Islande : un projet de loi vise à interdire la circoncision
Rechercher

Islande : un projet de loi vise à interdire la circoncision

Le texte prétend que cette pratique est une violation des droits de l’enfant, les exposerait à des infections et causerait des « douleurs considérables »

Une cérémonie de brit milah, la circoncision rituelle. Illustration. (Crédit : Cheskel Dovid/CC BY 3.0/Wikimedia Commons)
Une cérémonie de brit milah, la circoncision rituelle. Illustration. (Crédit : Cheskel Dovid/CC BY 3.0/Wikimedia Commons)

Les députés de quatre partis politiques en Islande ont soumis un projet de loi au parlement, qui vise à interdire la pratique de la circoncision non-médical avant l’âge de 18 ans, et prévoit une peine de prison pouvant aller jusqu’à six ans pour quiconque enfreindrait la loi.

Les membres du parti écolo de gauche, du Parti progressiste, du Parti populaire et du Parti Pirate ont soumis jeudi le projet de loi au parlement islandais, selon le site RUV.

Ensembles, les partis représentent 46 % des 63 sièges du parlement.

Cette mesure se base sur l’interdiction de la mutilation génitale féminine promulguée en 2005, et argue qu’une interdiction similaire s’impose pour les hommes. L’article ne précise pas la date du vote.

Les défenseurs de la circoncision, qui, selon de nombreux médecins, réduit le risque de contracter des maladies sexuellement transmissibles et des infections génitales, s’opposent depuis toujours au parallèle entre la mutilation génitale féminine, une pratique qui n’a aucun bénéfice médical et considéré universellement comme préjudiciable au plaisir lors des rapports sexuels.

Le projet de loi qualifie la circoncision des garçons de moins de 18 ans de violation des droits de l’Homme, selon le site d’information, et indique que cette procédure les expose aux infections et cause des « douleurs considérables ».

Dans l’ensemble de la Scandinavie, la circoncision non-médicale des garçons de moins de 18 ans fait l’objet d’un débat sur le droit des enfants et la liberté de culte. Les défenseurs des droits des enfants dans les pays nordiques – la Finlande, l’Islande, le Danemark, la Suède et la Norvège – ont mis une déclaration conjointe en 2013 pour proposer une interdiction de cette pratique, bien qu’aucun de ces pays ne l’ait promulguée.

Dans le cadre de ce débat, les politiciens de droite s’opposent à la circoncision, qu’ils perçoivent comme un acte importé d’une culture étrangère, généralement associé à l’immigration musulmane. Les libéraux de gauche et les athées s’y opposent car ils y voient une forme de maltraitance.

En 2012, un tribunal allemand à Cologne a statué que la circoncision rituelle des mineurs était un acte criminel. Cette décision a été renversée mais a donné lieu à des interdictions temporaires en Autriche et en Suisse.

Un débat similaire fait rage en Europe occidentale, au sujet de l’abattage rituel des animaux, qui est illégal dans certains pays membres de l’Union européenne.

L’Islande, qui ne fait pas partie du bloc, abrite une population de 300 000 personne, dont quelques dizaines de Juifs et quelques centaines de musulmans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...