Des hôtels de quarantaine vont ouvrir à Jérusalem, Bnei Brak et Beit Shemesh
Rechercher

Des hôtels de quarantaine vont ouvrir à Jérusalem, Bnei Brak et Beit Shemesh

Les autorités intensifient leurs efforts dans la communauté Haredi qui représente la moitié des cas de Covid-19 ; les rabbins de Bnei Brak exhortent le public à coopérer

L'hôtel Dan Panorama à Jérusalem transformé en centre d'hébergement pour isoler les patients atteints de cas légers de coronavirus, le 17 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
L'hôtel Dan Panorama à Jérusalem transformé en centre d'hébergement pour isoler les patients atteints de cas légers de coronavirus, le 17 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Trois hôtels et des yeshivot se préparaient à servir lundi de centres de quarantaine spéciaux pour la communauté ultra-orthodoxe, alors que le gouvernement et les autorités religieuses intensifient la lutte contre la propagation du coronavirus dans les zones densément peuplées de Haredim.

Les ultra-orthodoxes représentent environ la moitié des patients atteints du Covid-19 traités dans divers hôpitaux du pays, selon des chiffres non officiels cités par les deux principales chaînes d’information israéliennes dimanche soir.

Ces informations surviennent dans un contexte d’impatience croissante des autorités à l’égard de la communauté ultra-orthodoxe, dont certains membres semblent faire fi des consignes gouvernementales limitant les rassemblements, les déplacements et les activités de la population – imposées dans le but de freiner la propagation du virus, qui a jusqu’à présent infecté plus de 4 000 Israéliens.

Deux hôtels se préparent à accueillir des malades ultra-orthodoxes dès mardi, et deux autres devraient ouvrir à une date ultérieure, a rapporté la Douzième chaîne lundi matin.

Les hôtels répondront aux besoins de cette communauté, notamment la nourriture avec une supervision casher stricte et la séparation des hommes et des femmes.

Il n’a pas été possible de savoir immédiatement quels hôtels étaient concernés. La municipalité de Jérusalem a déclaré que le maire Moshe Lion avait reçu l’ordre du ministre de l’Intérieur Aryeh Deri d’ouvrir deux établissements hôteliers à l’ouest de la ville et deux à l’est, indiquant qu’ils étaient également destinés à accueillir des membres de la communauté arabe, dont beaucoup vivent dans une densité de population similaire à celle des ultra-orthodoxes. La Douzième chaîne a indiqué que des hôtels devaient être réquisitionnés dans les villes de Bnei Brak et Beit Shemesh.

L’initiative est survenue après que les responsables ont compris qu’il était extrêmement difficile de créer une quarantaine efficace dans les villes et les quartiers à majorité haredi, qui sont très denses et très soudés, avec des familles nombreuses entassées dans de petits appartements.

Des jeunes filles juives ultra-orthodoxes portent des masques lors des célébrations de la fête juive de Pourim à Bnei Brak, le 10 mars 2020. (AP/Oded Balilty)

Dans la mesure où la stratégie du ministère de la Santé pour alléger une partie de la charge des hôpitaux a été d’exiger la mise en quarantaine à domicile de nombreux porteurs du virus présentant des symptômes légers ou n’en présentant pas, la solution était nécessaire pour créer un confinement efficace qui est impossible à réaliser dans de nombreux quartiers ultra-orthodoxes.

En outre, un autre centre de quarantaine sera ouvert par la municipalité de Bnei Brak dans un bâtiment vide qui abrite normalement un séminaire religieux. Il a été converti en maison d’hôtes avec des chambres privées et des repas quotidiens.

Dans un premier temps, ce bâtiment accueillera des dizaines de personnes qui n’ont pas été testées positives, mais qui sont tenues par le ministère de la Santé de se mettre en auto-quarantaine pendant 14 jours après leur retour de l’étranger ou après avoir été à proximité d’un porteur confirmé. Par la suite, il accueillera des centaines de personnes.

Les nouveaux complexes ont été accueillis favorablement par les principaux rabbins de Bnei Brak, qui ont publié un appel aux habitants pour qu’ils coopèrent à ces efforts. Les autorités espèrent que cela permettra d’arrêter la rapide propagation actuelle du virus dans la communauté haredi.

Dimanche, le cabinet a tenu une longue discussion sur la manière d’encourager un respect plus strict des restrictions liées au Covid-19 au sein de la communauté ultra-orthodoxe.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, (à gauche), s’entretient avec le ministre de la Santé Yaakov Litzman lors d’une réunion à Jérusalem, le 4 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Au cours de la réunion, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, a été entendu en tant que représentant du gouvernement sur cette question, selon la Douzième chaîne.

Le cabinet devait tenir une autre réunion pour décider de nouvelles restrictions sur les déplacements et l’économie dimanche soir, mais elle a été repoussée à lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...