Edda Goering, la fille du général nazi et filleule d’Hitler, meurt à 80 ans
Rechercher

Edda Goering, la fille du général nazi et filleule d’Hitler, meurt à 80 ans

La mort en décembre de la filleule d’Hitler est restée secrète

Edda Goering lors d'une interview télévisée en 1986. (Crédit : capture écran)
Edda Goering lors d'une interview télévisée en 1986. (Crédit : capture écran)

Edda Goering, la fille du chef nazi Hermann Goering, est décédée en décembre dernier. Elle a été enterrée secrètement dans une tombe anonyme à Munich, ont annoncé des médias allemands.

Elle est décédée le 21 décembre 2018 à l’âge de 80 ans de causes non précisées. Sa mort n’a pas été rendue publique. Des responsables politiques locaux ont confirmé sa mort aux médias il y a quelques jours.

Nazi de premier plan, Goering était le commandant de la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale et le successeur désigné d’Adolf Hitler. Après la guerre, il fut capturé et condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité lors des procès de Nuremberg. Il se suicida en avalant du cyanure la veille de son exécution par pendaison.

Edda Goering est née le 2 juin 1938 de l’union d’Hermann Goering et de sa deuxième femme, l’actrice Emmy Sonnermann. Celle qui était la filleule d’Hitler aurait passé une bonne partie de son enfance dans le domaine familial de Carinhall, au nord-est de Berlin.

Elle parlait en bien de son père. Selon le journal Tz basé à Munich, dans un entretien avec la télévision suédoise en 1986, elle avait ainsi déclaré : « Grâce à l’amour et à l’attention de mes parents, j’ai eu une enfance très agréable ».

Elle saluait aussi sa bonté inhérente et a minimisé son rôle dans la « chose terrible qui est arrivée aux Juifs », se disant « convaincue que mon père, quand il a rejoint Hitler, pensait qu’il faisait ce qu’il y avait de mieux pour l’Allemagne ».

« Mon père était très populaire, même à l’étranger. Il avait de l’éducation, de la personnalité et une chaleur naturelle », avait-elle déclaré.

Après la guerre, elle a vécu avec sa mère jusqu’à son décès en 1973. Elle travaillait comme secrétaire médicale.

En 2014, elle a fait une requête, sans succès, auprès des autorités allemandes en Bavière pour recevoir une partie des biens de son père, dont beaucoup ont été pillés pendant la guerre. Sa demande avait été rejetée par le parlement local après quelques minutes de discussion seulement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...