’argent a été utilisée pour financer des tunnels d’attaque du Hamas en Israël, a indiqué l’agence de renseignement intérieur.

Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l'organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016, pour avoir détourné les fonds de l'organisme de bienfaisance au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : Capture d'écran World vision)
Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l’organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016, pour avoir détourné les fonds de l’organisme de bienfaisance au profit de l’organisation terroriste. (Crédit : Capture d’écran World vision)

Le Shin Bet a déclaré que Halabi avait avoué les faits pour lesquels il était accusé lors d’un interrogatoire au cours du weekend. Dimanche, l’avocat de Halabi a déclaré à Reuters que son client avait nié toutes les accusations portées contre lui.

Les responsables israéliens ont, la semaine dernière, exprimé leur colère sur ce que le Shin Bet a décrit comme étant un « mécanisme systématique et sophistiqué » construit par Halabi pour détourner jusqu’à 50 millions de dollars au cours de ces années pour le groupe qui gouverne la bande de Gaza, en montant des projets humanitaires fictifs et en falsifiant les factures pour les gonfler afin d’obtenir des fonds pour le Hamas.

Lundi, un porte-parole de World Vision a déclaré qu’ « il y a un énorme fossé » dans les sommes d’argent présentées par l’enquête du Shin Bet sur Halabi.

L’organisation, qui la semaine dernière a déclaré qu’elle était « choquée » par les allégations et qu’elle n’avait « aucune raison de croire » qu’elles étaient vraies, a cessé ses opérations à Gaza en raison de l’enquête sur Halabi.

La porte-parole de World Vision Allemagne, Silvia Holten, a lundi remis en cause les affirmations israéliennes, en affirmant que le budget de l’ONG à Gaza au cours de la dernière décennie s’était totalisé à 22,5 millions de dollars et que par conséquent la confession de Halabi qui dit avoir détourné jusqu’à 50 millions de dollars en dons était incroyablement élevé.

« Il y a un écart énorme entre les chiffres du gouvernement israélien et ce que nous savons », a déclaré Holten.

Une photo prise le 4 août 2016, qui montre les bureaux de l'ONG chrétienne basée aux Etats-Unis, World Vision, à Jérusalem-est (Crédit : AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI)
Une photo prise le 4 août 2016, qui montre les bureaux de l’ONG chrétienne basée aux Etats-Unis, World Vision, à Jérusalem-est (Crédit : AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI)

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, s’est demandé si le budget de l’organisation ne comprenait pas les dons en nature.

« Ils essaient de minimiser leur rôle et de montrer qu’ils sont beaucoup plus petits que ce qu’ils sont vraimentn», a déclaré Nakhshon au sujet de World Vision. Il n’a pas fourni la preuve de ce qu’il avançait mais a déclaré que l’équipe juridique de Halabi aura accès aux preuves. Il a ajouté que Halabi avait avoué ses crimes.

Holten a déclaré que le budget de World Vision inclut les dons en nature mais qu’elle n’a pas fourni un rapport détaillé des dépenses de l’organisation à Gaza au cours des dernières années. Elle a ajouté que World Vision réalise des audits internes rigoureux et demande des audits externes menés par des sociétés extérieures également.

Dans le sillage de cette arrestation, l’Allemagne et l’Australie ont suspendu leurs dons à World Vision à Gaza.

Halabi, qui est âgé d’une trentaine d’années et est originaire de Jabalia dans la bande de Gaza, a été arrêté le 15 juin alors qu’il traversait la frontière entre Israël et Gaza.

Le Shin Bet a déclaré que Halabi a suivi un entraînement militaire du Hamas ainsi qu’une formation organisationnelle au début des années 2000 et a été « planté » par le groupe chez World Vision en 2005, où il a gravi les échelons pour devenir directeur de la branche de Gaza.

« Il a commencé à mener des opérations de sécurité pour l’aile militaire du Hamas, qui représentait essentiellement l’exploitation des fonds de l’organisation pour la fortification du Hamas », a déclaré le Shin Bet.

Pour détourner les fonds, le Shin Bet a expliqué que Halabi a lancé des projets fictifs destinés à aider les agriculteurs, les handicapés et les pêcheurs.

Un membre du Jihad islamique palestinien dans un tunnel, le 6 mars 2015 (Crédit : afp)
Un membre du Djihad islamique palestinien dans un tunnel, le 6 mars 2015 (Crédit : AFP)

Il aurait listé des membres du Hamas comme étant travailleurs sur ces projets et falsifiait des factures qu’il gonflait, selon le Shin Bet. Les entreprises engagées pour mener à bien certains projets dans le cadre de ces offres fictives était « mises au courant » que 60 % des fonds pour le projet étaient destinées au Hamas, a ajouté le Shin Bet dans sa déclaration avant de préciser que certaines parties du budget de World Vision étaient utilisées pour payer les salaires des agents du Hamas.

Le Shin Bet a également déclaré que Halabi transférait au Hamas des matériaux tels que l’acier, des équipements de forage et des tuyaux qui étaient destinés au programme agricole de World Vision. Des milliers de paquets avec de la nourriture et de l’aide médicale reçus mensuellement auraient été détournés vers les membres du Hamas et leurs familles au lieu d’être distribués aux civils gazaouis.

Au-delà de l’achat des armes et du forage des tunnels, les fonds ont également contribué à construire des bases militaires, dont une qui a été construit en 2015 entièrement à partir de l’argent de l’aide britannique, selon le Shin Bet.

L’agence de sécurité a également déclaré que depuis son arrestation, Halabi a divulgué des renseignements sur les employés travaillant pour les agences des Nations unies et d’autres ONG qui aident aussi le Hamas, sans donner plus de précisions.

Lundi, le coordinateur de l’ONU, Robert Piper a déclaré dans un communiqué que les accusations d’Israël contre Halabi « suscitent de graves préoccupations pour les organisations humanitaires travaillant dans la bande de Gaza ».

« Détourner l’aide adressée à ses bénéficiaires serait une trahison profonde de la confiance qu’un employeur met dans son cadre et des donateurs de fonds de l’organisation », a déclaré Piper.

« Tout le monde paierait un prix élevé pour de tels actes – les bénéficiaires et l’effort d’aide en général aussi. Si cela est prouvé par une procédure légale, ces actions méritent une condamnation sans réserve ; les citoyens démoralisés et vulnérables de Gaza méritent tellement mieux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...