Des Israéliens rejoignent un avant-poste après des attaques de Palestiniens
Rechercher

Des Israéliens rejoignent un avant-poste après des attaques de Palestiniens

3 familles vont s'installer dans des caravanes de l'avant-poste de Mevaser, censé devenir une zone industrielle ; le ministère de la Défense dit qu'il n'a pas été prévenu

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des résidents de l'implantation de Kiryat Arba assistent à une cérémonie à l'avant-poste de Mevaser marquant l'arrivée des premières familles dans la communauté des collines en réponse à la récente vague d'attaques palestiniennes le 16 décembre 2018. (Conseil local de Kiryat Arba Hébron)
Des résidents de l'implantation de Kiryat Arba assistent à une cérémonie à l'avant-poste de Mevaser marquant l'arrivée des premières familles dans la communauté des collines en réponse à la récente vague d'attaques palestiniennes le 16 décembre 2018. (Conseil local de Kiryat Arba Hébron)

Des Israéliens se sont installés dans un avant-poste juste au nord de l’implantation de Kiryat Arba, dans le sud de la Cisjordanie, dimanche, en réaction aux récentes attaques terroristes palestiniennes.

« Nous avons pris cette décision à la lumière des terribles nouvelles qui ont frappé le peuple israélien la semaine dernière et qui nous ont incités à installer définitivement des familles à Givat Mevaser », a déclaré Eliyahu Libman, président du conseil local de Kiryat Arba, dans un communiqué envoyé aux résidents.

La municipalité a organisé une cérémonie en présence de dizaines de résidents dimanche soir, en l’honneur des trois familles qui ont choisi de s’installer dans les caravanes qui étaient vacantes depuis mars dernier.

Des soldats de Tsahal étaient sur place pendant la cérémonie pour assurer la protection des Israéliens.

Des enfants jouent à l’avant-poste de Mevaser, près de Kiryat Arba, le 16 décembre 2018. (Conseil local de Kiryat Arba Hébron)

« Kiryat Arba-Hébron, la capitale de la Judée, accueille nos frères à Binyamin et dans tout le pays et appelle (le gouvernement) à prendre des mesures supplémentaires pour renforcer et étendre les implantations et la souveraineté (israélienne) dans les territoires, » a déclaré Libman aux habitants lors de cette cérémonie.

Bien que les résidents n’aient pas tous les permis nécessaires pour déménager, M. Libman a souligné dans son communiqué que le site se trouve sur ce qui est considéré comme une terre d’État, par opposition à des terres palestiniennes privées.

En mars dernier, quatre caravanes ont été installées à l’avant-poste de Mevaser dans le cadre d’une nouvelle zone industrielle que la municipalité locale est en train de construire à la mémoire des soldats morts au combat et de Benaya Sarel et Eliav Gelman, beaux-frères qui ont tous deux grandi à Kiryat Arba.

Le terrain sur lequel la zone est située, à près d’un kilomètre au nord de la clôture de l’implantation, a été saisi par l’État en 1982 et a été désigné comme terrain à bâtir pour une zone industrielle de Kiryat Arba six ans plus tard.

L’agence de presse officielle Wafa de l’Autorité palestinienne a rapporté que la terre appartenait à trois familles palestiniennes de Hébron.

L’administration civile – l’organisme du ministère de la Défense qui autorise la construction en Cisjordanie – a déclaré à l’époque que les structures avaient été installées « conformément à toutes les procédures légales ».

Cependant, le plan de construction approuvé par l’Administration civile concernait une zone industrielle et non des maisons résidentielles. Le déménagement des résidents dans les caravanes serait donc illégal. Un fonctionnaire du ministère de la Défense a déclaré que les résidents n’avaient pas coordonné le déménagement avec son bureau. Une porte-parole de la ville a déclaré que les résidents étaient en train de modifier le plan du bâtiment pour permettre un usage résidentiel.

Une grue dépose une caravane au sommet de la colline d’une nouvelle zone industrielle dans l’implantation de Kiryat Arba en Cisjordanie, le 6 mars 2018. (Capture d’écran/Facebook)

Le déménagement des résidents à l’extérieur de Kiryat Arba a eu lieu trois jours seulement après l’installation par les Israéliens de deux caravanes au sommet de la colline où se trouvait autrefois l’avant-poste illégal d’Amona en Cisjordanie centrale, qui prétend avoir acheté les terres aux Palestiniens voisins.

La violence palestinienne qui a sévi la semaine dernière dans toute la Cisjordanie a poussé les dirigeants des implantations à demander au gouvernement de permettre à l’armée de prendre des mesures punitives contre les Palestiniens, en plus d’étendre les implantations israéliennes.

Des résidents d’implantations installent deux caravanes sur le sommet de la colline où se trouvait l’avant-poste illégal d’Amona le 13 décembre 2018. (Bezalel Smotrich/Twitter)

Des groupes de jeunes résidents d’implantations ont réagi à ces actes de violence en lançant des pierres sur des véhicules palestiniens dans toute la Cisjordanie, en tirant à balles réelles sur des maisons des villages de Ein Yabroud et Beitin et en attaquant un conducteur de bus palestinien dans le camp de Modiin Illit. Plus d’une douzaine de Palestiniens ont été blessés dans ces diverses attaques, selon le ministère palestinien de la Santé à Ramallah.

Les dirigeants des implantations ont demandé au gouvernement de prendre de vastes mesures punitives à l’encontre des Palestiniens en réponse aux dernières attaques. Ceci s’ajoute aux demandes de construction d’implantations supplémentaires. M. Netanyahu a répondu aux appels de jeudi dernier en annonçant qu’il avait ordonné au gouvernement – par l’intermédiaire du procureur général Avichai Mandelblit – de légaliser quelque 2 000 maisons illégales construites sur des terres palestiniennes privées en Cisjordanie. En outre, il a chargé le ministère de la Défense de faire avancer les plans de construction de 82 maisons dans l’implantation d’Ofra et de nouvelles zones industrielles dans celles de Beitar Illit et Avnei Hefetz.

Lundi, la commission des Lois a adopté la loi dite de régulation 2, qui charge le comité de légalisation des avant-postes nommé par la Knesset de légaliser 66 communautés illégales sur les collines dans les deux années qui viennent. Entre-temps, le projet de loi empêche la démolition de ces avant-postes et fait en sorte qu’ils reçoivent tous les services gouvernementaux.

Israeli soldiers, medical officials and police inspect the scene of a terrorist shooting attack near Givat Assaf, in the central West Bank, on December 13, 2018. (Hadas Parush/Flash90)

Alors que la communauté internationale considère que toutes les activités de peuplement sont illégales, Israël fait la distinction entre les implantations légales construites et autorisées par le ministère de la Défense sur des terres appartenant à l’État et les avant-postes illégaux construits sans permis, souvent sur des terres privées palestiniennes.

Bien que certains ministères gouvernementaux ne financent pas actuellement les avant-postes dans la même mesure qu’ils financent les implantations, les autorités locales israéliennes de Cisjordanie assument depuis longtemps la responsabilité financière des communautés illégales, leur assurant le raccordement de l’eau, l’électricité et les services publics nécessaires. En outre, l’armée israélienne consacre des ressources considérables à leur protection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...