Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

34 blessés, des voitures et des champs palestiniens incendiés par des résidents d’implantations

Des groupes d'autodéfense qui se sont vengés en Cisjordanie suite à la fusillade terroriste d'Eli, qui a fait 4 morts, dont deux adolescents de 17 ans

Des incendies dans le village de Luban al-Sharkiyeh, en Cisjordanie, le 20 juin 2023. (Capture d’écran : Twitter; Utilisé conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)
Des incendies dans le village de Luban al-Sharkiyeh, en Cisjordanie, le 20 juin 2023. (Capture d’écran : Twitter; Utilisé conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)

Des milices de résidents d’implantations israéliennes s’en sont prises à plusieurs villes palestiniennes de Cisjordanie, en représailles à la fusillade meurtrière qui a frappé une implantation voisine, mardi soir, en incendiant des voitures et des champs, vandalisant des maisons et terrorisant les habitants.

Cela rappelle un incident semblable, en début d’année, qualifié par certains de pogrom.

Des Palestiniens de Luban a-Sharqiya, Huwara, Beit Furik, Burin et d’autres villes au sud de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, ont fait savoir qu’un grand nombre de résidents d’implantations israéliennes s’étaient vengés dans leur ville, mardi soir, lançant des pierres et incendiant entre autres des voitures, des champs et des maisons.

A l’issue, trois Israéliens ont été interpellés, a rapporté le journal israélien Ynet.

Ghassan Daghlas, un responsable de Naplouse, a déclaré que 34 Palestiniens avaient été blessés, la plupart par des gaz lacrymogènes, et que 140 véhicules au moins avaient été incendiés, parmi lesquels une ambulance.

Le saccage a fait suite à l’attaque, quelques heures plus tôt, au cours de laquelle deux Palestiniens armés ont ouvert le feu sur un restaurant et une station-service de l’implantation d’Eli, tuant quatre personnes, dont deux jeunes âgés de 17 ans, et en blessant quatre autres. L’un des terroristes a été abattu sur place par un civil israélien armé, le second, deux heures plus tard, par les forces spéciales.

Quelques heures après l’attaque, des résidents d’implantations israéliens se sont rués sur des villes palestiniennes, où ils ont déclenché des incendies et cassé des voitures avec des pierres, ont témoigné les habitants qui ont parfois publié des vidéos des faits.

Certains résidents d’implantations israéliens ont également ouvert le feu sur des Palestiniens qui s’étaient aventurés hors de chez eux pour les affronter, a déclaré Daghlas. Des dizaines de Palestiniens ont été attaqués et blessés par des pierres dans tout le gouvernorat de Naplouse, a-t-il dit, dont un journaliste palestinien, frappé au visage.

Des vidéos publiées en ligne donnent à voir des incendies géants en train de ravager des champs environnants et de nombreuses photos révèlent la portée des dégâts matériels.

A Luban a-Sharqiya, près d’Eli, des Palestiniens ont déclaré que des résidents d’implantations israéliens s’en étaient pris à un garçon de 12 ans qui rentrait chez lui à vélo, en pointant une arme sur lui et en le blessant grièvement, a rapporté le journal officiel Wafa.

Plusieurs bâtiments ont été incendiés, dont une station-service et un magasin, et nombre de structures ont eu les vitres brisées. Selon Wafa, des voitures ont également été incendiées, tout comme des cours de maisons et des champs des environs.

À Huwara, une horde de résidents d’implantations israéliens a incendié des voitures et endommagé des biens palestiniens. Certains ont ouvert le feu sur des Palestiniens, selon Wafa, déclenchant des affrontements intenses avec les soldats envoyés pour ramener le calme.

La ville a déjà été le théâtre d’un saccage meurtrier, cette année, lorsque des résidents d’implantations israéliens ont incendié des dizaines de maisons et de voitures, en représailles à une fusillade meurtrière qui avait tué deux frères israéliens. Un Palestinien au moins a été tué dans des circonstances encore peu claires. L’incident a été condamné par une grande partie de l’opinion publique israélienne et de la communauté internationale, mais certains membres du gouvernement de Benjamin Netanyahu ont donné le sentiment de soutenir ces milices.

Les forces de l’ordre israéliennes sur les lieux d’une fusillade près de l’implantation d’Eli en Cisjordanie, le 20 juin 2023. (Crédit : Flash90)

Suite à la fusillade de ce mardi, des dizaines de résidents d’implantations israéliens se sont dirigés vers l’implantation de Yitzhar pour demander une action sévère de l’armée. Les soldats ont fait en sorte de dégager les accès et l’un d’eux aurait tiré en l’air, face à des résidents d’implantations qui refusaient d’obtempérer.

Des dirigeants de résidents d’implantations, parmi lesquels le député HaTzionout HaDatit Zvi Souccot et le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, se sont rendus à l’avant-poste illégal d’Evyatar, exigeant que le gouvernement autorise la construction sur la colline cisjordanienne en représailles.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’est entretenu avec le chef de l’armée et des responsables des forces de l’ordre pour évoquer les actions à prendre suite à la fusillade.

Les membres de la coalition d’extrême droite de Netanyahu ont fait pression sur le gouvernement pour que les violences palestiniennes soient réprimées avec la plus grande sévérité.

« Le moment est venu de lancer une opération militaire en Judée-Samarie », a déclaré depuis Eli le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, utilisant le terme biblique pour désigner la Cisjordanie.

« Reprenons les assassinats ciblés depuis les airs, démolissons des bâtiments, érigeons des barrages routiers, expulsons les terroristes et adoptons une loi sur la peine de mort pour les terroristes. »

Côté opposition, le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a également demandé que des mesures soient prises contre les dirigeants des organisations terroristes.

« Le temps est venu pour le gouvernement d’Israël de se réveiller et de lancer une vaste opération militaire en Judée-Samarie, mais pas seulement contre les jeunes hommes de terrain, contre les responsables terroristes qui siègent à Gaza et jouissent de l’immunité que Netanyahu leur a accordée. »

(De gauche à droite) Harel Masood, 21 ans, de Yad Binyamin, Elisha Anteman, 17 ans, d’Eli, Ofer Fayerman, 64 ans, d’Eli et Nachman Mordoff, 17 ans, d’Ahiya, qui ont été tués dans une fusillade dans l’implantation d’Eli, le 20 juin 2023. (Crédit : Autorisation)

Le chef du Conseil Yesha, organisation faîtière des résidents d’implantations israéliens, a repris ces demandes à son compte.

« Nous ne pouvons pas continuer à prendre des coups et espérer que la vague de terrorisme passera », a déclaré Shlomo Ne’eman.

Les tensions entre Israël et les Palestiniens ont été élevées ces douze derniers mois, l’armée menant des raids nocturnes quasi-quotidiens en Cisjordanie, suite à une série d’attentats terroristes palestiniens meurtriers.

Depuis le début de cette année, les attentats palestiniens en Israël et Cisjordanie ont tué 24 personnes, parmi lesquels Nachman Mordoff, 17 ans, Elisha Anteman, 17 ans, Harel Masood, 21 ans, et Ofer Fayerman, 64 ans, morts mardi.

Lundi, six Palestiniens ont été tués et une centaine, blessés, dans des fusillades à Jénine. Huit soldats israéliens ont été plus ou moins grièvement blessés lors d’affrontements ainsi que dans l’explosion d’une puissante bombe au passage d’un convoi militaire.

Selon des sources palestiniennes, deux autres Palestiniens ont été tués à Naplouse, tôt dans la journée de mercredi, lorsque l’engin explosif qu’ils manipulaient a explosé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.