Gaza : au moins 13 « projectiles » tirés vers Israël, après une frappe de l’armée
Rechercher

Gaza : au moins 13 « projectiles » tirés vers Israël, après une frappe de l’armée

Le Dôme de fer a intercepté 3 projectiles, l'armée dit avoir ciblés des responsables du Hamas "très impliqué" dans les incendies provoqués par les cerfs-volants et les ballons

une roquette tirée depuis Gaza qui est tombée dans la rue de l'une des communautés de la région d'Eshkol, le 20 juin 2018 (Crédit : Région d'Eshkol)
une roquette tirée depuis Gaza qui est tombée dans la rue de l'une des communautés de la région d'Eshkol, le 20 juin 2018 (Crédit : Région d'Eshkol)

Les sirènes d’alarme ont retenti avant l’aube mercredi matin dans les communautés israéliennes aux abords de la bande de Gaza, quand treize roquettes ont été tirées à partir de la bande de Gaza durant la nuit de mardi à mercredi vers le territoire israélien, sans faire de victime, a annoncé l’armée.

Les alarmes ont retenti dans les communautés de la région d’Eshkol, de Shar HaNeguev, Sdot Negev et Hof Ashkelon, à plusieurs reprises, enter 1 heure 45 et 4 heures du matin. Les résidents israéliens se sont précipités vers les abris.

Trois de ces projectiles ont été détruits en vol par des batteries du Dôme de fer, un système d’interception de roquettes déployé le long de la frontière, a ajouté l’armée. Aucun impact de roquette n’a été signalé à l’intérieur des communautés israéliennes.

Dans les heures qui ont précédé les tirs, l’armée et les conseils régionaux ont tenu une réunion « d’évaluation de la situation » et ont décidé de maintenir les écoles ouvertes mercredi. Aucune instruction spéciale n’a été donnée aux résidents selon les autorités locales.

Durant la journée de mardi, les Palestiniens ont lancé des ballons incendiaires sur le sud d’Israël, causant plusieurs feux dans la région.

En représailles, peu après 1 heure du matin, un avion et un char de l’armée israélienne avaient visé un véhicule appartenant à un responsable du Hamas « très impliqué » dans les incendies provoqués sur le territoire israélien par des cerfs-volants et des ballons enflammés lancés à partir de la bande de Gaza.

Deux postes d’observation du Hamas, le groupe terroriste islamique au pouvoir dans la bande de Gaza, ont également été ciblés dans le nord de cette enclave, a poursuivi l’armée dans un communiqué.

Les Palestiniens ont indiqué que le véhicule touché appartenait à l’un des commandants du groupe terroriste et était stationné dans le camp de réfugiés de Nuseirat. Aucun blessé n’a signalé, ce qui indique que la voiture était déserte au moment de la frappe.

L’armée israélienne a mis en garde le Hamas après les tirs de roquettes, affirmant que le groupe « paiera le prix du terrorisme et de l’instabilité ».

Ces dernières semaines, l’armée a adopté une politique consistant à cibler des positions du Hamas en riposte aux attaques incendiaires depuis Gaza et afin de forcer le groupe, qui contrôle l’enclave, à mettre fin aux lancers de dispositifs incendiaires et à forcer les autres groupes dans le bande de Gaza à ne plus avoir recours à cette tactique.

Cependant, le Hamas tente de maintenir ces attaques aériennes quasi-constantes, qui ont brûlé des centaines d’hectares de terres israéliennes, ne rapporte pas les frappes de représailles d’Israël et accuse Jérusalem de violer le cessez-le-feu tacite entre les deux parties.

Le Hamas s’est engagé à répondre « bombardement pour bombardement », après un tir de roquette mercredi.

C’était le troisième échange de tir entre Israël et le Hamas ces dernières semaines. Les 18 et 20 juin, le Hamas et le Jihad islamique palestinien, soutenu par l’Iran, ont lancé des attaques de roquettes similaires et des tirs d’obus de mortiers, après que l’armée a mené des frappes aériennes contres des positions du Hamas en représailles aux attaques incendiaires.

Mardi, des drones de l’armée israélienne auraient détruit deux voitures et un poste d’observation à Gaza, qui était utilisé par un groupe de Palestiniens pour lancer des ballons incendiaires sur le sud d’Israël, selon des sources palestiniennes. L’armée a confirmé que son aviation avait mené trois frappes en représailles aux attaques incendiaires incessantes depuis l’enclave.

Aucun blessé palestinien n’a été signalé.

L’armée a mené des frappes similaires dimanche, tirant sur un groupe de Gazaouis qui lançaient des cerfs-volants et des ballons incendiaires sur le sud d’Israël. Trois personnes ont été blessés par un missile tiré par un drone sur un char utilisé par le groupe, selon les médias palestiniens locaux.

Lundi, ce sont onze incendies qui ont été déclenchés dans le sud d’Israël par des dispositifs aériens incendiaires, selon les autorités locales.

Image d’illustration d’un cerf-volant transportant un cocktail molotov sur le point d’être lancé lors d’affrontements sur la frontière entre Israël et Gaza à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 avril 2018 (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’armée israélienne a tiré plusieurs coups de semonce pour mettre en garde des Gazaouis qui s’apprêtaient à envoyer des dispositifs incendiaires en direction d’Israël. L’armée a affirmé à plusieurs reprises qu’elle fera tout son possible pour empêcher le lancer de dispositifs aériens incendiaires et explosifs.

Israël a fait face à des affrontements hebdomadaires à sa frontière avec la bande de Gaza depuis le 30 mars, avec le lancer de cerfs-volants, de ballons et de préservatifs incendiaires depuis l’enclave palestinienne, qui causent des incendies quasi-quotidiens qui ont ravagé des centaines d’hectares de pâturage, de parcs et de forêts.

Les dirigeants israéliens ont prévenu que l’armée était prête à passer à l’offensive pour contrer ce phénomène.

Les Israéliens sont mitigés sur la façon de réagir à ces attaques. Certains appellent l’armée à tirer à vue sur les lanceurs tandis que d’autres estiment que cela irait trop loin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...