Rechercher

Deux terroristes du Jihad islamique tués lors d’un attentat manqué en Cisjordanie

Les deux hommes ont tenté d'ouvrir le feu sur les soldats israéliens près de Jaba, au sud de Jénine ; un Palestinien blessé lors d'affrontements il y a quinze jours est mort

Des passants autour d'une voiture criblée de balles où circulaient deux membres du Jihad islamique palestinien qui ont été tués par les soldats israéliens à Jaba, près de Jénine, en Cisjordanie, le 14 janvier 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des passants autour d'une voiture criblée de balles où circulaient deux membres du Jihad islamique palestinien qui ont été tués par les soldats israéliens à Jaba, près de Jénine, en Cisjordanie, le 14 janvier 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Deux membres du Jihad islamique palestinien ont été tués après avoir ouvert le feu sur des soldats israéliens dans le nord de la Cisjordanie, samedi matin, ont indiqué l’armée et le groupe terroriste.

Selon l’armée israélienne, les soldats qui se trouvaient à proximité de la ville de Jaba, au sud de Jénine, ont essuyé des tirs provenant d’une voiture en circulation. Tsahal a précisé que les troupes avaient ouvert le feu en riposte et que plusieurs suspects avaient été touchés.

Dans un communiqué, le Jihad islamique palestinien a précisé que les membres d’une branche locale du groupe terroriste basée à Jaba avaient tiré sur les troupes qui opéraient dans le secteur.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP) a indiqué que deux hommes étaient morts au cours de l’incident, Izz a-Din Basem Hamamra, 24 ans et Amjad Adnan Khaliliya, âgé de 23 ans.

Le groupe terroriste a ultérieurement noté que les deux jeunes hommes étaient membres de son organisation.

Les médias palestiniens ont posté des images de la voiture impliquée dans cette attaque manquée. Les fenêtres sont brisées et il y a des taches de sang sur les sièges.

L’armée a expliqué que les soldats déployés dans le secteur avaient retrouvé un fusil d’assaut M-16 utilisé par l’un des hommes.

L’attaque n’a fait aucun blessé du côté israélien, a déclaré Tsahal.

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont pris pour cible de manière répétée des postes militaires, des soldats opérant le long de la barrière de sécurité de Cisjordanie, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

Un fusil d’assaut M-16 retrouvé près du village de Jaba suite à des tirs contre les soldats israéliens, le 14 janvier 2023. (Crédit : Armée israélienne)

De plus, samedi matin, un Palestinien est mort deux semaines après avoir été grièvement blessé par des tirs pendant des affrontements avec les forces israéliennes, venues pour démolir les habitations de deux hommes armés qui avaient tué un officier, l’année dernière. Les heurts avaient eu lieu le 2 janvier.

Yazan al-Jaabari, 19 ans, a finalement succombé à ses blessures, a indiqué dans un communiqué l’hôpital Ibn Sina de Jénine, dans le sud de la Cisjordanie. Le ministère palestinien de la Santé a également confirmé son décès.

Deux hommes armés palestiniens avaient été tués lors de ces échauffourées.

Tsahal avait fait savoir pendant l’opération qui avait eu lieu à Kafr Dan, au nord de Jénine, que les militaires avaient essuyé « les tirs massifs » des Palestiniens.

« Les troupes ont riposté en utilisant des moyens de dispersion des foules et elles ont ouvert le feu sur un certain nombre d’hommes armés qui tiraient en leur direction », avaient fait savoir les militaires, qui avaient ajouté qu’il y avait eu des blessés du côté palestinien.

Ce village était la ville natale de deux Palestiniens qui avaient commis un attentat meurtrier le long de la barrière de sécurité de la Cisjordanie, le 14 décembre, tuant le major Bar Falah, 30 ans, commandant-adjoint de l’unité de reconnaissance d’élite Nahal.

Le major Bar Falah, 30 ans, commandant-adjoint de l’unité d’élite Nahal, tué dans un échange de coups de feu avec des terroristes à la barrière de sécurité de la Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Autorisation : Famille)

Israël démolit régulièrement les habitations des Israéliens accusés d’avoir commis des attaques meurtrières. L’efficacité de cette mesure fait l’objet d’un débat très animé au sein de l’establishment sécuritaire israélien tandis que les activistes des droits de l’Homme estiment que cette pratique s’apparente à une punition collective injuste.

Une enquête militaire consacrée à la mort de Falah avait noté des « erreurs » faites par les soldats, qui avaient détecté les suspects aux abords d’un poste militaire et qui y étaient entrés pour enquêter sans réaliser que les hommes étaient armés. Les forces israéliennes avaient alors été prises par surprise par une pluie de balles. L’une d’elles avait mortellement touché Falah.

Ces incidents surviennent dans le cadre d’une offensive anti-terroriste israélienne qui s’est majoritairement concentrée sur le nord de la Cisjordanie suite à des attentats palestiniens qui avaient entraîné la mort de 31 Israéliens en 2022.

L’opération menée par l’armée israélienne a entraîné 2 500 arrestations lors de raids nocturnes pratiquement quotidiens. Elle a aussi entraîné la mort de plus de 170 Palestiniens en 2022 et de quatre autres Palestiniens depuis le début de l’année – un grand nombre d’entre eux ayant été tués pendant qu’ils commettaient des attaques ou pendant des heurts avec les forces de sécurité. Certains étaient également des civils non-armés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.