Israël lève la restriction sur le carburant à Gaza après un retour au calme
Rechercher

Israël lève la restriction sur le carburant à Gaza après un retour au calme

Le COGAT avait annoncé le 26 août réduire de moitié les livraisons de carburant après que des roquettes avaient été tirées depuis l'enclave sur le territoire israélien la veille

Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Israël a levé une restriction sur le carburant livré à la bande de Gaza, essentiel pour alimenter l’enclave palestinienne en électricité, une semaine après avoir réduit le flux de moitié après une série d’incidents violents, selon un responsable israélien.

L’organe israélien chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens (Cogat) avait annoncé le 26 août réduire de moitié les livraisons de carburant à Gaza après que des roquettes avaient été tirées depuis l’enclave sur le territoire israélien la veille.

Lundi, un responsable de la défense israélienne a déclaré sous le couvert de l’anonymat à l’AFP que la restriction sur le carburant avait été levée dimanche.

Les livraisons de carburant sont essentielles pour alimenter l’unique centrale électrique de la bande de Gaza, soumise depuis plus de dix ans au contrôle du groupe terroriste palestinien du Hamas, entraînant de sévères restrictions israéliennes et égyptiennes pour éviter tout détournement de matériel à des fins terroristes.  

Les livraisons de carburant, qui sont coordonnées avec les Nations unies et payées par le Qatar, ont été convenues fin 2018 dans le cadre d’un accord de trêve entre Israël et les dirigeants du Hamas.

Selon l’ONU, elles ont amélioré l’alimentation en électricité des Gazaouis qui reçoivent actuellement environ 10 heures de courant par jour, contre un minimum de quatre heures auparavant.

Après un mois d’accalmie, les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, où vivent deux millions de Palestiniens, ont repris mi-août.

A ces tirs s’ajoutent des tentatives d’infiltration en Israël de Palestiniens armés, parfois même de lance-roquettes.

Israël réplique soit en ouvrant le feu sur les hommes qui tentent de franchir la barrière de sécurité, soit en bombardant des « sites » du Hamas, qu’il tient pour responsable des tirs de roquettes en tant que groupe terroriste dirigeant le territoire.

Le 27 août, l’armée israélienne a bombardé un poste du Hamas à Gaza, après le tir d’un obus de mortier sur Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...