Etrangers vaccinés ou guéris autorisés à rendre visite à leurs proches en Israël
Rechercher

Etrangers vaccinés ou guéris autorisés à rendre visite à leurs proches en Israël

Les non-citoyens souhaitant entrer en Israël doivent présenter des documents attestant de leur vaccination ou guérison du COVID et prouver leur lien avec ceux qu'ils viennent voir

Des voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Flash90)
Des voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Flash90)

Les étrangers vaccinés ou guéris du COVID-19 et qui ont des parents au premier degré en Israël pourront entrer dans le pays pour leur rendre visite, a annoncé mardi l’Autorité de la population et de l’immigration.

Les visiteurs sont autorisés à entrer avec leur conjoint et leurs enfants.

Les citoyens israéliens ou les résidents permanents et leurs familles dont le « centre de vie » se trouve à l’étranger peuvent également venir en Israël pour rendre visite à des parents au premier degré.

Les étrangers souhaitant entrer en Israël doivent soumettre une demande officielle à l’Autorité de la population et de l’immigration et recevoir une approbation avant leur vol. Ils doivent également présenter une preuve de vaccination ou de guérison et une preuve de leur lien avec les personnes auxquelles ils rendent visite.

En outre, les voyageurs doivent se faire tester dans les 72 heures avant leur arrivée en Israël.

Des assistants médicaux testent des passagers pour le COVID-19 à l’aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Flash90)

Avant cela, les ressortissants étrangers n’étaient autorisés à se rendre en Israël que dans de rares circonstances particulières, par exemple pour recevoir un traitement médical essentiel, pour assister aux funérailles d’un parent du premier degré ou pour des raisons humanitaires, entre autres.

Ce changement de politique intervient dans un contexte de mécontentement croissant de la part des citoyens israéliens qui sont des immigrants, appelés olim en hébreu. Mardi, un groupe d’olim a manifesté au Rose Garden, en face de la Knesset, pour demander un meilleur contrôle du processus décisionnel du gouvernement concernant les personnes autorisées à entrer dans le pays.

Rachel Hirshfeld (à droite) et Shahar Cohen, son fiancé. Hirshfeld est l’une des organisatrices du groupe Facebook « Reunite Olim with their Families », qui proteste contre le manque de visas d’entrée pour les familles d’immigrants en Israël. (Autorisation Rachel Hirshfeld)

Il a été demandé aux manifestants de s’habiller en tenue de mariage ou de pousser des poussettes vides, représentant les différents événements du cycle de vie manqués par les membres de la famille bloqués hors d’Israël.

La manifestation était organisée par les membres d’un groupe Facebook, « Reunite Olim with Their Families ». Ce groupe a été créé pour que ses membres puissent partager des informations et se soutenir mutuellement lorsqu’ils tentent de trouver des moyens pour que leurs proches puissent leur rendre visite lors d’événements importants de leur vie.

Les citoyens étrangers sont interdits d’entrée en Israël depuis le début de la pandémie l’année dernière. Au début de cette année, l’entrée des Israéliens a également fait l’objet de restrictions importantes, le gouvernement ayant ordonné la fermeture quasi complète de l’aéroport Ben Gurion, en raison de la crainte que des variantes du coronavirus résistantes aux vaccins n’entrent dans le pays.

Le gouvernement a ensuite assoupli les restrictions sur les liaisons aériennes pour les citoyens en vue des élections du 23 mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...