Hausse du nombre d’écoles juives du dimanche en Europe et Asie
Rechercher

Hausse du nombre d’écoles juives du dimanche en Europe et Asie

La toute dernière école a ouvert ses portes en Bulgarie dans le cadre d’un programme du Congrès juif européen et asiatique

Photo d'élèves d'une école juive.(Christopher Furlong/Getty Images via JTA)
Photo d'élèves d'une école juive.(Christopher Furlong/Getty Images via JTA)

JTA — Des communautés juives de plusieurs pays d’Asie et d’Europe ont bénéficié de programmes scolaires juifs dominicaux dans le cadre d’une politique d’incitation du Congrès juif européen et asiatique.

Il s’agit de la dernière antenne en date du réseau d’écoles gratuites du dimanche appartenant au réseau JFUTURE, qui compte plus de 400 élèves. L’école a ouvert la semaine dernière à Sofia, la capitale bulgare, a fait savoir le Congrès juif européen et asiatique.

Les autres pays qui ont vu l’ouverture d’écoles du dimanche JFUTURE depuis le lancement du projet en novembre comprennent le Monténégro, la Russie, l’Ukraine, la Moldavie, la Serbie, la Bulgarie, la Japon, l’Inde et le Kazakhstan.

Les élèves apprennent l’hébreu et étudient le judaïsme.

Dans chaque école, les élèves sont séparés en quatre groupes d’âge, dont un pour les adultes. Chaque groupe est composé de 15 élèves maximum. Les enseignants sont recrutés au sein de la communauté juive, et les cours ont lieu dans des locaux de la communauté juive.

Mikhael Mirilashvili, milliardaire et philanthrope géorgien et israélien, préside le Congrès juif européen et asiatique. (Copie d’écran YouTube)

« Cette nouvelle génération est l’avenir de notre peuple, et notre principale priorité est de leur faire connaître l’histoire et la tradition du peuple juif », a écrit Mikhael Mirilashvili, un milliardaire et philanthrope israélo-géorgien qui préside le Congrès juif européen et asiatique, dans un communiqué. Le groupe est une antenne régionale du Congrès juif mondial.

Son bureau a refusé de répondre à la demande d’information du JTA sur le budget alloué au projet, précisant qu’il était « substantiel ».

Berel Lazar, un grand rabbin de Russie et haut émissaire du mouvement Habad dans le pays, s’est réjoui dans un communiqué : « C’est gratifiant de voir qu’un tel projet apparaisse maintenant, alors que des Juifs font face au grand défi de préserver leur identité nationale dans différents pays du monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...