Eli Cohen veut doubler le volume commercial entre Israël et la France
Rechercher

Eli Cohen veut doubler le volume commercial entre Israël et la France

Le ministre israélien de l'Économie appelle les investisseurs français à s'intéresser davantage aux développements technologiques israéliens

Le ministre de l'Économie et de l'Industrie Eli Cohen lors de 14ème conférence annuelle du groupe  'Besheva' ,le 13 février 2017. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Économie et de l'Industrie Eli Cohen lors de 14ème conférence annuelle du groupe 'Besheva' ,le 13 février 2017. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Le groupe de travail économique bilatéral franco-israélien créé par le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire, et ses homologues israéliens Eli Cohen et Moshé Kahlon s’est réuni la semaine dernière pour la première fois.

En marge de cette réunion, Eli Cohen s’est rendu en France les 15 et 16 février derniers, pour y plaider davantage de coopération.

Dans une interview accordée au Monde il affirme que « les échanges commerciaux et les partenariats économiques entre la France et Israël « ne sont pas à la hauteur de leur potentiel ».

« L’objectif : ‘Doubler le volume commercial et les investissements en cinq ans' », revendique-t-il dans le Monde, à l’unisson de M. Le Maire. La France ne bénéficie que d’une très faible part des investissements israéliens (un stock de 160 millions d’euros fin 2015, selon la Banque de France). De même, l’Hexagone est seulement le cinquième partenaire européen d’Israël, loin derrière l’Allemagne et, surtout, le Royaume-Uni ».

Mettant en avant les différences complémentaires entre les deux pays Eli Cohen les appelle à unir leurs forces dans le domaine de la « smart mobilité », à l’image de Mobileye, racheté 15 milliards de dollars par Intel l’année dernière.

« La France a une industrie automobile fantastique, explique-t-il dans le quotidien du soir. En Israël, nous ne produisons pas de véhicules, car nous sommes un pays trop petit, mais nous avons plus d’une centaine d’entreprises qui proposent des solutions technologiques de pointe dans ce domaine. Cela compte, au moment où l’on parle de digitalisation, d’intelligence artificielle, de voitures autonomes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...