Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Des résidents d’implantations armés ont ouvert le feu lors du saccage à Turmus Ayya

Des hommes masqués armés de fusils d'assaut ont tiré pendant les émeutes dans la ville palestinienne de Cisjordanie, touchant 5 Palestiniens, dont un mortellement

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des résidents d'implantations israéliennes armés sont vus en train d'ouvrir le feu dans la ville de Turmus Ayya en Cisjordanie, le 21 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran/Twitter)
Des résidents d'implantations israéliennes armés sont vus en train d'ouvrir le feu dans la ville de Turmus Ayya en Cisjordanie, le 21 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran/Twitter)

Des résidents d’implantations armés de fusils d’assaut ont ouvert le feu sur des Palestiniens lors de l’attaque contre la ville de Turmus Ayya en Cisjordanie en début de semaine, comme en témoignent les images de caméras de surveillance diffusées en ligne vendredi.

Mercredi après-midi, des centaines de résidents d’implantations israéliennes ont traversé la ville palestinienne, incendiant sur leur passage habitations, véhicules et champs agricoles, et terrorisant les riverains, peu après l’enterrement d’Israéliens, victimes d’une fusillade terroriste perpétrée par des Palestiniens en Cisjordanie. Un Palestinien a été tué dans des circonstances qui n’étaient pas claires au cours du déchaînement à Turmus Ayya.

On aperçoit dans les images publiées vendredi un groupe de résidents d’implantations masqués en train de jeter des pierres sur des habitants et en direction d’habitations, tandis que de la fumée s’échappe. On y voit également deux Palestiniens lancer des pierres sur le groupe.

Un coup de feu retentit alors qu’un autre groupe d’habitants des implantations descend la rue, deux d’entre eux armés de fusils d’assaut. On voit ces derniers ouvrir le feu au moins trois fois – deux fois en direction de la zone où se trouvaient les deux Palestiniens et une fois en direction de la direction d’où ils venaient.

Cette séquence est extraite d’une vidéo plus longue montrant l’intégralité de l’attaque des habitants des implantations contre la ville.

Les responsables palestiniens de la Santé ont déclaré qu’un Palestinien avait été tué à Turmus Ayya et que 12 autres avaient été blessés au cours de l’attaque des habitants des implantations et lors des affrontements avec les troupes israéliennes. Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP), au moins quatre personnes ont été blessées par balles, et l’une d’entre elles se trouverait dans un état grave.

L’homme qui a été tué est Omar Qattin, 27 ans, père de deux jeunes enfants, qui travaillait comme électricien pour la municipalité locale.

La police a déclaré qu’un officier avait ouvert le feu et touché au moins un Palestinien soupçonné d’avoir tiré sur les forces de sécurité au cours des affrontements.

On ignore si Qattin est bien la personne qui a été abattue par la police, mais des témoins palestiniens ont déclaré que l’homme tué ne se trouvait pas à proximité des forces israéliennes lorsqu’il a été abattu.

Une porte-parole de la police a confié vendredi au Times of Israel qu’elle n’avait aucune information sur la mort du suspect palestinien abattu par le policier.

« Il se tenait juste là, innocent, c’était un enfant au grand cœur. Il n’avait pas de pierres, il avait aucune arme, il se trouvait à au moins 800 mètres des militaires », a déclaré Khamis Jbara, son voisin. « Il travaillait de 6 à 18 heures. C’était un homme pacifique. »

Une source de la Défense a déclaré vendredi au Times of Israel que les responsables de la sécurité israélienne n’étaient pas au courant des coups de feu tirés par les habitants des implantations pendant les saccages.

Des habitants des implantations se sont également déchaînés dans plusieurs autres villes palestiniennes du nord de la Cisjordanie dans la nuit de mardi à mercredi, à la suite de l’attentat meurtrier perpétré dans une station-service située à proximité d’une implantation de la région.

L’une de ces villes, Huwara, avait déjà été le théâtre d’un saccage au début de l’année, au cours duquel des résidents d’implantations avaient incendié des dizaines de maisons et de voitures, à la suite d’une fusillade palestinienne meurtrière contre deux frères israéliens. Au moins un Palestinien a été tué dans des circonstances obscures et l’incident a été largement condamné par les Israéliens et la communauté internationale, bien que certains membres du cabinet intransigeant du Premier ministre Benjamin Netanyahu semblent avoir soutenu les groupes extrémistes juifs.

Quelques heures après l’attaque de Turmus Ayya, mercredi après-midi, des dizaines de résidents des implantations ont également attaqué le village d’Urif, en Cisjordanie. Des images de cette attaque montrent un habitant des implantations masqué déchirant un livre qui semble être un Coran, dont il jette les pages sur le sol d’une mosquée de la ville.

Urif est la ville natale des terroristes palestiniens qui ont perpétré l’attentat de mardi.

Jeudi, la presse palestinienne a rapporté que des habitants d’implantations avaient tenté d’attaquer le village voisin de Jalud. Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des habitants des implantations et des Palestiniens se lançant des pierres les uns sur les autres dans la zone.

Trois habitants des implantations ont été arrêtés par le Shin Bet suite à ces incidents, a déclaré jeudi en fin de journée le groupe d’aide juridique de droite Honenu, ajoutant que les suspects détenus s’étaient vus refuser l’assistance d’un avocat.

La police n’a fait état d’aucune arrestation.

L’armée a condamné ces attaques, soulignant que les violences commises par les résidents d’implantations compliquaient la mission principale de l’armée, à savoir la protection des civils israéliens.

Seize suspects israéliens ont été arrêtés à la suite des émeutes de Huwara en février, mais ils ont tous été relâchés sans inculpation. Les groupes de défense des droits de l’homme ont déploré la rareté des condamnations dans les affaires de violences commises par les résidents d’implantations, la grande majorité des charges dans ces affaires étant abandonnées.

Les tensions entre Israël et les Palestiniens sont à leur comble depuis un an et demi, l’armée menant des raids quasi quotidiens en Cisjordanie, à la suite d’une série d’attentats terroristes meurtriers perpétrés par des Palestiniens.

Depuis le début de l’année, les attaques palestiniennes en Israël et en Cisjordanie ont tué 24 personnes, dont Nachman Mordoff, 17 ans, Elisha Anteman, 17 ans, Harel Masood, 21 ans, et Ofer Fayerman, 64 ans, tués dans l’attaque de mardi.

Selon le Times of Israel, 132 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période, la plupart d’entre eux au cours d’affrontements avec les forces de sécurité ou lors d’attaques, mais certains étaient des civils non impliqués et d’autres ont été tués dans des circonstances floues.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.