Des récits de gens ordinaires qui ont participé à la création de l’État d’Israël
Rechercher

Des récits de gens ordinaires qui ont participé à la création de l’État d’Israël

Toldot Yisrael s'empresse d'interviewer tous ceux qui ont joué un rôle dans la création de l'Etat d'Israël, des "schleppers" aux fabricants de balles Davidka

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des pionniers construisent une nouvelle implantation en 1949. (Crédit : autorisation KKL-JNF/Avraham Malovsky)
Des pionniers construisent une nouvelle implantation en 1949. (Crédit : autorisation KKL-JNF/Avraham Malovsky)

Ce sont souvent les gens les plus ordinaires qui se trouvent à la croisée des chemins de l’Histoire, y compris ceux qui ont aidé à la création de l’État d’Israël, apportant leur aide de façon à la fois modeste et plus significative.

C’est le thème derrière Toldot Yisrael, un projet à but non lucratif qui consiste à interviewer des centaines de personnes, dont beaucoup sont âgées, qui ont toutes participé aux efforts destinés à créer la nation israélienne.

L’organisation diffuse 20 vidéos réalisées à partir d’images d’entretiens avec des Juifs américains à l’occasion du 71e anniversaire de l’indépendance d’Israël, à l’occasion du prochain Yom HaAtsmaout.

Parmi les 150 Américains interrogés figuraient des vétérans de la Seconde Guerre mondiale, des industriels qui ont financé l’achat de navires, le petit-fils du rabbin Shalom Zvi Davidowitz, qui a aidé à rédiger la Déclaration d’indépendance d’Israël, et même Norman Lamm, ancien président de la Yeshiva University qui était en 1948, un étudiant en chimie, volontaire pour développer les munitions de Davidka qui servirent pour les combats.

Il y avait des Américains qui étaient étudiants à l’époque, et qui ont fini par se porter volontaires pour être des « schleppers » pour la Haganah, ou qui se sont retrouvés invités à rejoindre des organisations secrètes qu’ils ne connaissaient pas bien. Leurs enfants et petits-enfants sont également interviewés, imprégnés de l’histoire de leur famille et fiers de leur contribution.

« Je voulais des gens qui soient témoins d’un élément de la fondation de l’État d’Israël », a déclaré Aryeh Halivni, qui a immigré de Cleveland (Ohio) en Israël il y a 16 ans, et qui a créé Toldot Yisrael, après vingt ans de travail avec des organisations juives et liées à Israël.

Cette année, Halivni a mobilisé la Ruderman Family Foundation en partenariat avec lui pour la partie américaine de la vidéo sur les interviews. La fondation a financé la production de séquences brutes dans les 20 courts clips, dans le cadre de ses efforts pour éduquer le public israélien sur la communauté juive américaine et ses contributions à l’État d’Israël.

Beaucoup parmi les Juifs américains qui ont participé à la création de l’État n’étaient pas nécessairement des Américains de première génération, mais souvent des Américains de deuxième et même de troisième génération. C’est un détail qui, selon Halivni, leur a peut-être permis d’avoir plus confiance dans leurs décisions, en particulier lorsqu’une grande partie de ce qu’ils ont fait était illégale selon la loi américaine.

« Seul quelqu’un qui se sent pleinement américain est prêt à prendre ces risques », a-t-il dit.

Halivni a commencé ce projet principalement en solo il y a 11 ans, suivant le concept de Yad Vashem ainsi que l’Institut d’histoire visuelle et d’éducation de l’USC Shoah Foundation for Visual History and Education du réalisateur hollywoodien Steven Spielberg, qui travaillent tous deux pour enregistrer des histoires de première main de personnes qui ont vécu la Shoah.

« Nous en parlons beaucoup en termes d’éducation sur la Shoah », a-t-il dit. « Le récit de première main de quelqu’un qui a rencontré Jabotinsky et l’a entendu parler et qui a changé leur vie à jamais. Ou quelqu’un qui hésite à s’inscrire au Palmach ou à l’Etzel et comment ils ont décidé de prendre une décision. »

Aryeh Halivni, fondateur de Toldot Yisrael, raconte les histoires moins connues de la fondation de l’Etat d’Israël. (Avec l’aimable autorisation d’Aryeh Halivni)

Il a passé quelques années à courir pour enregistrer des histoires, d’abord en Israël et en hébreu, puis plus tard aux Etats-Unis. A l’apogée du projet, il avait plus de 30 personnes qui réalisaient des interviews pour lui.

« Le but était d’obtenir des interviews pendant que nous le pouvions, les gens sont maintenant âgés de 90 ans et plus, donc nous voulions en obtenir autant que possible », dit Halivni.

Les interviews sont exhaustives et comprennent des entretiens avec des personnes sur leurs contributions, ainsi que sur leurs histoires personnelles, afin de savoir d’où elles et leurs familles étaient venues.

« J’ai pensé qu’il devrait y avoir un parallèle avec le projet Spielberg », a déclaré Halivni. « Ce n’était pas une idée brillante, mais j’ai regardé autour de moi pour voir ce qui existait et je me suis tourné vers les archives et, bien sûr, personne ne l’avait jamais fait d’une manière exhaustive. »

Le processus a été financé par la Fondation Davidson et d’autres donateurs individuels. Ce n’est que récemment que Halivni a présenté l’idée à Ruderman, proposant une utilisation pour au moins une partie des séquences.

Les courts métrages, bien qu’ils soient un produit puissant et visible, sont presque un élément secondaire de l’ensemble du projet, a déclaré M. Halivni.

« Ils sont importants parce qu’ils offrent une grande visibilité aux gens, et les écoles, les centres communautaires et les shuls [synagogues] sont plus susceptibles d’utiliser des films finis de qualité que des séquences brutes, mais l’objectif principal est d’enregistrer autant d’histoires que possible, a-t-il ajouté.

Aujourd’hui, Halivni travaille à une collaboration avec la Bibliothèque nationale d’Israël, en transférant les interviews sur leurs présentoirs et en les « diffusant gratuitement », a-t-il dit.

Le fait que les images des interviews soient cataloguées à la Bibliothèque nationale leur donnera plus de valeur, les rendant disponibles pour servir d’anecdotes, de citations et de contenu, a dit Halivni. Après la fête de l’indépendance d’Israël, qui a lieu ce jeudi, la première série d’interviews sera transférée à la bibliothèque afin de l’explorer et de voir de quelle façon elle peut être utile au personnel et aux chercheurs.

Quant aux personnes interrogées elles-mêmes, elles ont été surtout surprises par son intérêt, dit Halivni, car elles ne pensaient pas avoir fait quoi que ce soit d’important ou d’inhabituel.

« Ils ne se considèrent pas comme des héros », a-t-il dit. « Ils savent que c’est peut-être la dernière chance de raconter leur petite histoire et que cela ne sera pas oublié. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...