Lag BaOmer : pas de confinement mais feux interdits et fermeture de Meron
Rechercher

Lag BaOmer : pas de confinement mais feux interdits et fermeture de Meron

Le cabinet a rejeté les recommandations du Conseil national de sécurité qui souhaitait imposer un autre couvre-feu pour éviter une nouvelle vague épidémique

Des enfants juifs réunis autour du feu pour la fête de Lag BaOmer à Jérusalem (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des enfants juifs réunis autour du feu pour la fête de Lag BaOmer à Jérusalem (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Les ministres ont approuvé mercredi soir l’interdiction d’allumer des feux de camps et le bouclage du site de pèlerinage de Meron, dans le nord d’Israël, à quelques jours de la fête de Lag BaOmer, pour éviter les attroupements et une deuxième vague de contamination au coronavirus.

Ces mesures d’urgence ont été prises après que le gouvernement a rejeté une recommandation du Conseil national de sécurité visant à imposer à nouveau un confinement sur le pays pendant la fête, les 11 et 12 mai, selon les médias israéliens.

Au lieu de cela, les ministres ont voté une proposition visant à proscrire tous les feux de camp à travers le pays et à fermer Meron – épicentre des rites religieux de la fête – aux visiteurs du jeudi 7 au mercredi 13 mai, exception faite pour les résidents et travailleurs de la ville située aux alentours du site. La ville de Meron sera rouverte le 13 mai, mais le site du tombeau restera fermé aux visiteurs pendant tout le week-end jusqu’au 17 mai.

Il sera interdit de louer des chambres d’hôtel ou d’hôtes aux personnes qui ne résident pas à Meron, en vertu des restrictions, et ce, jusqu’au 17 mai. Les régulations sanitaires prévoient également la suspension des transports publics vers le site.

Les contrevenants qui allumeront des feux de camp n’importe où dans le pays ou qui loueront des chambres à Meron écoperont d’une amende.

A l’occasion de cette fête, des centaines de milliers d’Israéliens affluent vers le mont Meron, en Galilée. Le rabbin Shimon Bar Yochai, figure vénérée de la Kabbale, y est enterré. Enfants et adolescents marquent cette fête dans l’ensemble du pays autour de feux de camps.

Des Ultra-orthodoxes prient devant la tombe de Rabbi Shimon Bar Yohai,à Méron, en Galilée, le 6 mai 2020. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le tombeau de Meron, deuxième site de pèlerinage le plus visité en Israël après le mur Occidental, est supervisé par une sous-division du ministère des Affaires religieuses.

La réglementation approuvée par le cabinet permettra au ministre des Affaires religieuses de signer une dérogation spéciale pour trois célébrations de Lag BaOmer à Meron pour d’éminents rabbins, avec des feux échelonnés et un maximum de 50 participants à chaque rassemblement. Il a déclaré que ces événements doivent garantir une participation équitable, notamment une représentation paritaire des femmes et des hommes.

Des Juifs ultra-orthodoxes devant un immense feu de joie pendant la célébration de Lag BaOmer, dans le quartier de Mea Shearim, à Jérusalem, le 13 mai 2017. (Crédit : Flash90)

Cette décision intervient alors que les mesures de confinement mises en place par le gouvernement pour endiguer l’épidémie ont permis de réduire le nombre de cas d’infection quotidiens à quelques dizaines. Des mesures de confinement ont été instaurées à l’occasion de Pessah, de Yom HaAtsmaout et de Yom HaZikaron pour empêcher la propagation, et continuent d’être en vigueur dans certaines régions pour toute la durée du Ramadan.

Ces derniers jours, un déconfinement s’est amorcé, et la plupart des magasins et des entreprises ont pu rouvrir leurs portes.

Lag BaOmer est une fête clé dans la tradition mystique juive, qui serait le jour de la mort de Bar Yohai et qui marquerait également l’anniversaire du jour où il a transmis pour la première fois le texte de l’œuvre mystique juive fondatrice, le Zohar.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...