Gal Hirsch dénonce les calomnies qui ont conduit au retrait de sa candidature
Rechercher

Gal Hirsch dénonce les calomnies qui ont conduit au retrait de sa candidature

L'ancien favori à la direction de la police salue les soutiens de Netanyahu et d'Erdan, et se pose des questions sur les valeurs du pays

Gal Hirsch, un ancien général de Tsahal pressenti  pour être le prochain chef de la police israélienne, arrive pour témoigner devant la Commission Turkel qui doit se prononcer sur sa nomination, à Jérusalem le 1er septembre 2015  (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Gal Hirsch, un ancien général de Tsahal pressenti pour être le prochain chef de la police israélienne, arrive pour témoigner devant la Commission Turkel qui doit se prononcer sur sa nomination, à Jérusalem le 1er septembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

Jeudi matin, un jour après que sa nomination pour le poste ait été retirée suite à des réactions négatives qui ont eu cours pendant des semaines, l’ancien candidat au poste de commandant de la police Gal Hirsch a dénoncé ce qu’il a appelé des efforts visant à ternir sa réputation, et a dit qu’il n’avait jamais demandé à devenir le chef de la police.

Dans sa première déclaration publique depuis que le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lui ait retiré son soutien, Hirsch a également remercié le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Erdan pour l’avoir soutenu alors que ses capacités étaient remises en question.

Parlant à des journalistes devant son domicile dans le centre d’Israël, Hirsch a également remercié ses amis proches pour s’être tenus à ses côtés au cours de ce qu’il a appelé « une série systématique de calomnies et de tentatives visant à noircir mon nom. »

« En 30 jours, j’ai appris une importante leçon sur le pays, et j’en sors profondément inquiet, avec des questions relatives à l’animosité présente parmi nous, et à la colonne vertébrale du pays, à la gouvernance, à l’état de notre démocratie, à la primauté du droit, aux valeurs et à l’absence de valeurs ainsi que les puissants groupes d’intérêt qui n’ont pas été élus par le peuple, mais qui, de fait, dirigent nos vies ».

שלום לכולם לפני כחודש, הודיעני השר גלעד ארדן, שר ביטחון הפנים כי הוא בוחר בי כמיועד לתפקיד מפכ״ל משטרת ישראל. מובן שר…

Posted by ‎גל הירש – Gal Hirsch‎ on Wednesday, 23 September 2015

Erdan avait retiré mercredi soir la candidature de Hirsch après que le procureur général Yehuda Weinstein ait déclaré que l’enquête, destinée à déterminer si toutes les transactions de la société privée de Hirsch étaient légales, risquait de prendre plusieurs mois.

La candidature de Hirsch avait été remise en question suite à des rapports concernant des affaires que son entreprise avait menées à l’étranger, notamment un contrat conclu avec un ancien ministre géorgien d’origine israélienne aujourd’hui tombé en disgrâce.

« La nuit dernière, la situation est devenue claire pour moi : que ce processus de nomination prendra de plus en plus de temps et qu’une eventuelle approbation n’était pas à l’horizon », a déclaré Hirsch.

« Il était clair pour moi que [Netanyahu et Erdan] ne peuvent pas réaliser leur volonté de me nommer et que je dois continuer dans ma voie ; je souhaite le meilleur à un autre candidat, qui dirigera la police. »

Hirsch a ajouté qu’il n’avait jamais demandé cette nomination, intervenue après que la police ait été laissée sans chef suite à la fin du mandat du commandant Yohanan Danino.

« Je suis un soldat du peuple d’Israël, » a-t-il declaré. « Je n’ai pas cherché à devenir le chef de la police, mais quand on m’a appelé pour le poste – je suis venu. Et quand on m’a dit que cela ne peut pas être fait – j’ai salué ».

La nomination de Hirsch, un général de Tsahal qui n’a jamais servi dans la police, a également provoqué des remous parmi les hauts gradés de la police qui se sont opposés à la nomination de quelqu’un qui ne venait pas de leurs rangs.

Erdan avait cependant dit qu’il voulait chercher un nouveau chef à l’extérieur, après des années de scandales de corruption et d’abus sexuels qui ont nui à l’image de la police.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lors d'une visite au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem le vendredi 31 juillet 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lors d’une visite au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem le vendredi 31 juillet 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

Considéré comme un brillant officier par ses pairs de Tsahal, mais harcelé par des familles endeuillées qui le tiennent pour responsable de la mort de leurs proches pendant la Seconde guerre du Liban, Hirsch avait démissionné de l’armée puis créé une société de sécurité en 2006.

Hirsch a accusé certains policiers d’avoir rassemblé en secret des informations sur ses affaires douteuses pour les utiliser contre lui « au moment opportun ».

Leur prétendue conspiration a porté ses fruits : Weinstein a annoncé qu’il ne pouvait pas déterminer un laps de temps pour l’enquête destinée à savoir si le contrat géorgien n’avait pas été entaché et Jacob Turkel, qui dirige la commission sur les nominations à des postes publics de haut rang, avait déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il ne pouvait faire de recommandation ni en faveur ni contre la nomination.

Hirsch a remercié jeudi sa « chère famille pour avoir résisté à ces vagues. » Il a remercié Netanyahu et Erdan pour leur « confiance, leur leadership, leur honnêteté et leur soutien courageux en ce mois difficile pour moi et ma famille. »

Hirsch a promis de continuer à servir la nation dans sa propre voix et a souhaité le meilleur à la police.

Mercredi soir, Erdan avait précisé dans un communiqué que « Gal Hirsch n’était soupçonné de rien et personne n’avait porté plainte contre lui. »

« C’est une personne innocente et qui le reste », a déclaré Erdan.

« Malheureusement, dans l’État d’Israël le processus d’examen des candidats est limité dans le temps et ces derniers jours, il était clair pour moi que la procédure risquait de durer un laps de temps inconnu, au moins plusieurs semaines. »

L'ancien commandant du Commandement Sud de Tsahal Tal Russo, au centre, sur les lieux d'une attaque terroriste près de la frontière israélo-égyptienne (Crédit : Porte-parole de Tshal / Flash90)
L’ancien commandant du Commandement Sud de Tsahal Tal Russo, au centre, sur les lieux d’une attaque terroriste près de la frontière israélo-égyptienne (Crédit : Porte-parole de Tshal / Flash90)

Netanyahu a déclaré dans un communiqué à l’issue de la fête de Yom Kippour, que « Hirsch est la bonne personne pour le poste de commandant de la police – C’était mon opinion dans le passé et je le pense aussi maintenant. »

« Mais le processus de nomination est difficile, prolongé et préjudiciable, et mérite sans doute d’être revu, » a-t-il ajouté.

« Au cours du mois passé, la réputation de Gal Hirsch a été salie sans arrêt par les critiques, simplement parce qu’il avait accepté de renoncer à une carrière florissante pour un poste à responsabilité nationale au service des citoyens du pays. »

לפני כחודש נבחר תת אלוף במילואים גל הירש על ידי השר לביטחון פנים גלעד ארדן כמועמדו לתפקיד מפכ"ל משטרת ישראל. הבעתי את שב…

Posted by ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו‎ on Wednesday, 23 September 2015

Erdan pourrait être contraint de nommer un chef parmi les rangs de la police – quelque chose qu’il semble peu disposé à faire. Mais selon le site NRG en hébreu, le ministre de la Sécurité interieure pourrait demander au général (à la retraite) Tal Russo, qui a été commandement de la région Sud avant de quitter l’armée, d’accepter le poste.

Erdan avait abordé Russo avant qu’il ne se tourne vers Hirsch et Russo avait décliné l’offre.

Selon NRG, on estime que si Netanyahu soutenait une offre renouvelée à Russo, celui ci serait suscepible de l’accepter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...