Rechercher

Israël est « notre partenaire le plus fiable », dit le diplomate en chef indien

Alors qu'il se trouve à Jérusalem, Subrahmanyam Jaishankar rencontrera le Premier ministre Bennett, le président Herzog et son homologue Lapid, lundi

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar s'adresse aux Israéliens d'origine indienne au King David Hotel de Jérusalem, le 17 octobre 2021. (Crédit : Lazar Berman, Times of Israel)
Le ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar s'adresse aux Israéliens d'origine indienne au King David Hotel de Jérusalem, le 17 octobre 2021. (Crédit : Lazar Berman, Times of Israel)

Le ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a salué les relations commerciales, dimanche, qui se sont développées entre son pays et Israël, affirmant lors d’une réunion avec des chefs d’entreprise et des représentants du gouvernement israélien que l’Inde considérait Israël, « sous de nombreux aspects, comme notre partenaire peut-être le plus fiable et le plus innovant ».

« Le degré de confiance entre nous est très élevé », a noté le chef de la diplomatie israélienne pendant cette table ronde commerciale organisée, dimanche soir, à l’hôtel King David de Jérusalem.

Jaishankar est arrivé au sein de l’État juif dans la journée de dimanche, avant des rencontres prévues lundi avec le Premier ministre Naftali Bennett, le président Isaac Herzog, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et la ministre de l’Énergie Karine Elharrar.

Le ministre indien restera dans le pays jusqu’au 21 octobre.

Il a noté que cette toute première réunion importante avec des responsables d’entreprise au sein de l’État juif n’était pas une coïncidence. « Je commence avec le tachlis, » a-t-il déclaré en provoquant les rires de l’assistance, utilisant le mot en hébreu – aux racines yiddish – désignant le passage aux choses sérieuses.

Face aux questions des cadres israéliens sur la bureaucratie prodigieuse en Inde, Jaishankar a souligné que le pays entreprenait actuellement une initiative majeure d’allègement des lourdeurs administratives pour faciliter les échanges commerciaux.

Le ministre des Affaires étrangères indien Subrahmanyam Jaishankar, an centre, parle à l’ambassadeur indien en Israël pendant une réunion avec les chefs d’entreprise à l’hôtel King David de Jérusalem, le 17 octobre 2021. (Crédit : Lazar Berman, Times of Israel)

Ron Malka, directeur-général du ministère de l’Économie et ancien ambassadeur en Inde, a expliqué que les liens entretenus par l’Inde et Israël étaient « la plus importante réussite que nous ayons connu avec un pays quel qu’il soit dans le domaine des affaires internationales. » Il a qualifié la relation de « partenariat stratégique déterminant ».

Le 30 janvier de l’année prochaine, Israël et l’Inde fêteront le 30e anniversaire de leurs liens diplomatiques.

Jaishankar a commencé son séjour, dimanche après-midi, par une visite au cimetière indien, situé dans le quartier Talpiot de Jérusalem, où environ 900 soldats indiens de la Première guerre mondiale ont été ensevelis.

« Je me sens profondément honoré de pouvoir rendre hommage aux fils vaillants de l’Inde qui se sont battus avec bravoure et courage sur ces terres pendant la Première Guerre mondiale, s’auréolant eux-mêmes de gloire mais apportant aussi la gloire à leurs camarades et à leur patrie », a-t-il écrit dans le livre d’or, selon l’Indian Express.

Parmi les autres moments forts de la visite du chef de la diplomatie indienne, sa présence aux côtés d’Elharrar lorsqu’elle signera l’admission d’Israël au sein de l’International Solar Alliance et sa participation, lundi soir, à une visioconférence via Zoom avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, Lapid et le ministre des Affaires étrangères émirati Abdullah bin Zayed.

Il assistera également à un exercice des forces aériennes internationales de combat Blue Flag.

Le ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, au Département d’État à Washington, le 28 mai 2021. (Saul Loeb/Pool via AP)

Lors de visioconférence entre les quatre diplomates seront abordés les problématiques environnementales, de l’énergie et du commerce.

Les technologies de l’eau et de l’agriculture devraient être centrales dans les discussions qui auront lieu pendant le séjour du haut-responsable indien. Mashav, l’organisation de développement international d’Israël, a un expert permanent stationné en Inde, ce qui prouve combien l’expertise israélienne dans ce domaine est importante dans la relation entre les deux pays.

Les officiels israéliens vont aussi tenter de faire progresser un projet d’accord de libre-échange avec l’Inde, qui est débattu depuis des années. Ils chercheront aussi à conclure un accord de passeport « vert » avec l’Inde de manière à ce que les Israéliens puissent s’y rendre quand le pays rouvrira aux touristes, le 15 novembre.

Cette visite est la première d’un ministre indien depuis deux ans et la première depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Lapid-Bennett.

Les deux pays signeront une série d’accords sur le commerce, la culture et la technologie.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et son homologue indien Narendra Modi, visitent l’usine de dessalement de l’eau de la plage d’Olga, le 6 juillet 2017. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Les liens de haut-rang entre les deux pays ont été particulièrement chaleureux au cours de ces dernières années. Netanyahu, prédécesseur de Bennett, et le Premier ministre indien Narendra Modi sont des amis proches qui s’échangent souvent éloges et vœux en public. Netanyahu avait placé une photo de lui marchant pieds nus aux côté du Premier ministre indien sur une plage israélienne dans son bureau de Jérusalem, où tous les dirigeants en visite pouvaient la voir.

Modi s’était rendu en Israël en 2017 – cela avait été la toute première visite d’un leader indien dans le pays. Au cours de cette visite-marathon, le Premier ministre indien s’était entretenu avec le gouvernement et le leader de l’opposition et il avait participé à des réunions secrètes sur la coordination dans la lutte contre le terrorisme.

Netanyahu était allé en Inde en 2018 où il avait reçu un accueil enthousiaste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...