Des Juifs israéliens prévoient une campagne de sensibilisation pour renverser le ‘coup bas’ du mur Occidental
Rechercher
'Un mur pour un peuple'

Des Juifs israéliens prévoient une campagne de sensibilisation pour renverser le ‘coup bas’ du mur Occidental

Après avoir rencontré Netanyahu, le chef des Fédérations Jerry Silverman a souligné une stratégie à deux volets pour 'dégeler' le plan de construction d'un pavillon pluraliste. Il combattra aussi le projet de loi sur les conversions

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Jerry Silverman, directeur exécutif des Fédérations juives d'Amérique du Nord, à l'Assemblée générale de 2012. (Crédit : JFNA/JTA)
Jerry Silverman, directeur exécutif des Fédérations juives d'Amérique du Nord, à l'Assemblée générale de 2012. (Crédit : JFNA/JTA)

Tandis que les dirigeants des mouvements réformés et conservateurs ont annulé leurs rencontres prévues avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu cette semaine suite à l’annonce du gel de la décision gouvernementale « historique » qui avait été prise en janvier 2016 de construire un pavillon pluraliste de prière, cela n’a pas été le cas du chef des Fédérations juives d’Amérique du nord (JFNA).

« Nous sommes les représentants de toutes les communautés juives et j’ai pensé qu’il était important que [Netanyahu] entende directement ce qu’ont à dire les communautés », a déclaré le président des JFNA au Times of Israël depuis la Knesset, mardi.

Et maintenant, a ajouté Silverman, lui et d’autres leaders de la Diaspora sont déterminés à riposter – en faveur de la mise en oeuvre de l’accord passé sur le mur Occidental tel qu’il a été initialement convenu et également pour défier le nouveau projet de loi gouvernemental sur les conversions.

La rencontre de lundi avec le Premier ministre a été « véritablement une réunion d’écoute. Le Premier ministre a été vivement intéressé d’entendre et d’écouter… Il s’est montré incroyablement respectueux et disposé à écouter la réponse de chacun autour de la table – et sans filtres », a dit Silverman.

Comme de nombreux autres chefs des communautés juives de la Diaspora, Silverman se trouve actuellement en Israël pour participer au conseil d’administration annuel de l’Agence juive. Il a expliqué qu’il avait été désagréablement surpris par l’annonce faite par Netanyahu, dimanche, du gel de l’accord du mur Occidental, une convention initiée par le Premier ministre lui-même et qui, après trois ans et demi de négociations, avait donné lieu en janvier 2016 à un compromis surnommé « Un mur pour un peuple ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite le mur Occidental dans la Vieille ville de Jérusalem le 28 février 2015 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite le mur Occidental dans la Vieille ville de Jérusalem le 28 février 2015 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

« Voir l’accord en dormance pendant dix-huit mois puis, un jour, le voir gelé pour des raisons politiques, c’est avoir le sentiment d’avoir été victime d’un coup bas et d’avoir été complètement dévalorisé », a dit Silverman.

« C’est une insulte directe », a-t-il ajouté.

Suite à l’annonce de dimanche, Silverman et les autres chefs ont promis de se battre en faveur de la mise en oeuvre du plan. En même temps, ils luttent actuellement contre un projet de loi portant sur les conversions à la Knesset, qui centraliserait toutes les conversions au sein du grand rabbinat d’Israël – une institution de plus en plus ultra-orthodoxe.

Même si les leaders examinent encore les initiatives à prendre, il y a la tentative d’une approche en deux volets : la sensibilisation de l’opinion publique au sein des citoyens israéliens sur l’importance, pour la communauté juive de la Diaspora, du pavillon de prière pluraliste et de conversions indépendantes à différents mouvements, et l’augmentation des activités de lobbying sur les membres de la Knesset et sur les ministres du gouvernement.

« Nous sommes en train de développer une stratégie pour monter une campagne visant à convaincre la Knesset et tous les Israéliens des raisons pour lesquelles le plan du Kotel [mur Occidental] est tellement important », a-t-il indiqué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 25 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 25 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Silverman a expliqué que les Fédérations, qui travaillent en tandem avec l’Agence juive, prévoyaient de faire venir des ‘prescripteurs » pour expliquer l’importance des deux questions, celle du mur Occidental et celle des conversions indépendantes.

« Nous allons mettre en place une véritable campagne pour raconter notre histoire et riposter », a-t-il précisé. Il a déclaré que les Fédérations nourrissent l’espoir que le « gouvernement fera preuve de créativité » pour restructurer le projet de loi sur les conversions, comme il l’avait déjà fait lorsque des lois similaires avaient été menacées en 1987, 1997 et en l’an 2000.

Même si environ 85 % des communautés juives représentées par les JFNA sont non-orthodoxes, un grand nombre de Fédérations, a-t-il dit, soutiennent et financent le mouvement relativement nouveau de Giyur Kahalacha, qui permet des conversions selon la loi juive orthodoxe (halakha), mais hors de la bureaucratie du Grand rabbinat.

En 2016, Giyur Kahalacha a procédé à plus de 400 conversions, ce qui constitue 20 % des conversions orthodoxes (hors armée israélienne) qui ont eu lieu dans l’état d’Israël, selon le rabbin Seth Farber, qui dirige le mouvement Giyur Kahalacha.

Le rabbi d'Efrat Shlomo Riskin (deuxième à gauche) pendant un examen de conversion au tribunal rabbinique Giyur Kahalacha, en novembre 2015. (Crédit : autorisation)
Le rabbi d’Efrat Shlomo Riskin (deuxième à gauche) pendant un examen de conversion au tribunal rabbinique Giyur Kahalacha, en novembre 2015. (Crédit : autorisation)

« La première année montre une tendance réellement positive que nous constatons à partir des données de Giyur Kahalacha », a estimé Silverman. (Il est impossible pour l’instant, a-t-il ajouté, de déterminer si le projet de loi en suspens influencera les conversions aux mouvements réformé et conservateur en Israël).

Plus de détails seront communiqués lorsque les chefs de la communauté juive finaliseront la mise au point de leur stratégie, a dit Silverman.

« Le fait est que nous sommes un seul peuple juif. Point final. C’est ce que nous sommes », a-t-il conclu.

— Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...