Echange musclé entre Zarif et son homologue bahreini à propos de Bolton
Rechercher

Echange musclé entre Zarif et son homologue bahreini à propos de Bolton

Après que le ministre des Affaires étrangères iranien a publié une photo de John Bolton portant des lunettes de réalité virtuelle, le petit émirat a pris la défense de Jérusalem

Le ministre des affaires étrangères iranien  Mohammad Javad Zarif durant une réunion de promotion de l'élimination des armes nucléaires pendant l'Assemblée générale des Nations unies, le mercredi 26 septembre 2018 au siège de l'ONU (Crédit : AP Photo/Bebeto Matthews)
Le ministre des affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif durant une réunion de promotion de l'élimination des armes nucléaires pendant l'Assemblée générale des Nations unies, le mercredi 26 septembre 2018 au siège de l'ONU (Crédit : AP Photo/Bebeto Matthews)

Les ministres des Affaires étrangères de l’Iran et du Bahreïn sont affrontés par tweets interposé lundi concernant Israël et le soutien américain apporté à l’Etat juif. Un haut-diplomate israélien est également entré dans la bagarre.

Tout a commencé lorsque le ministre des Affaires étrangères de Téhéran Mohammad Javad Zarif a partagé une photo du conseiller à la sécurité nationale John Bolton au cours d’une visite réalisée au mur Occidental de Jérusalem dans la journée de dimanche. Bolton et son entourage y apparaissent, équipés des lunettes alors qu’ils prenaient part à une expérience de découverte virtuelle de l’histoire du site.

« On dit qu’une photo vaut mille mots à elle seule », écrit Zarif.

« Mais cette photo dit néanmoins bien plus de mille mots sur des décennies de politique américaine ratée dans notre région. Dans la vallée des aveugles, même ceux qui portent des lunettes de réalité virtuelle le restent ».

Il a reçu une réponse rapide du ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Khalid bin Ahmed Al Khalifa, qui a récemment pris la défense d’Israël à plusieurs occasions.

Al Khalifa a tweeté une photo de 2010 montrant le président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, arborant des lunettes de réalité virtuelle lors de la visite d’un site appartenant à l’Organisation d’énergie atomique iranienne.

« Cette photo dit un million de mots… sur des décennies de mauvaises intentions, d’objectifs hégémoniques et de fausse représentation d’une nation fière », a-t-il écrit. « L’Iran est une chose et vous, vous en êtes une autre ».

L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis, Ron Dermer, qui a accompagné Bolton lors de cette visite, est lui aussi monté sur le ring, tweetant à l’attention de Zarif : « Si seulement le programme nucléaire iranien, les missiles balistiques, la campagne globale de terrorisme, les promesses de destruction d’Israël et les ‘mort à l’Amérique’ scandés pouvaient appartenir à un jeu de réalité virtuelle et ne pas être les politiques réelles du régime radical que vous représentez ».

Israël et Bahreïn n’entretiennent pas de relations diplomatiques mais auraient des liens solides en coulisses. Les deux pays considèrent l’Iran comme une menace stratégique.

Au mois de décembre, Al Khalifa avait estimé que la ligue arabe était « irresponsable » après qu’elle a attaqué la reconnaissance par l’Australie de Jérusalem-ouest en tant que capitale d’Israël. Il avait également fait part de son soutien sur Twitter à l’opération israélienne de destruction des tunnels transfrontaliers du Hezbollah et expliqué, au mois de mai, que l’Etat juif avait le droit de se défendre.

La visite de Bolton au mur Occidental et dans les tunnels du site, dimanche, a entraîné la fureur des responsables palestiniens. Saeb Erekat, secrétaire-général de l’Organisation de libération de la Palestine, a estimé qu’elle sapait le droit international.

Cette attitude ne changera pas le fait que Jérusalem Est est un territoire occupé et la capitale de l’état de Palestine, » a-t-il tweeté.

Bolton s’est rendu en Israël pour évoquer la politique américaine en Syrie et la menace représentée par l’Iran. Au cours de sa visite, il a juré que Washington resterait un « fort soutien » des frappes israéliennes contre des cibles iraniennes en Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...