Guterres : Une guerre Hezbollah-Israël serait le « pire des cauchemars »
Rechercher

Guterres : Une guerre Hezbollah-Israël serait le « pire des cauchemars »

Alors que le groupe terroriste menace l'Etat juif concernant des gisements de gaz contestés, le secrétaire général de l'ONU prévient que "parfois une étincelle suffit"

Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, prononce un discours lors de la 54e Conférence de Munich sur la sécurité, le 16 février 2018, à Munich, en Allemagne (Crédit : AFP / Thomas Kienzle)
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, prononce un discours lors de la 54e Conférence de Munich sur la sécurité, le 16 février 2018, à Munich, en Allemagne (Crédit : AFP / Thomas Kienzle)

Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a mis en garde lundi contre les conséquences dévastatrices d’une nouvelle guerre entre Israël et le Hezbollah, qualifiant ce scénario de « pire cauchemar ».

La déclaration de M. Guterres survient alors que les tensions entre Israël et le groupe terroriste libanais se sont intensifiées ces dernières semaines suite aux efforts de l’Iran pour s’établir le long de la frontière israélienne et à un différend maritime concernant des gisements de gaz offshore.

« Le pire cauchemar serait une confrontation directe entre Israël et le Hezbollah… Les conséquences au Liban seraient dévastatrices ; il y a ainsi des points de préoccupation majeurs autour de cette situation », a déclaré Guterres depuis le Portugal, où il était autrefois Premier ministre, dans des propos rapportés par Reuters.

Guterres a déclaré que si les deux parties avaient signalé qu’elles ne cherchaient pas le conflit, « parfois une étincelle était suffisante pour déclencher ce genre de conflit ».

« Je suis profondément inquiet de ces escalades difficiles à prévoir dans toute la région », a-t-il déclaré.

L’avertissement du chef de l’ONU intervient seulement un jour après que le Hezbollah a menacé de cibler dans un futur conflit les plates-formes gazières d’Israël en Méditerranée – le dernier avertissement d’une série de menaces du même type.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah prononce un discours télévisé lors d’une cérémonie tenue par le groupe terroriste à Beyrouth en commémoration de ses dirigeants assassinés, le 16 février 2018 (AFP Photo / Joseph Eid)

Le groupe terroriste, soutenu par l’Iran, qui a cherché à se positionner en tant qu’avant-garde libanaise face à Israël, a publié une vidéo montrant ce qui semblait être les plates-formes de forage des champs gaziers d’Israël superposées d’un graphisme représentant une cible.

La vidéo, diffusée par Hadashot TV, contenait également des remarques du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a averti vendredi que le groupe riposterait à toute attaque israélienne contre le Liban en attaquant les plates-formes offshore israéliennes.

« Si vous attaquez, nous attaquerons. Si vous bombardez, nous vous bombarderons… Je vous promets qu’en quelques heures, [la plate-forme] cesserait de fonctionner », a déclaré Nasrallah, selon une traduction de Hadashot.

La semaine dernière, le Liban a lancé un appel d’offres d’exploration pétrolière et gazière offshore concernant deux gisements le long de la frontière maritime du pays avec Israël, déclenchant une guerre de rhétorique avec Jérusalem, qui revendique l’un des gisements en question.

Avigdor Liberman, ministre de la Défense israélien, a qualifié cette initiative de « très provocatrice » et expliqué que le Liban avait lancé un appel d’offres à des groupes internationaux concernant un gisement de gaz « qui est de toute évidence le nôtre ».

Une image d’une vidéo du groupe terroriste libanais du Hezbollah menaçant d’attaquer les plates-formes gazières offshore israéliennes (Capture d’écran)

On compte plus de 300 000 mètres carrés d’eaux revendiqués par les deux pays, qui sont théoriquement en conflit. Israël et le Hezbollah se sont opposés lors d’une guerre d’un mois en 2006.

Les responsables israéliens ont averti que, dans un futur conflit, l’armée israélienne pourrait ne pas faire la différence entre le Hezbollah et le Liban. Le Hezbollah, considéré comme un groupe terroriste par Israël et les Etats-Unis, est un acteur majeur du gouvernement libanais.

Les tensions avec le Liban se sont également intensifiées suite à la construction par Israël d’un mur frontalier avec le Liban et ses déclarations selon lesquelles l’Iran, à travers le Hezbollah, transformait le pays en une base avancée contre l’Etat juif.

Les autorités israéliennes allèguent que l’Iran met en place des usines de fabrication de missiles avancés au Liban afin de les utiliser contre Israël, qui a juré d’agir contre ces usines.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé l’Iran de « dévorer de larges pans du Moyen-Orient » par l’intermédiaire de différents groupes, y compris le Hezbollah.

« Israël ne permettra pas au régime iranien d’enrouler un nœud de terreur autour de notre cou », a-t-il dit. « Nous agirons sans hésitation afin de nous défendre. Et nous agirons si nécessaire non seulement contre les groupes iraniens qui nous attaquent, mais contre l’Iran lui-même. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...