Rechercher

Des résidents d’implantations auraient agressé 2 agriculteurs et tué un mouton

Une association dit avoir recensé 38 incidents violents autour de la récolte des olives palestiniennes ; aucune arrestation n'a été signalée

Des soldats israéliens se tiennent prêts alors que des habitants d’implantations israéliens masqués lancent des pierres sur des manifestants palestiniens (non vsisibles) qui se rassemblent lors d'une manifestation contre la construction d'un avant-poste israélien près du village palestinien de Turmusaya et de l’implantation de Shilo, au nord de Ramallah en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (JAAFAR ASHTIYEH/AFP)
Des soldats israéliens se tiennent prêts alors que des habitants d’implantations israéliens masqués lancent des pierres sur des manifestants palestiniens (non vsisibles) qui se rassemblent lors d'une manifestation contre la construction d'un avant-poste israélien près du village palestinien de Turmusaya et de l’implantation de Shilo, au nord de Ramallah en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (JAAFAR ASHTIYEH/AFP)

Jeudi, des résidents d’implantations israéliennes auraient blessé deux agriculteurs et tué un mouton alors que des Palestiniens récoltaient des olives en Cisjordanie.

Cet épisode de violence est le dernier rapporté. Selon le groupe de défense des droits Yesh Din, les faits ont eu lieu vers midi. Un groupe d’Israéliens résidents de l’implantation à majorité juive orthodoxe d’Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie, a pris en grippe un groupe d’agriculteurs palestiniens qui récoltait des terres appartenant au village de Hawara. La récolte était réalisée en coordination avec l’armée israélienne, selon Yesh Din.

Les Israéliens ont jeté des pierres sur les Palestiniens et les ont frappés avec des bâtons, blessant deux des agriculteurs, selon l’organisation.

Le groupe d’assaillants a ensuite repéré un berger palestinien avec son bétail à proximité et a commencé à attaquer les animaux, tuant l’un des moutons et en blessant trois autres, selon Yesh Din.

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que les forces israéliennes étaient arrivées sur les lieux et avaient vu un Israélien jeter des pierres sur les Palestiniens.

« Elles l’ont appréhendé et l’ont remis à la police, qui s’occupe de l’incident », a déclaré le porte-parole de l’armée.

Selon le groupe de défense des droits, il s’agit de la 38e attaque violente contre des Palestiniens qui récoltent des olives cette année – la récolte est ainsi perturbée chaque année.

Parmi les attaques de cette saison, neuf étaient des agressions présumées de résidents d’implantations israéliennes, dix concernaient des déracinements et des endommagements d’oliviers, quinze des vol d’olives et quatre concernaient des résidents d’implantations qui ont empêché des Palestiniens d’accéder à leurs terres.

Avant jeudi, aucune arrestation n’a été signalée par les autorités israéliennes dans ces incidents. Dans certains cas, des soldats de l’armée israélienne ont été filmés arrivant sur les lieux mais restant à l’écart pendant le déroulement des attaques.

« Des années d’incapacité des systèmes d’application de la loi à faire face à cette violence y contribuent et lui permettent de continuer à sévir. Nous continuerons à soutenir les Palestiniens et à exiger la fin de l’occupation et de l’apartheid », a déclaré le PDG de Yesh Din, Lior Amichai.

Yesh Din fait partie des 12 organisations israéliennes progressistes qui ont adressé une lettre au ministre de la Défense Benny Gantz lui demandant de mettre fin à la violence croissante de résidents d’implantations.

Le mois dernier, Benny Gantz a publié une déclaration exhortant l’armée à agir « de manière systématique, agressive et sans compromis » contre ces attaques – un discours rare de la part d’un haut responsable israélien sur ce phénomène, bien qu’aucune répression n’ait été signalée par la suite.

Un jour avant l’attaque de jeudi, au moins deux Palestiniens ont été blessés par balle par des résidents d’implantations israéliennes lors d’affrontements dans les collines du sud d’Hébron, selon des témoins.

Une voiture palestinienne aurait été endommagée par des pierres lancées par des résidents d’implantations israéliens lors d’affrontements dans les collines du sud d’Hébron, le 11 novembre 2021. (Autorisation)

Dans les vidéos de la scène, on pouvait voir des soldats israéliens se tenir entre les Israéliens et les Palestiniens dans l’obscurité, éclairés seulement par des lampes de poche.

« Un rapport a été reçu concernant une confrontation violente entre des résidents israéliens et des dizaines de Palestiniens », a alors déclaré un porte-parole de l’armée avant d’ajouter que « des unités des forces de défense israéliennes opéraient pour séparer les parties ».

Aucune arrestation n’a été effectuée, ni d’Israéliens ni de Palestiniens.

Samedi après-midi, des dizaines de résidents d’implantations israéliennes sont entrés dans un terrain de jeu à l’intérieur du hameau palestinien de Susiya, dans les collines du sud d’Hébron. Selon des militants israéliens de gauche présents sur les lieux, les résidents d’implantations ont expulsé les enfants palestiniens qui se trouvaient sur le terrain de jeu.

Sur les vidéos de la scène, on peut voir les agresseurs s’affairer sur le terrain de jeu, entourés par l’armée, sans qu’il y ait de signes de lutte. Les Israéliens seraient restés dans l’aire de jeux pendant environ une demi-heure avant que les policiers ne les dispersent.

L’armée a déclaré que le groupe était entré sur le terrain de jeu dans le cadre d’une « confrontation » dans la région. Elle a déclaré que les vidéos ne reflétaient « pas le déroulement de l’incident ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...