Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Epinglé par le président du Crif, Mélenchon dénonce une « extrême droite » sans limite

Yonathan Arfi a sévèrement critiqué LFI dans un discours à l'occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites, hommage aux Justes

Le leader français d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)
Le leader français d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi a accusé lors d’une cérémonie dimanche, Jean-Luc Mélenchon de se « compromettre loin du pacte républicain », s’attirant en retour les foudres du responsable de la France insoumise (LFI) pour qui « l’extrême droite n’a plus de limites ».

M. Arfi a sévèrement épinglé LFI et son principal dirigeant M. Mélenchon, dans un discours prononcé à Paris à l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites, hommage aux Justes.

Face à la menace d’une arrivée de l’extrême droite au pouvoir en 2027, « les porte-voix de la France insoumise font davantage partie du problème que de la solution », a asséné le président du CRIF.

« En se nommant insoumis, ils prétendent incarner une forme de résistance mais de quelle résistance parle-t-on lorsque les insoumis sont incapables de s’affranchir des ordres de leur chef lorsqu’il se compromet loin du pacte républicain ? », a fustigé M. Arfi en estimant que LFI était « prêt à sacrifier la République sur l’autel du communautarisme ».

M. Arfi a également condamné l’utilisation du mot « déportation » par la députée LFI Ersilia Soudais pour qualifier l’expulsion d’Israël vers la France de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri.

« Le président du #CRIF utilise la cérémonie à la mémoire des victimes de la rafle des juifs par la police française pour me prendre à partie. Abject. L’extrême droite n’a plus de limite », a répondu en retour Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

Les propos de M. Arfi relèvent d’une « polémique politicienne et fausse », a répondu de son côté le député (LFI) Alexis Corbière, également sur Twitter. Une telle « faute » est « irresponsable quand l’extrême droite raciste et antisémite progresse », a-t-il ajouté.

La passe d’armes n’en est pas restée là, M. Arfi ayant choisi d’enfoncer le clou sur Twitter, en affirmant à propos de M. Mélenchon : « En sortant du cadre républicain, qu’il le veuille ou non, il est l’allié objectif du RN. »

Accuser le CRIF d’être d’extrême droite, alors qu’il a été « fondé dans la Résistance » et qu’il a inscrit la lutte contre l’extrême droite dans son « ADN profond », est « particulièrement pervers » et « grotesque », a commenté M. Arfi auprès de l’AFP.

« Un jour viendra, je l’espère, où les membres de LFI, au lieu de suivre Jean-Luc Mélenchon dans ses égarements en dehors du cadre républicain, sauront s’en émanciper et s’en affranchir », mais « aujourd’hui manifestement ce n’est pas le cas », a poursuivi M. Arfi.

Plusieurs responsables de la majorité et du gouvernement ont affirmé leur soutien à M. Arfi dans cette polémique. Les attaques de M. Mélenchon sont « indignes », a ainsi estimé la ministre chargée de la diversité, Isabelle Rome, appelant à « un peu de tenue », en mémoire des victimes juives de la déportation.

« Honte à vous @JLMelenchon », a également tweeté la patronne des députés Renaissance, Aurore Bergé.

Quant au premier président de la Cour des comptes et ancien ministre (PS) Pierre Moscovici, il a estimé « aussi absurde que choquant » d’accuser le président du CRIF « d’être d’extrême-droite ».

Le parti La France insoumise, fondateur de la Nupes, a à plusieurs reprises été accusé de laxisme face à l’antisémitisme, notamment après l’accueil à Paris de Jeremy Corbyn, ex-patron du Parti travailliste britannique exclu de son groupe parlementaire pour laxisme face à l’antisémitisme, par Danièle Obono et Danielle Simonnet, devenues députées.

Jean-Luc Mélenchon avait lui aussi déjà été accusé d’accointances avec l’antisémitisme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.