Rechercher

Hausse du nombre de patients sous respirateur ; pas de nouvelles restrictions

Refusant de limiter les rassemblements, Naftali Bennett a déclaré que la politique du gouvernement n'était pas d'imposer des restrictions mais de trouver des solutions

Une salle de coronavirus à l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 23 septembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Une salle de coronavirus à l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 23 septembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett aurait refusé samedi l’imposition de nouvelles restrictions liées au coronavirus, alors même que le nombre de patients COVID nécessitant d’être placés sous respirateur a atteint des niveaux jamais vus en Israël depuis des mois.

Le nombre de patients atteints de la COVID-19 traités sous respirateur a continué d’augmenter samedi, alors que le nombre de patients dans un état grave a légèrement diminué au cours du week-end, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés samedi soir.

Selon le ministère de la Santé, 221 malades du coronavirus étaient sous respirateur, soit 18 de plus que les 203 de vendredi matin, quand Israël a franchi la barre des 200 pour la première fois depuis mars.

Les données du ministère de la Santé indiquent également que 694 patients se trouvent dans un état grave, contre plus de 700 vendredi. Parmi eux, 295 sont dans un état critique.

Alors que la quatrième vague d’infections en Israël a connu un nombre record de cas quotidiens, le nombre de patients nécessitant une hospitalisation est resté inférieur à celui des vagues précédentes, ce que les experts attribuent aux taux de vaccination élevés du pays.

Le nombre de décès depuis le début de la pandémie est passé samedi soir à 7 649. Au total, 567 personnes ont succombé au virus depuis le début du mois, ce qui fait de septembre le deuxième mois consécutif où Israël enregistre au moins 500 décès, après les 609 décès attribués à la COVID-19 en août.

Dans le même temps, les chiffres du ministère ont révélé 4 937 nouvelles infections au cours du week-end, poursuivant une lente tendance à la baisse, le nombre de cas actifs diminuant légèrement pour atteindre 62 993.

Un bénévole du Magen David Adom prélève un échantillon par écouvillonnage sur une femme israélienne dans un site de dépistage du coronavirus dans la ville de Katzrin, sur les hauteurs du Golan, le 15 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Alors que les chiffres sont mitigés, le gouvernement et les responsables de la santé semblaient être en désaccord sur l’imposition de restrictions supplémentaires, mais Bennett aurait décidé de ne pas imposer de nouvelles limitations sur les rassemblements.

Lors d’une réunion samedi soir avec le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, le responsable de la lutte contre le coronavirus, Salman Zarka, le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, et les directeurs des prestataires de soins de santé israéliens, Bennett aurait déclaré que les restrictions proposées sur les rassemblements nuiraient à l’économie et ne réduiraient pas la morbidité.

« La politique du gouvernement est celle d’un Israël ouvert parallèlement à une guerre implacable et sophistiquée contre le virus. Pas de quarantaine, d’enfermement, de restrictions de plus en plus nombreuses, ce qui est la chose la plus facile à faire, mais des solutions », a déclaré Bennett, selon le site d’information Ynet.

« Je pense aux patients, chaque personne hospitalisée est un crève-cœur, mais je pense aussi à l’économie, à l’éducation, aux parents qui doivent travailler et aux enfants qui doivent étudier », aurait-il dit.

Bennett aurait déclaré aux responsables des prestataires de soins de santé israéliens qu’ils devaient continuer à se concentrer sur la promotion de la vaccination.

Le Premier ministre Naftali Bennett tient une conférence de presse dans son bureau à Jérusalem, le 14 juillet 2021. (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)

Les tensions entre les responsables de la santé et les membres du cabinet auraient augmenté ces derniers jours, les responsables ayant averti de la nécessité d’imposer de nouvelles restrictions au public, ce à quoi les ministres ont résisté.

Lors d’une réunion du cabinet sur le coronavirus la semaine dernière, un groupe consultatif du gouvernement aurait exhorté les ministres à reconsidérer leur approche de la pandémie, appelant à une politique mettant davantage l’accent sur la réduction de la morbidité et préconisant davantage de restrictions sur les rassemblements.

Mais des chercheurs de l’Université hébraïque ont également présenté une étude prévoyant une diminution du nombre de nouveaux cas au cours des dix prochains jours, suivie d’une baisse des cas graves lorsque les règles actualisées du pass vert imposant des rappels entreront en vigueur le mois prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...