Rechercher

Iran et Turquie renvoient de force et tirent sur des Afghans cherchant à fuir leur pays

Des centaines de milliers d'Afghans ont fui le pays depuis la prise du pouvoir par les talibans en août 2021

Des femmes attendent dans un bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour recevoir des articles non alimentaires à Kandahar, le 8 mars 2022. (Crédit :  Javed TANVEER / AFP)
Des femmes attendent dans un bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour recevoir des articles non alimentaires à Kandahar, le 8 mars 2022. (Crédit : Javed TANVEER / AFP)

Renvois forcés, tirs illégaux, détentions arbitraires : Amnesty International dénonce l’attitude de la Turquie et de l’Iran vis-à-vis des Afghans cherchant à fuir leur pays, dans un rapport publié mercredi.

« Les forces de sécurité de l’Iran et de la Turquie ont renvoyé illégalement de force à de nombreuses reprises des Afghans tentant de franchir les frontières de ces pays afin de se mettre en sécurité, notamment en ouvrant illégalement le feu sur des hommes, des femmes et des enfants », selon ce rapport.

L’enquête a été réalisée en mars en Afghanistan auprès de 74 personnes témoignant avoir été renvoyées de force, dont 48 affirmant avoir été la cible de tirs en tentant de franchir les frontières avec l’Iran ou la Turquie.

Selon l’ONG, les forces iraniennes « ont illégalement tué et blessé des dizaines » de personnes, notamment en ouvrant le feu sur des voitures surchargées. « Les garde-frontières turcs ont également utilisé de manière illégale des balles réelles », selon la chercheuse d’Amnesty Marie Forestier, citée dans le rapport.

L’organisation a rencontré les proches de six hommes et d’un adolescent de 16 ans tués par les forces iraniennes de sécurité alors qu’ils essayaient de franchir la frontière iranienne, entre avril 2021 et janvier 2022. En tout, l’organisation a recensé 11 homicides imputés aux forces iraniennes de sécurité.

Selon Amnesty International, ces dernières ont tiré sur des personnes qui étaient en train d’escalader les murs frontaliers, de se glisser sous des clôtures ou de s’éloigner de la frontière à pied ou en voiture, en direction du territoire iranien.

Nombre de ceux ayant réussi à franchir la frontière avec les deux pays ont subi des tortures et détentions arbitraires en Turquie ou en Iran, avant d’être renvoyés de force en Afghanistan, selon l’ONG.

« Nous demandons aux autorités turques et iraniennes de mettre immédiatement fin à l’ensemble des expulsions et renvois illégaux, et de garantir un passage sécurisé et l’accès à des procédures d’asile » aux Afghans en quête de protection, exhorte Amnesty.

L’ONG demande également à la communauté internationale de soutenir financièrement les pays accueillant des réfugiés afghans, dont l’Iran et la Turquie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...