GB : un humoriste travailliste s’engage contre l’antisémitisme au Labour
Rechercher

GB : un humoriste travailliste s’engage contre l’antisémitisme au Labour

"Nous devons faire amende honorable et réparer les dommages causés à la communauté juive", a déclaré Eddie Izard, qui a été nommé au Comité exécutif national

Eddie Izzard en 2005 (Crédit : Dave Morris/cc-by-2.0)
Eddie Izzard en 2005 (Crédit : Dave Morris/cc-by-2.0)

L’humoriste travesti Eddie Izzard, membre de l’instance dirigeante du Parti travailliste britannique, s’est engagé lundi à éradiquer l’antisémitisme au sein de la principale formation d’opposition du Royaume-Uni, accusée de complaisance sur le sujet.

« Nous devons complètement éliminer la tache de l’antisémitisme provenant d’une minorité de membres. Il n’a aucune place au sein de notre parti », a écrit Eddie Izzard dans le tabloïd de gauche Daily Mirror.

« Nous devons faire amende honorable et réparer les dommages causés à la communauté juive », a-t-il ajouté.

Le comédien a été nommé samedi au sein de l’instance dirigeante du parti, le Comité exécutif national (NEC), en remplacement de Christine Shawcroft, fustigée pour avoir demandé la réintégration d’un membre accusé d’antisémitisme.

« Je travaillerai avec mes collègues du NEC pour assurer que nous ayons un plan fort, avec des actions concrètes pour éradiquer cela », a-t-il insisté.

La Une du Jewish News après son interview avec Jeremy Corbyn (Crédit : capture d’écran Jewish News)

Depuis l’arrivée de Jeremy Corbyn à la tête du Labour en septembre 2015, plusieurs membres du parti ont été suspendus, expulsés ou forcés de démissionner pour avoir fait des déclarations antisémites, mais le chef des travaillistes et ses soutiens sont accusés de ne pas en faire assez et de laisser l’antisémitisme se diffuser au sein de la formation.

Selon The Times de lundi, le Labour a perdu plus de 17 000 de ses quelque 570 000 membres depuis le début de l’année, en raison des allégations d’antisémitisme et du refus de Jeremy Corbyn de rendre la Russie responsable de l’empoisonnement d’un ex-agent double russe et de sa fille début mars en Angleterre.

Tous nos articles sur le Labour

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...