Rechercher

Heurts après la réouverture du Mont du Temple aux visiteurs juifs

Des échauffourées éclatent alors que les non-musulmans sont à nouveau autorisés à entrer sur le Mont du Temple après la fermeture de deux semaines pendant le ramadan

La police lors d'affrontements avec des Palestiniens sur le Mont du Temple, le 5 mai 2022. (Crédit: Capture d'écran : Twitter)
La police lors d'affrontements avec des Palestiniens sur le Mont du Temple, le 5 mai 2022. (Crédit: Capture d'écran : Twitter)

De nouveaux affrontements ont éclaté jeudi entre les Palestiniens et la police israélienne sur le Mont du Temple après la réouverture du lieu saint de Jérusalem aux visiteurs juifs, malgré les menaces du Hamas, qui dirige la bande de Gaza.

Le Mont du Temple a été fermé aux Juifs le 21 avril jusqu’à la fin du Ramadan, dans le cadre d’une politique de longue date visant à interdire aux non-musulmans l’accès au site pendant les derniers jours du mois sacré musulman. Cette année, la fermeture est intervenue dans un contexte d’affrontements fréquents sur le Mont du Temple qui ont commencé le matin du 15 avril, lorsque les prières du vendredi pour le Ramadan, Pessah et le Vendredi saint ont coïncidé.

Les non-musulmans ont été autorisés à retourner sur le Mont du Temple à partir de 7 heures jeudi, alors que des groupes de Juifs faisaient la queue au pont Mughrabi, d’où les visiteurs non-musulmans doivent entrer dans le lieu saint.

Des vidéos du Mont du Temple ont montré des Palestiniens criant des chants en arabe au passage des visiteurs juifs, dont « Dieu est grand » et « par l’esprit, par le sang, nous rachèterons Al-Aqsa ! ».

Des échauffourées entre Palestiniens et policiers ont été signalées peu après, notamment à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa. Selon les médias palestiniens, les forces israéliennes ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les émeutiers sur le site.

Le Mont du Temple est le site le plus sacré du judaïsme, où se trouvent les temples bibliques, et le troisième plus sacré de l’islam, où se trouve la mosquée Al-Aqsa.

דיווחים פלסטיניים : כוחות הביטחון השליכו גז מדמיע לעבר מוסלמים בהר הבית בזמן עימותים שהתפתחו הבוקר, עם חידוש עליית יהודים למקום. עימותים נרשמו גם בתוך מסגד אל-אקצא@nurityohanan pic.twitter.com/J5GSYi8zky

– כאן חדשות (@kann_news) 5 mai 2022

Dans le cadre du fragile statu quo sur le Mont du Temple, seuls les musulmans sont autorisés à y pratiquer leur culte. Les visiteurs non musulmans sont autorisés à se rendre à des dates et des heures précises, et la police israélienne a déjà arrêté des Juifs priant ouvertement sur les lieux par le passé.

Avant la réouverture, des groupes nationalistes israéliens ont annoncé qu’ils prévoyaient de brandir le drapeau israélien et de chanter l’hymne national d’Israël au sommet du Mont du Temple pour célébrer Yom HaAtsmaout jeudi.

Le Hamas a menacé de riposter si les visiteurs juifs étaient autorisés à « prendre d’assaut » le lieu saint.

« En autorisant des hordes de colons à envahir les cours de la mosquée bénie d’Al-Aqsa jeudi, les autorités d’occupation sionistes jouent avec le feu et précipitent la région dans un conflit dont l’occupation portera l’entière responsabilité », a déclaré le Hamas dans un communiqué mercredi après-midi.

Ces dernières semaines, émeutiers palestiniens et forces israéliennes se sont affrontés à plusieurs reprises sur le mont du Temple. Ces violences font écho aux scènes de l’année dernière, lorsque les émeutes sur le site ont contribué à déclencher une guerre entre Israël et les groupes terroristes de Gaza dirigés par le Hamas.

Depuis la guerre de mai, le Hamas a menacé de tirer des roquettes sur Israël s’il ne respectait pas les « lignes rouges » à Jérusalem. Le groupe terroriste a vanté son pouvoir de « dissuasion » à l’égard d’Israël dans la capitale contestée comme l’un des principaux gains de cette guerre, qui a entraîné des destructions massives à Gaza.

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, a déclaré samedi que le groupe terroriste « n’hésitera pas à prendre des mesures » si Israël « commet des violations » dans la mosquée Al-Aqsa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...