Facebook : La vague de la technologie israélienne se fait ressentir à la Silicon Valley
Rechercher

Facebook : La vague de la technologie israélienne se fait ressentir à la Silicon Valley

Le réseau social organise une conférence pour les développeurs à Tel Aviv pour exploiter les starts-ups locales

Ime Archibong de Facebook (à gauche), Malvina Goldfeld (au centre) et Adi Soffer Teeni dans le bureau de Tel Aviv de Facebook (Crédit : Shoshanna Solomon / Times of Israel)
Ime Archibong de Facebook (à gauche), Malvina Goldfeld (au centre) et Adi Soffer Teeni dans le bureau de Tel Aviv de Facebook (Crédit : Shoshanna Solomon / Times of Israel)

Facebook va organiser sa première conférence pour les développeurs israéliens mardi pour aider les créateurs d’applications mobiles israéliennes et des technologies à développer leurs produits dans le cadre du projet du réseau social visant à créer un monde connecté et pour rester en contact avec des technologies de pointe, a indiqué un responsable de Facebook lundi à Tel Aviv.

« J’ai fait le tour du monde trois ou quatre fois au cours des deux dernières années et c’est ma première fois ici », a signalé Ime Archibong, le directeur des partenariats de Facebook.

L’éco-système de la start-up israélienne est « presque le plus connecté à la Silicon Valley en ce moment. C’est peut-être la raison pour laquelle il m’a fallu si longtemps pour arriver ici. La vague que cet éco-système fait sur la scène mondiale se fait ressentir dans la Silicon Valley, dans mon jardin, et c’est l’une des raisons pour lesquelles je suis ravi d’être ici dans les battements de son cœur et d’en faire l’expérience ».

FBStart – un programme mondial conçu pour aider les startups dans le domaine des téléphones mobiles et des chatbots pour construire et développer leurs applications – encourage déjà quelque 9 000 startups dans 140 pays, dont plus de 150 sociétés sont israéliennes.

L’idée derrière l’initiative est de puiser dans le « potentiel des entrepreneurs des start-ups et les développeurs qui sont partout dans le monde » et voir si Facebook, en tant que société de technologie, pourrait ajouter une certaine plus value « d’une manière spécifique », a déclaré Archibong.

« Nous leur devons cela. Nous étions une start-up et quand nous étions une start-up, c’était les Microsofts et les gens de la Silicon Valley qui nous ont vraiment aidés à grandir. Nous voulions nous assurer que nous pourrions revenir à l’écosystème maintenant que nous sommes une entreprise plus importante. Nous nous considérons toujours comme une start-up, mais nous sommes clairement un peu plus grand en tant que société et on a les ressources, le temps et l’énergie pour le faire ».

Adi Soffer Teeni de Facebook (à gauche), Ime Archibong (au centre) et Malvina Goldfeld dans le bureau de Tel Aviv de Facebook (Crédit : Shoshanna Solomon / Times of Israel)
Adi Soffer Teeni de Facebook (à gauche), Ime Archibong (au centre) et Malvina Goldfeld dans le bureau de Tel Aviv de Facebook (Crédit : Shoshanna Solomon / Times of Israel)

Lors de la conférence de mardi à Tel-Aviv, les responsables Facebook, les ingénieurs et les directeurs de produits rencontreront plus de 600 développeurs israéliens qui se sont inscrits à l’événement et leur parleront de ceux que des outils de développement et les plate-formes Facebook et ses partenaires comme Amazon et Dropbox, peuvent leur offrir pour les aider à développer leurs produits.

Facebook a ouvert son bureau à Tel Aviv il y a deux ans et demi et l’un de ses plus grands centres d’intérêt est de travailler avec les start-ups, a déclaré Adi Soffer Teeni, la gestionnaire de Facebook en Israël.

Les applications mobiles « sont devenues le moteur le plus important pour Internet », a-t-elle déclaré.

« Et si à une époque le principal objectif des start-ups en Israël était de développer la technologie, aujourd’hui la plupart des entrepreneurs se rendent compte que les produits qu’ils développent autour de ces technologies doivent être axés sur le client ».

Travailler avec Facebook aide les start-ups à gagner en clarté dans ce que leurs priorités devraient être et qui ils sont, a-t-elle expliqué. Devenir « les entreprises de technologie de consommation est l’un des principaux défis » pour les start-ups israéliennes aujourd’hui, a-t-elle ajouté.

En échange, Facebook peut apprendre et grandir grâce aux commentaires qu’il reçoit de ces développeurs, a souligné Archibong.

« La plus grande valeur que nous obtenons » vient des commentaires des développeurs avec qui nous travaillions, a-t-il indiqué. « Nous pouvons obtenir des commentaires les plus sincères. Ce sont les commentaires qui façonneront notre feuille de route pour 2017 », a-t-il déclaré. Cela permet à l’entreprise d’être toujours au cœur des derniers développements.

Ime Archibong de Facebook (Crédit : Autorisation)
Ime Archibong de Facebook (Crédit : Autorisation)

Les développeurs qui veulent faire partie de FBStart peuvent choisir de faire partie des différentes voies de FBStart, y compris les voies d’amorce et d’accélérateur, et ils auront une présentation des outils Facebook qui peuvent être mis à leur disposition pour développer leurs produits. Ceux qui seront choisis auront le droit à un mentorat et des relations globales avec d’autres entrepreneurs et technologies à l’échelle mondiale.

Il n’y a aucune limite au nombre d’entreprises qui peuvent présenter leur candidature, a déclaré Malvina Goldfeld, une Israélienne qui dirige les programmes de développeurs de Facebook. Les critères pour être choisi dépendent du type d’application qui est developpée, de la qualité de l’application et si elle a déjà des utilisateurs ou non.

« La mission de Facebook est de connecter le monde et de le rendre plus ouvert », a déclaré Goldfeld. « Nous savons que nous ne serons pas en mesure de le faire seul, alors nous voulons construire un écosystème de start-ups qui nous aidera à connecter le monde. Nous pensons constamment à ce que nous devons créer pour aider les startups à réussir et comment nous pouvons les soutenir en tant que Facebook ».

Malvina Goldfeld de Facebook (Crédit : Autorisation)
Malvina Goldfeld de Facebook (Crédit : Autorisation)

Certaines entreprises mondiales soutenues par FBStart ont déjà réussi à obtenir un financement, a déclaré Archibong, comme Taiwan VoiceTube, qui a créé une application d’apprentissage de l’anglais et un Mixcloud, une start-up londonienne qui a créé une plate-forme de plate-forme musicale pour les DJ.

« Globalement, cela a fait exploser mes attentes en termes de ce que nous avons obtenu et où nous sommes arrivés dans un temps relativement court, en trois ans », s’est réjoui Archibong.

Les responsables ont refusé d’aborder les critiques dont Facebook a fait l’objet au sujet de fausses informations sur sa plate-forme pendant la campagne électorale américaine. Le 19 novembre, Mark Zuckerberg a déclaré dans un message que la société prend « la désinformation au sérieux » et a travaillé « sur ce problème pendant une longue période et nous prenons cette responsabilité au sérieux. Nous avons fait des progrès importants, mais il reste encore du travail à faire ».

Zuckerberg a déclaré que la société a déjà un certain nombre de projets en cours, y compris une détection plus forte, ce qui rend plus facile pour les gens de signaler les histoires comme étant fausses, et d’introduire la vérification des faits par des tiers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...