Des partisans israéliens de Trump manifestent à Jérusalem pour soutenir leur candidat
Rechercher

Des partisans israéliens de Trump manifestent à Jérusalem pour soutenir leur candidat

Le milliardaire new-yorkais et son colistier ont pris la parole par vidéoconférence, lors de l’évènement qui se déroule sur le toit d’un restaurant de la capitale

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Rassemblement pro-Trump à Jérusalem, le 26 octobre 2016 (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)
Rassemblement pro-Trump à Jérusalem, le 26 octobre 2016 (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)

Le milliardaire new-yorkais et son colistier Mike Pence ont pris la parole par vidéoconférence, lors de l’évènement qui se déroule sur le toit d’un restaurant de la capitale, surplombant la Vieille Ville et ses murailles.

Cet évènement, intitulé « Jérusalem Forever » est annoncé comme un évènement destiné à affirmer les liens existant entre le peuple juif et Jérusalem, après les résolutions de l’UNESCO qui ont volontairement fermé les yeux sur lesdits liens.

« Je suis ici aujourd’hui pour soutenir Donald Trump, qui se tient avec nous, nous soutenant, ici en Israël », a déclaré Ruben Aschenberg, originaire de Teaneck, dans le New Jersey, et qui dirige la campagne du parti républicain à Beit Shemesh.

« C’est le seul candidat qui montre des positions pro-israéliennes, et nous devons lui manifester notre soutien, et nous nous rassemblons donc pour aider à « faire de l’Amérique une grande nation à nouveau », et par conséquent, aider Israël à redevenir une grande nation. »

Rassemblement pro-Trump à Jérusalem, le 26 octobre 2016 (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)
Rassemblement pro-Trump à Jérusalem, le 26 octobre 2016 (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)

David Friedman, conseiller de Trump sur les Affaires en lien avec Israël, et Marc Zell, à la tête de Republicains Overseas Israel, répondent aux questions des dizaines de journalistes locaux et internationaux qui sont présents.

« Je pense qu’Hillary Clinton serait très très néfaste pour Israël », a déclaré Danny Kransdorf, un professionnel du tourisme de Maalé Levona, en Cisjordanie.

« Oui, Trump est un inconnu. Mais j’ai davantage confiance en lui que je n’ai confiance en elle. Nous ne savons pas ce qu’il fera pour Israël. Mais je sais ce que Clinton fera : elle trahira Israël. »

D’autres éléments jouent en faveur du candidat républicain : sa fille, Ivanka Trump, « est mariée à un juif froum », a ajouté Kransdorf, employant le terme yiddish pour orthodoxe.

Rassemblement pro-Trump à Jérusalem, le 26 octobre 2016 (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)
Rassemblement pro-Trump à Jérusalem, le 26 octobre 2016 (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)

Abe Marks, un retraité new-yorkais installé à Jérusalem depuis quatre ans évoque sa plus grande inquiétude si Clinton venait à remporter l’élection, à savoir, les personnes qu’elle nommera à la Cour Suprême. Ses choix seront « destructeurs des libertés américaines et du mode de vie américain. »

Marks approuve les experts qui taxent Trump d’imprévisible, mais il le préfère quand même à Clinton. « Je ne suis pas sous le charme. Il a été décrit comme un électron libre, et c’est probablement vrai. Mais j’ai très très peur d’elle », dit-il.

« Et j’aime le fait qu’il ne fasse pas partie de la cour des grands. Elle est à la botte du Nouvel Ordre Mondial. »

Le plus important, ajoute-t-il, c’est que Trump respectera sa promesse, de délocaliser l’ambassade américaine de Tel Aviv pour l’implanter à Jérusalem. « Ils le promettent tous, mais lui il le fera vraiment. Il n’a rien qui le retient. »

Dans un discours en vidéoconférence, à l’intention du rassemblement pro-Trump qui a lieu à Jérusalem, Mike Pence, colistier de Trump, a qualifié la ville de « capitale indivisible éternelle du peuple juif et de l’État d’Israël. »

« Donald Trump et moi-même soutenons Israël parce que le combat d’Israël est notre combat parce que la cause d’Israël est notre cause. Israël est notre allié le plus précieux », a affirmé Pence.

Il dit que lui-même et Trump « comprennent qu’Israël est détesté par ses ennemis non pas à cause de ce que le pays fait de mal, mais à cause de ce que le pays fait de bien, » a-t-il poursuivi.

« Tout comme les États-Unis, Israël est haï par les terroristes et par les pays en déroute qui les soutiennent, parce qu’Israël réussit, et que son peuple est un peuple libre », ajoutant que l’armée israélienne lutte avec « décence, humanité et retenue ».

« Israël encaisse les malédictions, les calomnies et les mensonges de la part du monde et les transforme en bénédictions. La vraie question qui se pose, c’est comme une bonne personne peut ne pas soutenir Israël », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...