Ichilov vaccine des enseignants, le ministère de la Santé suspend les livraisons
Rechercher

Ichilov vaccine des enseignants, le ministère de la Santé suspend les livraisons

Yuli Edelstein fulmine après que l'hôpital a vacciné des milliers d'enseignants de moins de 60 ans et pas à risque ; le directeur de l'hôpital dit avoir suivi les directives

Une employée de santé de Clalit prépare une injection de vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Tel Aviv, le 22 décembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Une employée de santé de Clalit prépare une injection de vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Tel Aviv, le 22 décembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a ordonné lundi l’interruption de la vaccination à l’hôpital Ichilov à Tel Aviv, après que des milliers d’enseignants de la ville ont été vaccinés.

L’hôpital a vacciné des enseignants dans un centre de vaccination sur la place Rabin, dans le cadre d’une initiative menée conjointement avec la mairie de Tel Aviv. De nombreux bénéficiaires du vaccin n’avaient pas 60 ans révolus ni d’antécédents médicaux, comme le stipulent les prérequis du ministère de la Santé.

« Le ministère a ordonné au directeur-général du ministère de stopper l’approvisionnement en vaccin de l’hôpital Ichilov et d’examiner les futurs approvisionnements en vaccins », a indiqué un communiqué du bureau d’Edelstein.

« C’est une ressource nationale qui devrait être traitée comme telle », précise le communiqué, appelant les centres de vaccination à se conformer aux directives du ministère.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein donne une conférence de presse au centre de vaccination contre le coronavirus à Tel Aviv, le 13 décembre 2020. (Crédit : Marc Israel Sellem/Flash90)

Le directeur d’Ichilov, Ronni Gamzu, qui a été en charge de la lutte contre le coronavirus jusqu’en novembre, a critiqué la décision d’Edelstein.

« L’hôpital a agi conformément aux directives de priorité du ministère de la Santé, dans lesquelles un inventaire est dressé pour la tranche d’âge des plus de 55 ans et les patients atteints de maladies chroniques qui doivent être vaccinés, puis les enseignants et les policiers en deuxième position », a déclaré Gamzu dans une déclaration publiée sur la page Facebook d’Ichilov.

Il a déclaré que l’hôpital a vacciné tous les patients concernés et a envoyé des rendez-vous à tous les plus de 60 ans qui n’ont pas reçu de vaccin, et a également inoculé les sans-abri et les officiers de police à la demande du ministère de la Santé.

« Heureusement, lors d’une opération spéciale qui a été menée en quelques heures seulement, nous avons réussi à éviter le gaspillage d’une ressource nationale et à vacciner près de 3 000 enseignants et éducateurs de maternelle, ainsi que 2 000 personnes de plus de 50 ans, des personnes atteintes de maladies chroniques et des personnes de plus de 60 ans », a-t-il déclaré.

Gamzu a également demandé pourquoi le ministère de la Santé soutenait la vaccination des policiers mais « punissait » l’hôpital pour avoir vacciné les enseignants, s’ils faisaient partie du même groupe prioritaire.

« En seulement deux semaines, l’hôpital Ichilov est devenu un centre de vaccination pour tous les citoyens israéliens et a prouvé ses capacités exceptionnelles », a-t-il déclaré.

Ronni Gamzu, directeur-général du centre médical Sourasky et ancien responsable de la lutte contre le coronavirus se fait vacciner contre la COVID-19 au centre médical Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020.

Le département de l’Éducation de la municipalité de Tel-Aviv a également salué la campagne de vaccination des enseignants de lundi.

« L’éducation avant tout », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Ichilov est le principal hôpital de Tel-Aviv et est également appelé le Centre médical Sourasky de Tel-Aviv.

En plus des enseignants, la Douzième chaîne a déclaré qu’une multitude d’autres personnes s’étaient rassemblées sur le site de vaccination à la fin de la journée, espérant bénéficier des doses excédentaires. Ces derniers jours, le personnel médical a inoculé aux citoyens les doses restantes plutôt que de les jeter, ce qui a suscité des critiques selon lesquelles certaines personnes recevant les doses n’étaient pas encore autorisées à les recevoir.

La décision d’Edelstein d’interrompre la distribution de vaccins à Ichilov intervient dans un contexte de pénurie de doses et alors que le ministère de la Santé fait pression pour que les écoles soient fermées afin d’enrayer la hausse des infections.

Le système éducatif a été un point d’achoppement dans le confinement actuel, certains ministres s’opposant à la fermeture des écoles, et il y a eu une demande croissante ces dernières semaines pour que les enseignants et le personnel des garderies soient prioritaires pour les vaccinations, la plupart des écoles étant restées ouvertes malgré le niveau élevé d’infections en Israël.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, qui s’oppose à la fermeture du système éducatif, a demandé lundi que la priorité soit donnée à la vaccination du personnel enseignant, ce qui, selon lui, réduirait le risque d’infection des élèves.

Des Israéliens attendent de recevoir le vaccin contre la COVID-19 dans un centre de vaccination géré par la municipalité de Tel Aviv, au centre médical Sourasky (Ichilov), sur la place Rabin à Tel Aviv, le 31 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le syndicat des enseignants a demandé dimanche que les parents gardent leurs enfants à la maison si possible, affirmant que le « ministre de l’Éducation abandonne la sécurité de 200 000 enseignants et de leurs familles ». Le ministre de l’Éducation, Yoav Gallant, a fait pression pour que les écoles restent ouvertes pendant le confinement. Mais il a, semble-t-il soudainement changé d’avis et est désormais favorable à leur fermeture.

Quelque 600 000 élèves se trouvent dans des zones hautement contaminées et ont commencé l’enseignement à distance lundi.

Israël est leader mondial par habitant dans sa campagne de vaccination, mais les responsables de la santé affirment que les vaccins seuls ne suffiront pas à enrayer la recrudescence des infections à ce stade. Les directeurs d’hôpitaux ont déclaré lundi que l’actuelle troisième vague d’infection s’annonce comme la plus grave à ce jour.

La semaine dernière, Israël a imposé un troisième confinement national pour freiner la propagation du virus, bien que les responsables de la santé et le Premier ministre Benjamin Netanyahu aient appelé à un renforcement des restrictions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...