Interdiction d’un camp de vacances français qui fait « l’apologie du nazisme, de l’antisémitisme, du racisme »
Rechercher

Interdiction d’un camp de vacances français qui fait « l’apologie du nazisme, de l’antisémitisme, du racisme »

"Jeune Nation" était issu d'un mouvement d'extrême-droite défendant la réhabilitation de Pétain

Vendredi dernier, un arrêté a été publié dans le recueil des actes administratifs des Hautes-Alpes afin d’interdire le camp Jeune Nation qui devait avoir lieu du 11 au 17 juillet dans la commune de Salérans, rapporte le site La Provence.

La décision a été prise par la préfecture des Hautes-Alpes.

Ce camp était organisé par une association catholique et rattaché à un mouvement nationaliste d’extrême-droite souhaitant la réhabilitation du Maréchal Pétain.

L’interdiction administrative est motivée par le risque de troubles à l’ordre public et par la filiation avérée entre ce mouvement d’extrême droite et deux autres mouvements, l’Oeuvre Française et les Jeunesses nationalistes, qui avaient été dissoutes en 2013.

Selon le chef de cabinet adjoint du président de la République, Christophe Pierrel, « l’État a pris ses responsabilités en interdisant le camp d’été organisé par Jeune Nation, qui prône l’apologie du nazisme, de l’antisémitisme, du racisme. »

« La République ne peut supporter qu’une organisation prône la haine de l’autre sans que l’Etat fasse preuve d’autorité en rappelant le cadre de nos libertés et de nos devoirs, » a déclaré Pierrel.

De son côté, Karine Berger, députée des Hautes-Alpes a salué la décision d’interdiction. « Nous devons défendre les idées républicaines contre cette propagande nauséabonde, » a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...