États-Unis: un groupe juif soutient la juge choisie par Biden à la cour d’appel
Rechercher

États-Unis: un groupe juif soutient la juge choisie par Biden à la cour d’appel

Ketanji Brown Jackson gagne le soutien du Conseil national des femmes juives alors qu'elle se prépare à une confirmation difficile avant sa nomination possible à la plus haute cour

La juge Ketanji Brown Jackson s'exprime lors du Parsons Legacy Dinner, qui honore chaque année un juriste fédéral afro-américain, le 24 février 2020. (Crédit : CC BY-SA 4.0 Wikicago/Wikipedia)
La juge Ketanji Brown Jackson s'exprime lors du Parsons Legacy Dinner, qui honore chaque année un juriste fédéral afro-américain, le 24 février 2020. (Crédit : CC BY-SA 4.0 Wikicago/Wikipedia)

WASHINGTON (JTA) — L’organisation NCJW (National Council of Jewish Women) a apporté son soutien à deux candidates choisies par Joe Biden à la cour d’appel, et notamment à une femme qui risque de devoir affronter une confirmation particulièrement difficile – Biden souhaitant, selon certaines informations, la voir accéder à la Cour suprême sous son autorité.

Dans des courriers envoyés lundi à la Commission judiciaire du sénat, chargée de prendre en compte les nominations la première, le NCJW a apporté son soutien à l’entrée de la juge Ketanji Brown Jackson à la cour d’appel américaine pour le district du circuit de Columbia, une rampe de lancement pour les magistrats qui sont désignés à la Cour suprême. Il a aussi appuyé l’entrée de Candace Jackson-Akiwum, avocate, au 7e circuit de Chicago.

Si Jackson atteint son objectif et que Biden la nomme alors à la Cour suprême, elle remplacera probablement Stephen Breyer, l’un des deux magistrats juifs.

Par sa lettre, NCJW a rejoint un certain nombre de groupes libéraux et de personnalités de premier plan réclamant la confirmation de Jackson.

Les spécialistes de la Cour suprême ont indiqué que Biden était probablement en train de placer Jackson sur le circuit de Washington dans la mesure où ce dernier prend en charge de nombreuses questions qui finissent par être présentées devant la Cour suprême. Feu la magistrate juive Ruth Bader Ginsburg figurait parmi les nombreux juges qui étaient passés du circuit de Washington à la Cour suprême.

Les juges à la Cour suprême lors d’un portrait officiel à la Cour suprême de Washington, le 30 novembre 2018. De gauche à droite : Stephen Breyer, Clarence Thomas, le président de la cour des Etats-Unis John G. Roberts, Ruth Bader Ginsburg and Samuel Alito Jr. Derrière, de gauche à droite : Neil Gorsuch, Sonia Sotomayor, Elena Kagan et Brett M. Kavanaugh. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite, File)

Biden a également indiqué vouloir nommer une femme afro-américaine au tribunal. Jackson, à 50 ans, est encore relativement jeune.

Ginsburg était décédée la veille de l’élection du mois de novembre et l’ancien président Donald Trump, aux côtés du leader de la majorité au sénat de l’époque, le républicain Mitch McConnell, s’était pressé de la remplacer par Amy Coney Barrett, amenant la majorité conservatrice au sein du tribunal à 6-3. Breyer, 82 ans, est considéré comme un libéral, comme c’est le cas également de l’autre juge juive, Elena Kagan.

Dans son courrier, le NCJW cite les jugements rendus par Jackson et son rôle actuel, à la cour de district de Washington, en faveur des droits des travailleurs à la négociation collective et en faveur d’un financement gouvernemental pour un programme de prévention des grossesses en faveur des adolescentes.

Biden a désigné, la semaine dernière, onze personnes à des postes en cour d’appel. Les républicains du sénat ont d’ores et déjà signalé qu’ils se focaliseraient sur Jackson en raison de la forte probabilité de la présence de son nom dans la liste de présélection de Biden pour les juges à la Cour suprême.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...