Rechercher

Israël délivrera 2 000 permis d’entrée supplémentaires aux travailleurs de Gaza

Conditionnés à la poursuite de la stabilité sécuritaire entre Israël et Gaza, ces permis sont très importants pour une population gazaouie touchée par un fort taux de chômage

Des Palestiniens se rassemblent pour demander des permis de travail en Israël, dans le camp de réfugiés de Jabalia, au Nord de la bande de Gaza, le 6 octobre 2021. (Mahmud Hams/AFP)
Des Palestiniens se rassemblent pour demander des permis de travail en Israël, dans le camp de réfugiés de Jabalia, au Nord de la bande de Gaza, le 6 octobre 2021. (Mahmud Hams/AFP)

Israël s’apprête à délivrer 2 000 permis de travail supplémentaires aux Palestiniens vivant à Gaza, portant à 12 000 le nombre total de Gazaouis travaillant dans le pays.

La liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, plus connue sous son acronyme COGAT, affirme que le changement de politique est subordonné à la poursuite de la « stabilité sécuritaire » entre Israël et Gaza.

Selon un responsable de la sécurité israélienne, le ministère israélien de la Défense travaillerait à l’extension du quota pour le porter au nombre de 20 000.

Depuis plus de 15 ans, la bande de Gaza fait l’objet d’un double blocus, de la part d’Israël et de l’Égypte, dans le but de contrôler les activités du Hamas au sein de l’enclave.

Israël affirme que les restrictions sévères imposées aux personnes comme aux biens sont nécessaires à la sécurité nationale.

Les critiques déplorent l’impact du blocus sur les Gazaouis, dont environ la moitié sont au chômage, selon le Bureau central palestinien des statistiques. Les taux de pauvreté vertigineux font de l’emploi en Israël une option attrayante pour ceux qui ont la chance de se voir attribuer un permis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...