Des Israéliens bloqués en France exhortent les autorités à agir
Rechercher

Des Israéliens bloqués en France exhortent les autorités à agir

Un groupe WhatsApp a été mis en place pour les Israéliens bloqués en France ; les autorités leur conseillent de voyager depuis Francfort - une procédure compliquée

Le hall des départs à l'aéroport international Ben Gurion presque vide, près de Tel Aviv, le 25 janvier 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Le hall des départs à l'aéroport international Ben Gurion presque vide, près de Tel Aviv, le 25 janvier 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Un groupe WhatsApp a été mis en place pour les Israéliens actuellement bloqués en France en raison de la fermeture de l’aéroport Ben Gurion et de l’interdiction de voyager.

La discussion, accessible à cette adresse, permet d’obtenir aide et conseils pour les personnes dans ce cas, dont certaines se retrouvent dans une situation précaire. Les participants tentent ainsi de trouver des solutions pour pouvoir rentrer en Israël.

Eric Haouzi, chef d’entreprise franco-israélien, gère le groupe et tente actuellement de débloquer la situation auprès des autorités israéliennes afin qu’elles mettent en place un vol de rapatriement depuis Paris. L’homme était venu en France le 24 janvier avec sa famille pour raisons médicales et se retrouve désormais bloqué dans l’Hexagone – il a appris par les hôtesses de l’air durant son vol aller que son retour à Tel Aviv serait compliqué, les autorités israéliennes ayant annoncé la fermeture de l’aéroport Ben Gurion pour le soir même.

M. Hazoui a ainsi rencontré ce lundi Michel Lugassy-Harel, consul d’israël en France. Si le diplomate a compati à leur situation, il a conseillé aux personnes bloquées en France (Israéliens comme étrangers ayant voyagé hors d’Israël avant le 25 janvier) de se rendre à Francfort pour pouvoir, de là-bas, prendre un vol de rapatriement vers Israël (les prochains sont prévus du 16 au 19 février).

Sauf que la procédure – détaillée ci-dessous et sur le site de la compagnie Israir, qui propose ces vols – reste compliquée, qui plus est pour des familles entières et alors que certains citoyens rapportent être maintenant bloqués à Francfort, faute d’avoir reçu une autorisation à voyager de la Commission spéciale gérant les demandes d’entrée, dirigée par Tzachi Hanegbi (Likud), à la tête du ministère des Affaires communautaires.

Contacté par le Times of Israël pour une demande de commentaire, le ministère des Affaires étrangères israélien rappelle que l’interdiction actuelle de voyager a été prise au niveau gouvernemental, et qu’un comité a été mis en place pour gérer les demandes d’exemption (en suivant la procédure décrite ci-dessous) de citoyens qui souhaitent rentrer en Israël. Aucun vol spécial de rapatriement n’est pour l’instant confirmé au départ de Paris, mais le député francophone Yossi Taieb (Shas), en contact avec Eric Hazoui, tente d’en organiser un ces prochains jours.

En outre, Eric Hazoui explique qu’aucune aide financière n’a été mise en place par les autorités israéliennes pour ceux bloqués en France ou en Europe qui seraient dans une situation financière critique, Michel Lugassy-Harel leur conseillant de contacter les antennes locales du Habad.

Actuellement, pour voyager vers Israël depuis Francfort, il faut remplir un formulaire et joindre des preuves à la nécessité de voyager à ces adresses : pour Israéliens ; pour étrangers. Un certificat par les autorités sera ensuite remis pour confirmer la possibilité du voyage – ceux qui ne l’auraient pas obtenu risquent fortement de ne pas pouvoir voyager.

Il faut également prévoir : un test PCR, réalisé jusqu’à 72h avant le voyage ; une attestation de déplacement pour se déplacer entre pays européens et une attestation pour sortir hors du territoire européen ; et une déclaration d’entrée en Israël à remplir dans les 24h avant le voyage.

Il faut aussi prendre rendez-vous pour effectuer un second test PCR à l’aéroport Ben Gurion en fonction du jour et de l’heure de l’arrivée via le site Checktofly.

Une quarantaine (de 14 jours depuis l’heure d’arrivée en Israël ou de 10 jours si deux tests négatifs ont été réalisés le 1er et le 9è jour) sera à effectuer une fois arrivé à Tel Aviv, obligatoirement dans un hôtel sauf cas particulier (jugé comme tel par les autorités à l’arrivée). Arrivé a l’hôtel, une exemption pour pouvoir réaliser le confinement chez soi pourra être envoyée via ce lien.

Israir décrit également la procédure à suivre pour les personnes qui souhaitent elles quitter Israël.

Illustration : Un vol Israir décollant de l’aéroport international Ben Gurion, à Tel Aviv, le 3 septembre 2015. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Outre ces vols de rapatriement, l’autre solution pour se rendre en Israël actuellement est celle de réserver un vol privé, très cher.

Les vols internationaux vers et depuis Israël, quasi tous suspendus depuis le 25 janvier, outre ces vols de rapatriement, ne reprendront pas avant le 20 février, a annoncé vendredi le gouvernement qui maintient aussi la fermeture des frontières terrestres.

La ministre des Transports, Miri Regev, a toutefois confirmé dimanche à la radio militaire que le gouvernement autorisait les Israéliens coincés hors du pays à revenir avec des avions spéciaux avant le 20 février, en suivant la procédure décrite ci-dessus.

Les vols au départ d’Israël se limitent actuellement aux personnes qui vont se faire soigner à l’étranger, aux travailleurs essentiels, aux Israéliens devant partir pour remplir une obligation légale, à ceux qui doivent assister aux funérailles d’un proche et aux non-citoyens quittant le pays ou se rendant d’un lieu de résidence à un autre. Ceux qui ont besoin de voyager pour d’autres circonstances particulières doivent soumettre leur demande pour qu’elle soit examinée par la commission ministérielle.

Le gouvernement a renforcé les mesures de lutte contre le coronavirus ces dernières semaines afin d’empêcher la propagation de l’épidémie, aggravée par les variants anglais et sud-africain du virus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...