Ilan Yeshua : Nous avons supprimé des infos de familles en deuil pour Netanyahu
Rechercher

Ilan Yeshua : Nous avons supprimé des infos de familles en deuil pour Netanyahu

L'ex-PDG de Walla aurait reçu l'ordre de supprimer les articles sur les familles des soldats tués à Gaza en 2014, et d'encenser Sara Netanyahu comme dans un "tribunal byzantin"

L'ancien PDG du site d'information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Netanyahu qui est jugé pour corruption, fraude et abus de confiance, au tribunal de district de Jérusalem, le 4 mai 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
L'ancien PDG du site d'information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Netanyahu qui est jugé pour corruption, fraude et abus de confiance, au tribunal de district de Jérusalem, le 4 mai 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Au premier jour du contre-interrogatoire d’Ilan Yeshua dans le procès pour corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu, mardi, l’ancien PDG de Walla news a déclaré à la cour que les rédacteurs ont reçu l’ordre de retirer du site des articles sur les familles endeuillées dans la guerre de Gaza de 2014 parce que le Premier ministre ne les appréciait pas.

M. Yeshua, qui a déjà expliqué à la Cour comment des proches collaborateurs de M. Netanyahu étaient directement impliqués dans l’élaboration du contenu du site d’information selon les souhaits du Premier ministre, a fait cette déclaration pour expliquer les sentiments qu’il a exprimés publiquement à l’égard du Premier ministre.

Lors d’un interrogatoire sur ses propres opinions politiques, Yeshua a admis avoir dit à des membres du personnel que « Bibi détruit le projet sioniste » et avoir déclaré que le Premier ministre était « un désastre pour le pays ».

L’avocat de la défense de l’actionnaire majoritaire de Bezeq, Shaul Elovitch, Jack Chen, dans une tentative apparente de démontrer le parti pris de Yeshua contre le Premier ministre, a dit à Yeshua : « Vous vous êtes exprimé librement. »

L’avocat Jack Chen arrive au tribunal de district de Jérusalem, le 4 mai 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Yeshua a répondu qu’il avait fait ces commentaires sur Netanyahu après une longue période de pression au cours de laquelle les rédacteurs de Walla ont été priés de retirer les articles sur les familles des soldats tombés lors de la guerre de 2014 à Gaza contre le Hamas, car le Premier ministre n’aimait pas cette couverture.

« Ces propos ont été tenus après une longue période de pression. J’ai dû donner des explications pour ce que nous faisions, parfois il y avait des cas très difficiles. Nous avons dû retirer des informations sur des familles endeuillées parce que Netanyahu n’aimait pas cela. Ce n’était pas la cause, mais le résultat », a déclaré M. Yeshua.

Lors du contre-interrogatoire, il n’a pas été précisé qui avait demandé aux rédacteurs de supprimer les articles.

La famille de Hadar Goldin, un soldat de Tsahal dont la dépouille est détenue par le groupe terroriste du Hamas à Gaza depuis la guerre de 2016, a publié une réponse furieuse après le témoignage, disant qu’elle expliquait ce qu’elle décrit être un « silence institutionnel » face à leur combat pour le retour de leur fils.

Leah, (à droite), et Simcha Goldin, parents du défunt soldat israélien Hadar Goldin dont le corps est détenu par le Hamas dans la bande de Gaza, assistent à une conférence de presse à Ramat Gan, le 25 avril 2018. (Flash90)

« Depuis des années, nous dénonçons le silence institutionnel dirigé d’en haut lorsqu’il s’agit du retour de Hadar Goldin. Jusqu’à quelle profondeur de l’abîme nos dirigeants peuvent-ils sombrer ? Honte et déshonneur », a déclaré la famille.

Yeshua est un témoin clé dans l’affaire 4000, dans laquelle Netanyahu est accusé d’avoir abusé de ses pouvoirs lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre des Communications de 2014 à 2017 pour favoriser de manière illicite et lucrative les intérêts commerciaux de l’actionnaire majoritaire de Bezeq, Elovitch. En échange, Elovitch aurait fourni à Netanyahu une couverture positive du Premier ministre et de sa famille par le site d’information Walla, appartenant à Elovitch.

Netanyahu est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans cette affaire, tandis que Elovitch et sa femme, Iris, ont également été accusés de corruption. Les trois accusés nient avoir commis tout acte répréhensible.

Au cours du contre-interrogatoire, M. Yeshua a également déclaré qu’il recevait des demandes « folles » de la part de l’épouse du Premier ministre, dans une situation qu’il a comparée à un « tribunal byzantin ».

Interrogé sur sa relation avec Zeev Rubinstein, associé de Netanyahu, Yeshua a déclaré que Rubinstein était « leur officier supérieur au tribunal byzantin » et qu’il transmettait « les demandes et les idées folles de Sara Netanyahu ».

« Pourquoi ne me demandez-vous pas si je pensais ce que j’ai dit sur le fait que Sara était belle sur la photo ? », a demandé Yeshua à Chen. « Parce que vous aussi, vous comprenez que je participe à un discours d’adulation dans une cour byzantine ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara devant leurs partisans pendant la nuit des élections israéliennes au siège du parti du Likud, à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Chen a également présenté à Yeshua un article de 2013 de Ha’Ayin Hashevi’it, un périodique qui couvre les médias, dans lequel des journalistes de Walla déclarent que Yeshua est intervenu de manière inappropriée dans le processus éditorial de Walla et accusent leur patron de favoriser une culture de l’humiliation.

L’article indiquait qu’“il y a eu une érosion de l’indépendance des journalistes par la direction de Walla parce que ceux-ci peuvent nuire aux intérêts commerciaux de la société”, notamment en ce qui concerne les articles sur le parti Likud de Netanyahu.

Yeshua a répondu à Chen qu’il admettait librement qu’il tenait compte de considérations commerciales dans ses décisions.

« La société a des intérêts commerciaux, et je n’ai pas honte de l’admettre. D’après mes souvenirs, je ne voulais pas le nier. Ces considérations existaient et j’ai pris ces décisions », a déclaré M. Yeshua à la Cour.

Le procès au tribunal de district de Jérusalem a repris lundi après une pause depuis le 20 avril pour discuter de plusieurs demandes des avocats de Netanyahu de divulguer des éléments de preuve. Netanyahu lui-même n’a été présent au tribunal que pour deux des audiences.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une audience au tribunal de district de Jérusalem, le 5 avril 2021. (Oren Ben Hakoon/POOL)

Lors de sa première déposition, M. Yeshua a expliqué que ses patrons et des proches de M. Netanyahu lui avaient donné des instructions répétées pour que le site d’information, le deuxième plus important d’Israël, soit orienté vers une couverture positive du Premier ministre et des critiques à l’égard de ses rivaux. Il a ajouté qu’il pensait que ces instructions faisaient partie d’un accord de contrepartie entre M. Netanyahu et les propriétaires du site.

Yeshua a également expliqué en détail comment on lui a demandé de participer à un effort visant à dissimuler l’accord de contrepartie présumé. Le témoignage a été entendu malgré les efforts des avocats de Netanyahu pour en disqualifier certaines parties.

Dans son témoignage, Yeshua a également décrit comment le fils du Premier ministre, Yair, et sa femme, Sara, s’immisçaient dans la gestion de Walla.

En plus des accusations dans l’affaire 4000, Netanyahu est également accusé de fraude et d’abus de confiance dans deux autres affaires, dont l’une implique également des soupçons d’échange de faveurs réglementaires contre une couverture médiatique positive.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...