Iran : Raïssi nomme un ministre recherché pour l’attentat de Buenos Aires
Rechercher

Iran : Raïssi nomme un ministre recherché pour l’attentat de Buenos Aires

Le nouveau ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi est recherché par Interpol ; Hossein Amirabdollahian, ministre des Affaires étrangères, est un anti-occidental proche du Hezbollah

De gauche à droite : Hossein Amirabdollahian et le général Ahmad Vahidi. (AP Photos/Misha Japaridze, Vahid Salemi, File)
De gauche à droite : Hossein Amirabdollahian et le général Ahmad Vahidi. (AP Photos/Misha Japaridze, Vahid Salemi, File)

Ebrahim Raïssi, le nouveau président iranien, a présenté ce mercredi le nouveau cabinet ministériel, a rapporté la télévision d’État.

Ce nouveau cabinet a la particularité d’être composé de plusieurs éléments extrémistes, parmi lesquels Ahmad Vahidi, nouveau ministre de l’Intérieur, qui fait l’objet d’une notice rouge, avis international de recherche, par Interpol depuis 2007 – la fiche, émise à la demande des autorités argentines, n’est pas un mandat d’arrêt international.

L’homme est recherché pour son implication présumée dans l’attentat à la bombe perpétré en 1994 contre le centre de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA), à Buenos Aires, lequel attentat a fait 85 morts et des centaines de blessés.

Le kamikaze de l’attentat a été identifié comme étant Ibrahim Hussein Berro, un membre du groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran. Il aurait bénéficié du soutien de d’autres membres du Hezbollah et d’Iraniens.

Les familles des victimes de l’attentat ont renouvelé leurs demandes de justice alors qu’elles marquaient l’anniversaire de l’attentat le mois dernier. Personne n’a jamais été condamné dans l’attaque.

Le centre juif de Buenos Aires suite à l’attaque, en juillet 1994. (Crédit : Cambalachero / Wikimedia commons)

À l’époque de l’attaque, Vahidi dirigeait la Force Al-Qods, unité d’élite du Corps des Gardiens de la révolution islamique, destinée aux activités de guerre non conventionnelle et de renseignements et chargé d’opérations extérieures. Il est devenu vice-ministre de la Défense de 2005 à 2009, puis ministre de la Défense de 2009 à 2013, alors que le pays était dirigé par l’extrémiste Mahmoud Ahmadinejad.

Outre l’attentat en Argentine, Vahidi serait impliqué dans les attentats de Beyrouth du 23 octobre 1983. Il a également participé à la fondation du Hezbollah. Il a été placé sur la liste noire des États-Unis en 2010.

Autre nomination d’Ebrahim Raïssi au sein du cabinet ministériel : Hossein Amirabdollahian, nouveau ministre des Affaires étrangères, qui est lui un farouche anti-occidental. Il sera notamment en charge des négociations alors que l’Iran et les États-Unis cherchent à ressusciter l’accord nucléaire historique entre Téhéran et les puissances mondiales.

Amirabdollahian, 56 ans, a auparavant été vice-ministre des Affaires étrangères pour les Affaires arabes et africaines sous Mahmoud Ahmadinejad.

Selon Reuters, Amirabdollahian aurait des relations étroites avec le groupe terroriste du Hezbollah au Liban.

Les parties à l’accord nucléaire se rencontrent régulièrement à Vienne depuis des mois pour tenter de relancer l’accord. La dernière série de pourparlers s’est terminée en juin, sans qu’aucune date n’ait été fixée pour leur reprise. Raïssi a promis que son administration se concentrerait sur la levée des sanctions qui ont mis à mal une économie iranienne déjà en difficulté.

Cette liste du nouveau cabinet iranien doit encore être votée par le parlement du pays. Généralement, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, intervient également dans la sélection des hauts fonctionnaires pour les postes les plus sensibles, tels que celui de ministre des Affaires étrangères.

Javad Owji, 54 ans, fonctionnaire de longue date dans le secteur du pétrole et du gaz, a été nommé ministre du Pétrole. Rostam Ghasemi, ancien ministre du Pétrole sous Ahmadinejad, a lui été nommé ministre des Routes et de l’Urbanisation. Le général Mohammad Reza Ashtiani, ancien chef d’état-major adjoint des forces armées, sera lui ministre de la Défense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...