Football: menaces de l’AP sur la candidature de l’Argentine pour le Mondial 2030
Rechercher

Football: menaces de l’AP sur la candidature de l’Argentine pour le Mondial 2030

L'AP avait promis une campagne mondiale pour faire échouer la candidature de Buenos Aires en 2030 si Messi et ses coéquipiers disputaient le match de samedi à Jérusalem

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Cette photo du 5 juin 2018 montre une affiche érigée dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, appelant au boycott de la star du football Lionel Messi (l) à côté d'un portrait du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (AFP PHOTO / HAZEM BADER)
Cette photo du 5 juin 2018 montre une affiche érigée dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, appelant au boycott de la star du football Lionel Messi (l) à côté d'un portrait du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (AFP PHOTO / HAZEM BADER)

Les Palestiniens ont menacé lundi de torpiller la candidature du pays latino-américain pour accueillir la Coupe du Monde 2030.

« C’est avec regret que nous déclarons par la présente que, si l’équipe nationale argentine joue à Jérusalem, nous lancerons une campagne mondiale pour remettre en question l’éligibilité de l’Argentine à accueillir la Coupe du Monde de la FIFA 2030 », a déclaré la Fédération palestinienne de football dans un communiqué.

L’équipe argentine, emmenée par son attaquant vedette Lionel Messi, devait jouer samedi soir au Stade Teddy de Jérusalem, d’une capacité de 31 733 places. [Le match a été annulé mercredi 6 juin suite à l’appel de la Fédération palestinienne. Elle avait demandé à Lionel Messi de ne pas y participer, invoquant une récupération politique de l’Etat hébreu, NDLR]

L’Argentine, double championne du monde et candidate à la coupe cet été, a confirmé sa candidature pour accueillir le tournoi de 2030, aux côtés du Paraguay et de l’Uruguay.

« La famille du football palestinien appelle la Fédération argentine de football et l’équipe nationale argentine à ne pas être utilisées par les politiciens du gouvernement israélien pour normaliser l’annexion illégale de Jérusalem-Est occupée (sic) et blanchir les violations systématiques par Israël du droit international et des droits de l’homme », peut-on lire dans le communiqué.

En acceptant l’invitation à jouer « dans la ville occupée de Jérusalem », l’Argentine risque d’être considérée comme « indigne » d’accueillir la Coupe du Monde 2030, poursuit le communiqué.

Cette photo du 5 juin 2018 montre une affiche érigée dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, appelant au boycott de la star du football Lionel Messi (g) à côté d’un portrait du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (AFP PHOTO / HAZEM BADER)

Israël a conquis Jérusalem-Est lors de la Guerre des Six Jours de 1967 et l’a annexée par la suite, ce qui n’a pas été reconnu par une grande partie de la communauté internationale. Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme capitale d’un futur état et ont été furieux des récentes initiatives des États-Unis visant à reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et à déplacer son ambassade de Tel Aviv.

Le stade est situé à Jérusalem-Ouest.

Le communiqué indiquait que le match enverrait un message selon lequel les stars argentines légitimisent les actions illégales d’une occupation qui viole systématiquement les droits de l’homme d’environ 5 millions de Palestiniens luttant sous son joug.

Le match est le dernier pour l’Argentine avant la Coupe du Monde en Russie, qui commence quelques jours plus tard et a provoqué une frénésie en Israël. Les billets ont été vendus dans les 20 minutes suivant leur mise en vente le mois dernier.

Dimanche, le patron du football palestinien Jibril Rajoub a appelé Messi à ne pas jouer dans le match et a exhorté les fans à brûler leurs maillots s’il le faisait.

Lors d’une conférence de presse dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, il a déclaré aux journalistes qu’il avait écrit au gouvernement argentin pour demander que Messi ne participe pas au match amical du 9 juin.

Sur cette photo prise le 11 mai 2017, Jibril Rajoub, président de l’association palestinienne de football, s’exprime lors du 67e Congrès de la FIFA à Manama, la capitale du Bahreïn. (AFP PHOTO / JACK GUEZ)

« Ce match est devenu un outil politique, a ajouté Rajoub en arabe.

« Le gouvernement israélien essaie de lui donner une signification politique en insistant pour qu’il se déroule à Jérusalem. »

« Messi est un symbole de paix et d’amour », a dit Rajoub.

« Nous lui demandons de ne pas contribuer à blanchir les crimes de l’occupation. »

Messi, a-t-il ajouté, « a des dizaines de millions de fans dans les pays arabes et musulmans…. nous demandons à tous de brûler les maillots qui portent son nom et les posters [avec son image] ».

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...