Fin des poursuites contre des footballeurs accusés de détournement de mineures
Rechercher

Fin des poursuites contre des footballeurs accusés de détournement de mineures

L'État n'a pas trouvé de preuve indiquant que les joueurs savaient que les filles étaient mineures ; le procureur continue d'enquêter sur les intimidations qu'elles subissent

Dor Micha, du Maccabi Tel Aviv, contrôle le ballon lors d'un match de football de l'Europa League contre Villarreal au stade Ceramica de Villarreal, en Espagne, le 7 décembre 2017. (AP Photo/Alberto Saiz)
Dor Micha, du Maccabi Tel Aviv, contrôle le ballon lors d'un match de football de l'Europa League contre Villarreal au stade Ceramica de Villarreal, en Espagne, le 7 décembre 2017. (AP Photo/Alberto Saiz)

Le bureau du procureur a clôturé lundi une affaire impliquant deux joueurs de football israéliens accusés de détournement de mineur pour avoir eu des relations sexuelles avec deux jeunes filles de 15 ans, statuant qu’il n’y avait aucune preuve qu’ils savaient que les filles étaient mineures.

Les joueurs de football du Maccabi Tel-Aviv, Dor Micha, un milieu de terrain de 28 ans et Omer Atzili, un ailier de 26 ans, ont été soupçonnés en juin d’avoir eu des relations sexuelles illicites consenties avec deux mineures et de leur avoir fourni de l’alcool.

Les affaires de détournement de mineur ont été classées après que l’accusation a constaté qu’il n’y avait pas de preuve pour soutenir l’affirmation selon laquelle les hommes savaient que les filles étaient mineures, après avoir apparemment été induits en erreur en pensant qu’elles avaient 17 ans et plus de l’âge de consentement.

Le ministère public a également déclaré qu’il n’y avait aucun intérêt public à les poursuivre pour fourniture d’alcool à des mineurs.

Cependant, le procureur a noté qu’ils enquêtaient toujours sur l’humiliation et l’intimidation en ligne dont les deux filles ont fait l’objet après que les faits ont été rendus publics. « Le ministère public prend ce phénomène au sérieux, et l’enquête est toujours en cours ».

Les joueurs ont expliqué avoir rencontré les filles lors d’une fête organisée par un autre joueur de Première division israélienne, où ils ont échangé leurs numéros. Ils se sont ensuite retrouvés au domicile de l’un des joueurs, où ils ont eu des relations sexuelles, selon des médias en hébreu.

Les deux joueurs ont assuré à la police qu’elles ne savaient pas que les filles étaient mineures et ont donné aux autorités l’accès à leurs téléphones portables pour qu’elles puissent consulter les messages échangés avec les filles. Des associés des joueurs ont précédemment déclaré au quotidien Haaretz que les filles se présentaient comme ayant 17 ans, ajoutant qu’elles avaient des SMS prouvant cela.

En réponse à la clôture de l’affaire, Orit Sulitzeunau, directeur exécutif de l’Association des centres de lutte contre le viol en Israël a dénoncé : « la clôture de l’affaire contre Dor Micha et Omar Atzili démontre une fois de plus l’impuissance du système pénal ».

« La leçon à en tirer par le public devrait être que la clôture de l’affaire ne blanchit pas leurs actions, ni ne les rend acceptables », a-t-elle déclaré.

L’une des filles a nié avoir menti sur son âge.

« Ils mentent. Nous n’avons jamais dit que nous avions 18 ans et on ne nous a pas demandé notre âge », avait-elle affirmé à la Douzième chaîne en juin. « Les joueurs de football savaient que nous étions des lycéennes. Je suis vraiment blessée. Je sais qu’on a profité de moi. »

Omar Atzili et Dor Micha, sont impliqués dans le scandale depuis juin et ont été temporairement suspendus de leur équipe du Maccabi Tel Aviv, qui a déclaré que les allégations étaient « graves ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...