Des ministres vont honorer un rabbin ayant salué l’auteur du massacre de Hébron
Rechercher

Des ministres vont honorer un rabbin ayant salué l’auteur du massacre de Hébron

Rafi Peretz indique ne pas avoir été impliqué dans le choix d'Yitzchak Ginsburgh, que Bezalel Smotrich qualifie de "génie et [de] grand sage"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le rabbin Yitzchak Ginsburgh (Crédit : Kobi Gideon / FLASH90)
Le rabbin Yitzchak Ginsburgh (Crédit : Kobi Gideon / FLASH90)

Deux ministres radicaux doivent s’exprimer à l’occasion d’un événement organisé en l’honneur d’un rabbin extrémiste ayant encensé le résident d’implantation israélien responsable du meurtre de 29 fidèles musulmans lors de l’attaque terroriste du tombeau des Patriarches de Hébron en 1994.

Le ministre de l’Éducation Rafi Peretz et celui des Transports, Bezalel Smotrich, participeront en effet à un « symposium de la Torah » annuel jeudi, organisé par une ONG religieuse dans la ville de Givat Shmuel, dans le centre du pays. À la fin de cette journée, le rabbin Yitzchak Ginsburgh se verra décerner un prix de la « créativité dans la Torah ».

Yitzchak Ginsburgh a notamment écrit un pamphlet faisant l’éloge de l’auteur du massacre de Hébron, Baruch Goldstein. Il a été accusé d’alimenter les attaques de Juifs extrémistes contre des Palestiniens et d’autres non-Juifs en Israël et en Cisjordanie.

Il a également défendu « La Torah du roi », un livre de 2009 rédigé par les rabbins Yitzhak Shapira et Yosef Elitzur. Celui-ci cite des sages religieux pour justifier, dans certains cas, le meurtre de non-Juifs, y compris des bébés, « s’il est probable qu’ils grandissent comme leurs parents maléfiques ». L’ouvrage affirme également que le commandement « Tu ne tueras point » ne s’applique pas forcément aux non-Juifs.

Rafi Peretz, à droite, et Bezalel Smotrich de l’Union des partis de droite lors d’un événement de campagne à Jérusalem, le 11 mars 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Yitzchak Ginsburgh a également qualifié les Arabes de « cancer », un commentaire qui lui a valu une accusation de provocation à la haine, mais aucune condamnation.

L’année dernière, dans un enregistrement rendu public, on pouvait entendre le rabbin encourager les étudiants à commettre « un acte de représailles » deux jours après l’assassinat du rabbin Raziel Shevach par des Palestiniens près de chez lui dans l’avant-poste de Havat Gilad, dans le nord de la Cisjordanie.

Bezalel Smotrich et Rafi Peretz ont tous les deux confirmé leur intention de participer à l’événement.

Alors que le cabinet de Rafi Peretz a souligné dans un communiqué que le ministre n’avait pas pris part à la sélection du lauréat, Bezalel Smotrich a lui défendu Ginsburgh dans un tweet le mois dernier, lorsque l’information a été révélée pour la première fois.

« Le Rabbi Ginsburgh est un génie et un grand sage, auteur d’un recueil d’œuvres de la Torah d’une ampleur incommensurable », avait-il ainsi écrit. « Vous n’avez pas à être d’accord sur tout avec lui pour estimer qu’il mérite un prix. Si Dieu veut, je pourrai participer à la cérémonie pour lui rendre hommage et le bénir ».

Le mois dernier, les organisateurs de l’événement ont publié un prospectus du symposium, qui affichait le logo du ministre de l’Éducation. Faisant rapidement l’objet de critiques pour avoir financé une personnalité si controversée, le ministre avait assuré que le logo avait été utilisé sans sa permission.

Les organisateurs ont eux affirmé qu’il avait parrainé l’événement les années précédentes et en ont donc déduit qu’il en ferait autant cette année. Le logo gouvernemental a depuis disparu des prospectus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...