Rechercher

Gantz à Munich : tout accord nucléaire doit être appliqué et développé

S'exprimant à la Conférence sur la sécurité, le ministre de la Défense a adressé un avertissement sévère au Hezbollah après l'entrée de drones dans l'espace aérien israélien

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le ministre de lak Défense Benny Gantz s'exprime à la conférence de sécurité de Munich, le 20 février 2022. (Crédit : Conférence de sécurité de Munich)
Le ministre de lak Défense Benny Gantz s'exprime à la conférence de sécurité de Munich, le 20 février 2022. (Crédit : Conférence de sécurité de Munich)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a mis en garde, dimanche, contre une recrudescence des agressions iraniennes au Moyen-Orient alors que la conclusion d’un accord visant à réduire le programme nucléaire iranien de la république islamique entre Téhéran et les puissances mondiales serait « imminent ».

« Les agressions iraniennes deviennent de plus en plus nombreuses – il ne s’agit pas seulement du programme nucléaire de l’Iran, mais aussi de ses attaques régionales. L’Iran s’empare d’États défaillants et les force à défendre ses intérêts tout en commettant de graves violations des droits de l’Homme », a déclaré Gantz à la conférence de sécurité de Munich.

Ces propos du ministre de la Défense ont été tenus alors que les responsables iraniens, américains et d’autres ont indiqué que la conclusion d’un nouvel accord sur le nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances mondiales pourrait se conclure dans les prochains jours. L’ancien président américain Donald Trump avait retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire, le JCPOA ( Joint Comprehensive Plan of Action), en 2018, réimposant de nouvelles sanctions à Téhéran qui, à son tour, avait commencé à enfreindre les dispositions du pacte de manière systématique.

Depuis l’arrivée à la Maison Blanche du président américain Joe Biden, les États-Unis s’efforcent – par le biais d’intermédiaires européens – de négocier un retour mutuel à l’accord sur le nucléaire aux côtés de Téhéran. Les Iraniens, de leur côté, ont continué à contrevenir aux dispositions soumises dans le pacte de 2015 en enrichissant de l’uranium à un degré de pureté de 60 %, en améliorant leurs centrifugeuses et en élargissant et en fortifiant leurs usines nucléaires.

Dans son allocution, Gantz a déclaré que tout nouvel accord avec l’Iran devait être rigoureusement appliqué et qu’il fallait construire dessus, de manière à ce que l’Iran ne devienne jamais un État du seuil nucléaire qui serait en mesure de produire rapidement une arme.

Le ministre de la Défense a également demandé que l’Iran mette un terme à ses efforts visant à développer des missiles balistiques à capacité nucléaire – ils avaient été interdits dans le cadre du JCPOA signé en 2015, mais ils n’avaient pas été soumis au même degré de contrôle que les sites nucléaires en tant que tels.

« Un accord sur le nucléaire, s’il est signé avec l’Iran, ce n’est pas l’Alpha et l’Omega. Il faut que des initiatives soient prises pour garantir que l’Iran ne continue pas ses activités d’enrichissement dans d’autres usines et la supervision des activités du pays doit être renforcée. Il est essentiel que l’Agence internationale de l’énergie atomique continue à enquêter et à contrôler les dossiers ouverts. Nous devons nous assurer qu’il n’y ait pas de centrifugeuses avancées dans d’autres usines. Il faut arrêter le développement de missiles balistiques capables de transporter des ogives nucléaires », a poursuivi Gantz.

L’usine d’enrichissement nucléaire iranienne à Natanz, en Iran. (AP Photo/Hasan Sarbakhshian)

Le ministre de la Défense a aussi fait référence aux « clauses d’extinction » – le délai à partir duquel l’Iran ne sera plus passible de sanctions pour ses activités nucléaires. De manière notable, le JCPOA ne prévoyait aucune disposition spécifique empêchant l’Iran de produire et d’amasser de l’uranium suffisamment enrichi pour fabriquer une arme après 2031.

« Il est déterminant que la clause d’extinction ne soit pas interprétée comme une date d’expiration qui autoriserait Téhéran à revenir sur ses ambitions nucléaires. Il faut faire tout ce qui est possible pour garantir que l’Iran ne deviendra jamais un État du seuil nucléaire. Jamais le monde ne doit un jour devoir affronter une telle possibilité, et jamais Israël ne doit un jour devoir affronter une telle possibilité », a martelé Gantz.

En plus de débattre de la problématique nucléaire iranienne, le ministre de la Défense a aussi mis en garde contre les activités militaires de l’Iran dans toute la région – et en particulier contre les armes que la République islamique fournit à ses groupes mandataires, notamment en Irak et en Syrie. Il a une fois encore accusé l’Iran d’avoir commis une attaque contre un navire cargo, le Mercer Street, qui appartenait à un Israélien, l’été dernier. Cette attaque commise à l’aide d’un drone armé avait entraîné la mort de deux civils, un ressortissant britannique et un citoyen roumain.

Cette photo du 2 janvier 2016 montre le pétrolier Mercer Street, battant pavillon libérien, au large du Cap, en Afrique du Sud (Johan Victor via AP).

« L’Iran exploite des vols civils reliant Téhéran à l’aéroport international de Damas pour transporter des armes sous couvert d’équipements civils. L’Iran met également en danger les vies de civils innocents en transférant des armes dans des containers qui arrivent au port de Lattaquié », a-t-il remarqué.

Au mois de décembre, Israël aurait lancé des frappes aériennes contre ce port syrien à deux occasions, visant des cargaisons d’armes avancées. Après la deuxième attaque, le 28 décembre, Gantz avait annoncé qu’Israël « ne permettra pas à l’Iran d’introduire des armes susceptibles de changer la donne à destination de ses groupes mandataires pour menacer nos citoyens ».

Dans son discours dimanche, Gantz a accusé l’Iran de soutenir les groupes mandataires armés au Liban et de « saper la gouvernance » dans le pays – une référence apparente au groupe terroriste du Hezbollah qui bénéficie d’un soutien majeur de l’Iran en termes de financement, d’armement et de formation, et ce depuis des années.

Le ministre de la Défense a aussi émis une menace directe à l’encontre du Hezbollah qui, la semaine dernière, a fait entrer deux drones dans l’espace aérien israélien. L’un d’entre eux a été abattu par l’armée israélienne et l’autre est parvenu à échapper à un missile intercepteur du Dôme de fer, retournant ensuite sur le territoire libanais.

« Cette semaine seulement, en Israël, nous avons assisté à un certain nombre de tentatives de la part du Hezbollah de violer la souveraineté du pays. Dans ce contexte, j’ai un message clair pour le Hezbollah : ses combattants connaissent bien le bruit des moteurs de nos avions et ils connaissent bien aussi les capacités de nos appareils. Si nous devons répondre et attaquer dans le seul but de nous défendre, alors nous le ferons et nous entraînerons d’importants dégâts que devront essuyer l’organisation terroriste et son environnement. C’est l’État du Liban qui, malheureusement, doit en être tenu pour responsable », a-t-il affirmé.

« Nous n’hésiterons pas à passer à l’acte quand et où ce sera nécessaire pour assurer la sécurité de l’État d’Israël », a poursuivi Gantz.

Sur cette image publiée par l’armée le 17 février 2022, un drone appartenant au groupe terroriste libanais du Hezbollah est vu après avoir été abattu par des troupes à la frontière avec le Liban. (Forces de défense israéliennes)

La Conférence de sécurité du Munich est l’un des événements de Défense les plus importants au monde et regroupe des intervenants et des représentants de toute la planète.

Samedi, Gantz s’est entretenu avec un certain nombre de hauts-responsables de gouvernements étrangers et notamment avec la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris.

« J’ai fait part de ma reconnaissance à l’égard du président américain Biden et de la vice-présidente pour leur engagement et leur volonté visant à prévenir un Iran nucléaire. Je lui ai dit que tout accord devra comprendre un contrôle constant de la part de l’Agence internationale de l’énergie atomique et la gestion des dossiers encore ouverts dans le programme nucléaire », a dit Gantz dans un communiqué.

« Je l’ai aussi remerciée pour le rôle important tenu par les États-Unis dans le maintien de la stabilité au Moyen-Orient face aux agressions régionales perpétrées par l’Iran et par ses groupes mandataires », a-t-il continué.

Dans la matinée, Gantz avait rencontré la ministre des Affaires étrangères allemande Annalena Baerbock. Le ministre de la Défense a aussi eu l’occasion de s’entretenir, samedi, avec le Premier ministre et le ministre de la Défense grecs ; avec son homologue de Finlande et avec le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de la Défense de Géorgie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...