Des médecins israéliens utilisent des radiations pulmonaires contre la COVID-19
Rechercher

Des médecins israéliens utilisent des radiations pulmonaires contre la COVID-19

Cette procédure, nouvelle en Israël, suscite l'espoir chez certains médecins au niveau international, mais d'autres mettent en garde contre un éventuel risque de cancer

Une femme subissant une radiothérapie pour un cancer du poumon. (iStock)
Une femme subissant une radiothérapie pour un cancer du poumon. (iStock)

Les médecins du centre médical Sheba, près de Tel Aviv, sont sur le point d’irradier les poumons des patients atteints de coronavirus, après que le ministère de la Santé a approuvé un essai de 30 personnes, le premier en Israël pour cette thérapie expérimentale.

La pandémie de coronavirus a laissé les médecins du monde entier aux prises avec des inflammations pulmonaires difficiles à traiter, que beaucoup n’avaient jamais vues auparavant.

Les médecins de Sheba pensent que des radiations ciblées sur les poumons pourraient y ralentir l’inflammation, et prévenir ou réduire les effets de la pneumonie qui cause de nombreux décès par coronavirus. Dans les jours qui viennent, ils commenceront la radiothérapie sur les premiers patients.

« Les radiations à faible dose sont extrêmement efficaces pour réduire les types de cellules inflammatoires qui envahissent les poumons des patients atteints de coronavirus, les empêchent d’oxygéner le sang et provoquent la défaillance des systèmes et éventuellement la mort, et j’ai bon espoir que cela permettra de sauver des vies », a déclaré Zvi Symon, le directeur du département de radio-oncologie de Sheba et le médecin à l’origine de la procédure, au Times of Israel.

« Ces doses ne tueront pas le virus lui-même ni ne modifieront en aucune façon le taux de réplication du virus dans l’organisme, mais nous prévoyons qu’elles réduiront la grave inflammation pulmonaire qu’il induit et c’est cette inflammation qui fait que les patients meurent d’une défaillance inflammatoire », a-t-il souligné.

« Nous avons déjà vu que dans les expériences sur les animaux, les radiations à faible dose ont un large éventail d’effets anti-inflammatoires », a ajouté M. Symon.

Des médecins tentent de sauver une personne atteinte de pneumonie suite au virus de la COVID-19. (Crédit : iStock)

Il a reconnu que l’introduction de la thérapie pour COVID-19 était controversée étant donné les craintes que malgré la faible dose elle pourrait causer le cancer, mais il a dit qu’il pense que les avantages l’emportent sur les risques.

M. Symon a déclaré que la procédure non invasive pourrait avoir des avantages majeurs pour les patients les plus fragiles atteints de coronavirus, qui ne supportent pas bien l’intubation et les autres procédures invasives.

« Je crois que cette intervention est beaucoup plus légère qu’une intervention en soins intensifs et qu’elle pourrait vraiment aider les personnes âgées qui sont considérées comme trop fragiles pour les soins intensifs », a-t-il déclaré. « Si nous évaluons très tôt dans la maladie qu’elles se détériorent et que nous leur administrons une radiothérapie, nous avons de bonnes chances de sauver quelques vies ».

Zvi Symon, directeur du département de radio-oncologie du Sheba Medical Center. (Avec l’aimable autorisation du Sheba Medical Center)

Plusieurs hôpitaux dans le monde expérimentent la radiothérapie à faible dose, connue sous le nom de LDRT, qui a actuellement toute une série d’utilisations, notamment la préparation des patients cancéreux à la transplantation de leur propre moelle osseuse, et la prévention de la croissance osseuse indésirable dans les articulations après que les chirurgiens ont opéré des fractures.

Des médecins de la Emory University d’Atlanta ont déjà publié, sur un site non soumis à l’examen des pairs, un rapport sur une petite étude de 10 patients sur l’irradiation des poumons chez les patients atteints de coronavirus.

Ils ont constaté que les patients LDRT ont été autorisés à sortir après 12 jours, contre 20 jours pour un groupe de contrôle qui n’a pas reçu la thérapie, et ont montré une amélioration significative après trois jours au lieu de 12 pour le groupe de contrôle.

L’équipe Emory a conclu que ses « signaux forts d’efficacité » suggèrent que les avantages potentiels de la LDRT devraient être davantage explorés. Une équipe de chercheurs espagnols a fait preuve d’un enthousiasme similaire, en écrivant que la thérapie « pourrait modifier le paysage immunitaire dans le poumon affecté ».

David Macias, de l’hôpital universitaire San Roque de Gran Canaria, a rédigé la demande avec deux collègues de la revue Clinical and Translational Radiation Oncology. Ils ont fait valoir qu’en tant que traitement rentable et non toxique, disponible dans la plupart des hôpitaux, il pourrait s’avérer précieux.

Symon a déclaré que lui et les autres adeptes des radiations sont arrivés à cette idée en écoutant des médecins qui y travaillaient il y a plusieurs décennies.

« Au début de cette crise, il y avait plusieurs radio-oncologues qui sont encore en vie il y a 50 à 70 ans, avant l’ère des essais cliniques randomisés de la troisième phase et des antibiotiques généralisés, où de nombreuses personnes atteintes de pneumonie sont mortes d’une insuffisance respiratoire », a-t-il déclaré. « Il y a eu un effort pour traiter ces personnes avec des radiations, et il y a de la littérature sur 700 personnes qui ont reçu des radiations lorsque l’essoufflement a commencé à se manifester.

« Il y a eu un taux de réponse élevé, mais [le traitement] est tombé en désuétude lorsque le taux de mortalité par pneumonie a été réduit grâce aux antibiotiques et aux thérapies antimicrobiennes », a ajouté M. Symon.

Il a reconnu les inquiétudes selon lesquelles cela pourrait causer des cancers chez les patients à l’avenir, mais a déclaré que le risque était relativement faible. Il a également déclaré que comme il sera administré à des personnes consentantes, normalement d’un âge très avancé et confrontées à un danger pour leur vie à cause du coronavirus, il s’agira d’un risque calculé et raisonnable.

« En ce qui concerne l’inquiétude liée au cancer secondaire, il s’agit très probablement d’une personne qui pourrait mourir dans les deux semaines ou se voir accorder dix ans de plus », a-t-il déclaré.

Mais la question du risque suscite la controverse au niveau international.

Ralph Weichselbaum, directeur du département de radiothérapie et d’oncologie cellulaire de la faculté de médecine de l’université de Chicago, a soutenu que la radiothérapie ne devrait pas être utilisée ou testée dans des essais cliniques, dans un article co-écrit avec des universitaires de Duke, Stanford, et l’université du Nevada, Las Vegas.

Ils ont écrit dans la revue Radiotherapy and Oncology que si la gravité de la pandémie « a motivé des collègues à proposer des essais cliniques de radiothérapie à faible dose pour la pneumonie COVID-19 avec les meilleures intentions, nous pensons que sur la base des données disponibles, les risques potentiels de ces essais l’emportent sur les bénéfices potentiels ».

Ils ont fait valoir que la radiothérapie pourrait finir par provoquer des cancers chez les patients à l’avenir, et ont écrit que les preuves sont actuellement « insuffisantes pour exposer les patients COVID-19 aux risques de l’exposition aux radiations dans un essai clinique ».

Mais un groupe de sept experts médicaux, venus d’Italie, de Nouvelle-Zélande et des États-Unis, n’était pas d’accord et a rédigé une réponse : « Avec un consentement éclairé complet, il s’agit d’un risque tardif raisonnable pour les patients âgés, contrebalancé par une réduction potentielle de la morbidité ou de la mortalité liée à la COVID-19 en quelques semaines ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...