Netanyahu accuse ses rivaux d’un ‘désir d’attirer les médias’
Rechercher

Netanyahu accuse ses rivaux d’un ‘désir d’attirer les médias’

Le parti HaBayit HaYehudi a prévenu Netanyahu, il ne sera plus son 'punching-ball'

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec Naftali Bennett, président du parti HaByit HaYehudi, à la Knesset, le 22 avril 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec Naftali Bennett, président du parti HaByit HaYehudi, à la Knesset, le 22 avril 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prêté sa propre voix à la campagne de son parti contre le parti HaBayit HaYehudi, partenaire de coalition accusé de sympathies gauchistes.

« Je comprends qu’il y a un désir parmi les politiciens d’attirer certains médias et de préserver leur monopole », a déclaré Netanyahu, une référence au débat de dimanche sur la nouvelle corporation de diffusion publique.

« C’est exactement la raison pour laquelle j’ai gardé le portefeuille des Communications, parce que je peux résister à la pression. Notre travail n’est pas de servir les intérêts politiques et économiques qui nous donne une publicité [politique de facto] sous la forme de diffusion d’informations, mais de faire ce qui est juste. Et ce qui est juste pour l’intérêt du public est la concurrence, la concurrence, et encore de la concurrence. »

Le parti de droite HaBayit HaYehudi avait prévenu lundi Netanyahu qu’il ne serait plus son « punching-ball », alors que le gouvernement semblait vaciller après des affrontements entre des partenaires de coalition cruciaux et le Likud.

« Netanyahu tire à nouveau dans son propre véhicule blindé », a déclaré le parti dans un communiqué.

« Tout comme il a ouvert le feu dans le blindé quand il a voté pour le désengagement [de Gaza] et la démolition du Gush Katif [le bloc d’implantations juives de la bande de Gaza], tout comme il a tiré dans le blindé quand il a libéré le plus grand nombre de terroristes de l’histoire du pays, quand il a présenté Hébron à Yasser Arafat […] quand il a gelé la construction [des implantations], quand il s’est rendu au Hamas, quand il a déclaré l’établissement de l’Etat de Palestine à [l’université] Bar-Ilan, et quand il a compté le nombre de kippas de journalistes religieux dans les médias. »

Le communiqué a critiqué le Premier ministre, qui tente d’étendre la coalition en y incluant l’Union sioniste, de centre gauche, formée du Parti travailliste et du parti Hatnuah de Tzipi Livni, dirigée par le chef de l’opposition Isaac Herzog, et a prévenu qu’il ne tolèrerait plus ses faux pas.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu mène la réunion hebdomadaire du cabinet aux bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 31 juillet 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu mène la réunion hebdomadaire du cabinet aux bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 31 juillet 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool/Flash90)

« Plus absurde encore, est-il écrit dans le communiqué du parti, [Netanyahu] tire dans le blindé pour faire venir Bouji [Herzog], [les députés de l’Union sioniste] Shafir, Michaeli et Yossi Yonah. Juste avant les élections, il aspire le public et la droite religieuse, et dès l’élection, il les repousse et les dédaigne. Les jours [où nous étions] un punching-ball sont terminés. »

Ces remarques interviennent au lendemain d’une réunion ministérielle houleuse, pendant laquelle les ministres se sont affrontés sur les projets de mise en place d’un nouveau diffuseur public. La querelle a explosé sur le recrutement de nouveaux journalistes par la nouvelle corporation, le ministre des Sciences Ofir Akunis déplorant que sept d’entre eux appartiennent au camp national religieux de HaBayit HaYehudi.

« Il n’y a pas de Likudniks là-bas, a accusé Akunis. Pas de périphérie, pas de mizrahim [juifs originaires des pays arabes]. »

Il s’est tourné vers les ministres HaBayit HaYehudi présents : « HaBayit HaYehudi soutient cette corporation parce que vous y poussez des national-religieux. »

La ministre de la Justice Ayelet Shaked, du parti HaBayit HaYehudi, a répliqué à Akunis : « arrêtez avec vos mensonges ! Apprenez à vous contrôler et cessez de vous plaindre. Vous êtes une bande de bébés chouineurs. Vous avez votre propre quotidien ; de quoi vous plaignez-vous ? » Ce quotidien fait référence à Israël HaYom, le plus grand quotidien israélien, financé par le milliardaire Sheldon Adelson, soutien de Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...