Rechercher

Irak : 4 corps retirés des décombres d’un sanctuaire chiite

Le Qattarat de l'imam Ali est situé à environ 25 km à l'ouest de la ville sainte chiite de Kerbala et il attire les pèlerins par milliers tous les ans

Une photo aérienne montre des membres des services d'urgence irakiens se rassemblant près des décombres à la suite d'un glissement de terrain au sanctuaire Qattarat al-Imam Ali à la périphérie de la ville sainte de Karbala, tard le 20 août 2022. (Crédit : Mohammed SAWAF / AFP)
Une photo aérienne montre des membres des services d'urgence irakiens se rassemblant près des décombres à la suite d'un glissement de terrain au sanctuaire Qattarat al-Imam Ali à la périphérie de la ville sainte de Karbala, tard le 20 août 2022. (Crédit : Mohammed SAWAF / AFP)

Quatre corps de pèlerins coincés sous les décombres d’un sanctuaire chiite dont une partie s’est effondrée lors d’un éboulement dans le centre de l’Irak ont été retirés, ont annoncé dimanche les secours qui poursuivent les recherches.

« Nous avons trouvé quatre corps, notamment celui d’une femme », dans ce sanctuaire dans la province de Kerbala, a déclaré à l’AFP le général Abdelrahmane Jaoudat, directeur du département des médias de la Défense civile.

Les secours avaient auparavant indiqué qu’ils tentaient d’extraire de six à huit pèlerins piégés sous les décombres du Qattarat de l’imam Ali, un bâtiment sacré de taille relativement modeste entouré de parois rocheuses.

Trois enfants ont déjà été secourus et sont en « bonne santé. Ils ont été hospitalisés », ont indiqué les services d’urgence.

Selon le porte-parole de la Défense civile irakienne, Nawas Sabah Shaker, une portion de la roche s’est détachée samedi après-midi « en raison de la forte humidité » et a chuté sur le bâtiment. L’éboulement a provoqué l’effondrement « d’environ 30 % de la surface totale du bâtiment qui mesure quelque 100 mètres carrés », a-t-il expliqué.

Cités par l’agence de presse étatique INA, les secours ont dit être parvenus à transmettre de l’oxygène, de la nourriture et de l’eau aux personnes coincées sous les décombres. Ils ont également affirmé maintenir un contact verbal avec les victimes « pour les rassurer ».

« Nous travaillons d’arrache-pied avec la plus grande précision pour atteindre les personnes coincées. Toute erreur pourrait entraîner de nouveaux effondrements », a indiqué à l’AFP Abdelrahmane Jaoudat, directeur du département des médias de la Défense civile.

Un témoin, Bassem Khazali, a déclaré à l’AFP que son neuveu s’était retrouvé coincé sous les décombres « lorsque le toit s’est effondré » samedi. « J’ai peur que tous les efforts entrepris soient vains (…). Nous voulons savoir ce qu’il s’est passé, pourquoi ça a eu lieu », a-t-il ajouté.

Dans la journée de dimanche, des tractopelles s’activaient pour retirer des gravats, selon un correspondant de l’AFP sur place. A l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment, la police, l’armée et les hommes du Hachd al-Chaabi, d’anciens paramilitaires intégrés aux forces armées irakiennes, sécurisaient le site.

Dans un tweet, le président irakien, Barham Saleh, a appelé les secouristes « héroïques » à « mobiliser tous leurs efforts pour sauver les personnes prises au piège ».

Le Qattarat de l’imam Ali est situé à environ 25 km à l’ouest de la ville sainte chiite de Kerbala et il attire les pèlerins par milliers tous les ans. Il est dédié à l’imam Ali, gendre du prophète Mahomet et figure fondatrice de l’islam chiite.

Selon la tradition chiite, l’imam Ali aurait fait halte à cet endroit avec son armée en se rendant à la bataille de Siffin en 657 et y aurait fait jaillir une source d’eau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...