Hébron: l’AP et l’UE inquiets du non-renouvellement du mandat des observateurs
Rechercher

Hébron: l’AP et l’UE inquiets du non-renouvellement du mandat des observateurs

La TIPH, déployée en vertu d'un accord israélo-palestinien, est chargée de recenser et rapporter les violations commises par les Israéliens ou les Palestiniens

Une vue générale de la ville de Hébron, en Cisjordanie, avec le tombeau des patriarches, le 18 janvier 2017 (Crédit :  Lior Mizrahi/Flash90)
Une vue générale de la ville de Hébron, en Cisjordanie, avec le tombeau des patriarches, le 18 janvier 2017 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Des responsables palestiniens et européens ont exprimé mercredi leur inquiétude et leurs regrets après la décision d’Israël de mettre fin au mandat d’une mission internationale d’observateurs basée à Hébron, une ville de Cisjordanie où les tensions sont vives entre Palestiniens et Israéliens.

La mission d’observateurs, baptisée « TIPH » (Présence internationale temporaire à Hébron), est déployée dans cette ville en vertu d’un accord israélo-palestinien, conclu après le massacre en février 1994 par un Israélien de 29 Palestiniens priant dans le Caveau des Patriarches, lieu saint pour les juifs et les musulmans.

« Nous n’autoriserons pas la poursuite de la présence d’une force internationale qui agit contre nous », a affirmé lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Les Palestiniens ont dénoncé un « feu vert » donné aux Israéliens pour commettre des abus. « Je pense que les nations devraient prendre position contre cela », a affirmé le secrétaire général de l’OLP, Saëb Erakat.

Il a indiqué que civils et soldats israéliens avaient commis « 40 000 attaques et violations contre le peuple palestinien à Hébron » depuis la création de la TIPH, sans préciser la source de ce chiffre. « Imaginez ce qu’ils pourraient faire en l’absence de cette force », a-t-il dit.

Les pays européens disposant d’effectifs au sein de cette mission ont dit regretter la décision israélienne.

« Nous avons appris cette décision avec regret mais nous poursuivons nos efforts », a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Enzo Moavero Milanesi, a la presse italienne.

« La Suède et les autres pays de la mission regrettent profondément les déclarations israéliennes », a pour sa part affirmé le porte-parole des Affaires étrangères suédoises. « Nous estimons que la mission est importante et devrait continuer ».

L’équipe, sous commandement norvégien, comprend une soixantaine d’observateurs de nationalité norvégienne, suédoise, italienne, suisse et turque. Son mandat est renouvelé tous les six mois.

Des observateurs du TIPH, une mission de surveillance internationale, marchent dans une rue de Hébron le 19 novembre 2007 (Nati Shohat/Flash90).

Hébron est la plus grande ville de Cisjordanie. Elle est la seule où vivent 600 Israéliens protégés par des milliers de soldats, des blocs de béton et des miradors, au milieu de 200 000 habitants palestiniens.

A Hébron, les tensions sont particulièrement vives autour du tombeau des Patriarches – la mosquée d’Ibrahim pour les musulmans -, situé au cœur de la Vieille Ville, où reposent selon la tradition plusieurs figures bibliques dont Abraham.

La mission civile d’observation a pour principale tâche de recenser et rapporter les violations commises par les Israéliens ou les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...