Gaza : Les émeutes frontalières font un mort et 28 blessés côté palestinien
Rechercher

Gaza : Les émeutes frontalières font un mort et 28 blessés côté palestinien

7 000 personnes ont pris part aux manifestations hebdomadaires ce vendredi, plusieurs centaines se prêtant à des rixes, des jets d'explosifs et de pierres vers les soldats

Des manifestants palestiniens s'opposent aux soldats israéliens après une manifestation le long de la frontière entre Israël et Gaza, le 6 septembre 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des manifestants palestiniens s'opposent aux soldats israéliens après une manifestation le long de la frontière entre Israël et Gaza, le 6 septembre 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un Palestinien a été tué par des tirs israéliens au cours d’échauffourées survenues vendredi à la frontière entre Israël et Gaza, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, alors que des centaines de personnes ont pris part aux manifestations hebdomadaires.

Sahar Othman, 20 ans, a reçu une balle dans la poitrine à proximité de Rafah, dans le sud de la bande, a expliqué le ministère dans un communiqué, ajoutant que 28 autres Palestiniens avaient été blessés.

L’armée israélienne n’a pas commenté la mort du jeune homme. Elle a fait savoir précédemment que plus de 7 000 Palestiniens avaient participé aux manifestations de la journée, certains émeutiers jetant des pierres et des explosifs à la clôture de sécurité, le long de la frontière.

Les Palestiniens ont aussi fait brûler des pneus et jeté des bombes artisanales et l’un d’eux est entré brièvement sur le territoire israélien avant de retourner immédiatement de l’autre côté de la frontière. Un véhicule militaire a été légèrement endommagé, touché par un dispositif explosif mais aucun blessé n’est à déplorer, a rapporté l’armée, qui a répondu à l’aide de gaz lacrymogènes et de tirs occasionnels.

Des émeutiers palestiniens à la frontière avec Gaza, le 30 août 2019. (Hassan Jedi/Flash90)

Nickolay Mladenov, envoyé spécial des Nations unies, impliqué dans les négociations de cessez-le-feu entre l’État juif et le Hamas, a appelé de manière continue Israël à éviter de tirer à balles réelles sur les manifestants qui, dans leur majorité, ne sont pas armés.

Depuis le mois de mars 2018, les Palestiniens organisent un mouvement de protestation hebdomadaire, intitulé « marche du retour » qui, a accusé Israël, est utilisé par les dirigeants du Hamas pour commettre des attentats contre les soldats et tenter d’ouvrir des brèches dans la clôture de sécurité. Le Hamas, groupe terroriste islamiste, cherche à détruire l’État juif.

Vendredi d’avant, plus de 8 000 Palestiniens avaient manifesté le long de la frontière avec Gaza. Il y avait eu 76 blessés, touchés par les outils de dispersion d’émeutes utilisés par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...