Ignorant les interdictions, des ultra-orthodoxes se réunissent pour Lag BaOmer
Rechercher

Ignorant les interdictions, des ultra-orthodoxes se réunissent pour Lag BaOmer

Le Premier ministre a ordonné à la police de réprimer les rassemblements à Mea Shearim et à Beit Shemesh ; ces festivités pourraient causer une nouvelle vague de Covid-19

Des juifs ultra-orthodoxes célèbrent la fête de Lag Baomer dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem le 11 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des juifs ultra-orthodoxes célèbrent la fête de Lag Baomer dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem le 11 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des centaines de Hiérosolymitains ultra-orthodoxes du quartier de Mea Shearim ont envahi les rues de la capitale lundi soir en l’honneur de Lag BaOmer, ignorant un décret gouvernemental interdisant les festivités, dans le but d’éviter une nouvelle vague de la pandémie de coronavirus.

Des feux de camp et des rassemblements ont également été signalés à Beit Shemesh, ce qui valu une réprimande amère de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a ordonné à la police de réprimer les festivités illégales.

Des images des rassemblements montrent des enfants et des adultes danser et se rassembler, en dépit des règles de distanciation physique imposées.

La police aurait tenté de disperser les foules dans plusieurs quartiers.

Dans la ville de Beit Shemesh, près de Jérusalem, des policiers ont dispersé des groupes réunis autour de feux de camps illégaux, où s’étaient agglutinés des dizaines de Juifs ultra-orthodoxes.

Plusieurs extrémistes ont verbalement et physiquement agressé un correspondant de la Treizième chaîne et son cameraman, pendant qu’ils faisaient un reportage sur le feu de camp. Ils ont été visés par un jet de pierre qui a touch le journaliste Yossi Eli, qui était en direct.

Aucune arrestation n’a été annoncée.

« Je condamne toute la violence et les extrémistes qui entachent la réputation de Beit Shemesh. L’écrasante majorité des habitants de la ville fêtent chez eux et se conforment aux directives », a déclaré la maire de la ville Aliza Bloch.

Dans un communiqué publié en pleine nuit, le bureau de Netanyahu a déclaré qu’il s’était entretenu avec le ministre de la Sécurité intérieure sortant Gilad Erdan, avec le chef de la police par intérim Moti Cohen et le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat pour ordonner à la police de « se mobiliser immédiatement et disperser les foules ».

Ben-Shabbat a averti que ces festivités pourraient causer une nouvelle vague de Covid-19, selon le bureau du Premier ministre.

Dedy Simhi, chef de l’Autorité des Feux et de Secourisme, a déclaré à la Treizième chaîne dans une interview que la majorité des Israéliens s’étaient conformés aux directives.

Les ministres avaient approuvé la semaine dernière l’interdiction d’allumer des feux de camps et le bouclage du site de pèlerinage de Meron, dans le nord d’Israël, mais n’avait pas instauré de couvre-feu.

Ces derniers jours, un déconfinement s’est amorcé, car le nombre de nouveaux cas est en baisse.

Les villes de Jérusalem et Beit Shemesh ont tous deux connu des taux de contamination importants de la maladie, principalement liés à la communauté ultra-orthodoxe, qui a d’abord ignoré les mesures de distanciation sociale.

A Bnei Brak, autre foyer du virus, des feux ont été signalés mais aucune perturbation majeure n’a eu lieu. Un camion avec un faux feu de camp a traversé la ville pour apporter l’esprit de la fête, avec de la musique hassidique.

Sur le lieu de sépulture du sage du sage Shimon Bar Yochai, sur le mont Meron – lieu central des rites religieux de Lag BaOmer, les festivités ont perdu de leur superbe. Seulement 150 personnes et 3 feux de camps ont été autorisés sur place.

Au moins un député, Yaakov Eichler de Yahadout HaTorah, était sur place, ignorant l’appel de son colistier Moshe Gafni qui enjoignait aux élus de servir d’exemple et de rester à l’écart des rassemblements publics.

Le parti Shas, autre faction ultra-orthodoxe, avait demandé à ses élus de ne pas se rendre à Meron.

Le grand rabbin de la dynastie Boyan, Nachum Dov Brayer allume un feu de camp lors des célébrations de la fête de Lag Baomer sur le mont Meron, dans le nord d’Israël le 11 mai 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Des centaines de policiers ont été déployés sur place pour empêcher les gens de s’infiltrer sur place. La Douzième chaîne a rapporté que les policiers ont arrêté 30 personnes qui tentaient de rejoindre le mont Meron.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...