Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Israël ne s’opposera pas aux lois hongroises anti-LGBTQ – média

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que Jérusalem cherchait à éviter "l'attaque" contre le gouvernement allié en refusant de signer une déclaration co-signée par 38 pays

Les participants défilant lors de la 28e Gay Pride de Budapest, en Hongrie, le 15 juillet 2023. (Crédit : Tamas Kovacs/MTI via AP)
Les participants défilant lors de la 28e Gay Pride de Budapest, en Hongrie, le 15 juillet 2023. (Crédit : Tamas Kovacs/MTI via AP)

Israël aurait refusé de signer une déclaration conjointe signée par 38 pays occidentaux appelant le gouvernement hongrois à retirer les lois considérées comme limitant les droits de la communauté LGBTQ.

Citant des responsables du ministère des Affaires étrangères, un article publié sur le site d’information Walla a déclaré que le Département d’État américain avait demandé à Israël de signer la déclaration – qui a été publiée vendredi avant la Gay Pride de Budapest – mais que cela avait été refusé.

Israël aurait craint de s’aliéner le gouvernement du Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a bloqué un certain nombre de mesures de l’UE contre Jérusalem.

« Nous ne voulions pas participer à une attaque contre le gouvernement hongrois », a déclaré un haut responsable du ministère, cité par le site d’information.

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a reproché au gouvernement de ne pas avoir signé la déclaration commune.

« C’est une honte morale et éthique et une autre tentative diplomatique ratée. Le gouvernement israélien a été pris en otage par une minorité extrémiste de fanatiques », a accusé Lapid.

« Où sont les libéraux du Likud ? »

Benjamin Netanyahu, à droite, et son homologue hongrois Viktor Orban durant une conférence de presse conjointe au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 19 juillet 2018. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu entretient depuis longtemps des relations étroites avec Orban, qui est au pouvoir depuis 2010. Leurs liens se sont encore resserrés depuis le retour au pouvoir de Netanyahu après les élections législatives de novembre, les deux se louant mutuellement et cherchant à faire avancer les relations bilatérales et leur propre connexion.

Ces dernières années, Budapest a été le plus fervent partisan de Jérusalem au sein de l’Union européenne, bloquant plusieurs tentatives visant à publier des déclarations critiquant la politique israélienne. À titre d’exemple, en 2020, la Hongrie était l’un des seuls pays à ne pas s’être prononcé publiquement contre le projet d’Israël, sabordé depuis, d’annexer unilatéralement des pans entiers de la Cisjordanie.

Le gouvernement de droite d’Orban a également soutenu la tentative de la coalition israélienne actuelle de réformer le système judiciaire, ressemblant par ailleurs aux mesures prises par Budapest il y a plusieurs années.

L’actuel gouvernement religieux de droite de Netanyahu comprend plusieurs opposants purs et durs aux droits des LGBTQ, dont le député Avi Maoz (Noam), un militant anti-LGBTQ notoire ; le député Yitzhak Pindrus (Yahadout HaTorah), qui a déclaré le mois dernier que la communauté homosexuelle était plus dangereuse que le [groupe terroriste palestinien du] Hamas ou le [groupe terroriste chiite libanais du] Hezbollah ; et les ministres Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich, qui avaient tous deux protesté contre la Gay Pride de Jérusalem.

Dans la déclaration commune de vendredi, signée par les ambassades de tous les pays de l’UE à l’exception de la Pologne, les signataires soulignent que la 28e Gay Pride de Budapest joue un rôle important dans la lutte pour « l’égalité de traitement et la pleine protection de la loi » pour les Hongrois LGBTQ.

La déclaration exprime « un soutien total aux membres de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer et intersexuée (LGBTQI+) en Hongrie et à leurs droits à l’égalité et à la non-discrimination ».

L’ambassadeur des États-Unis en Hongrie, David Pressman, tenant le drapeau de son pays alors qu’il participe à la 28e Gay Pride de Budapest, en Hongrie, le 15 juillet 2023. (Crédit : Tamas Kovacs/MTI via AP)

Ils se disent préoccupés par la législation et la rhétorique politique en Hongrie, et ailleurs, « qui sont en opposition avec les principes de non-discrimination, le droit international des droits de l’Homme et la dignité humaine », et ont appelé les gouvernements à cesser la stigmatisation des personnes LGBTQ et « à éliminer lois et politiques qui les discriminent ».

Un jour plus tard, des milliers de participants à la Gay Pride de Budapest ont parcouru les rues de la capitale hongroise, les marcheurs exprimant leur inquiétude face à la pression croissante exercée sur la communauté LGBTQ par le gouvernement de droite du pays.

Le 28e événement annuel de samedi a eu lieu alors que les lois du pays, qui interdisent la représentation de l’homosexualité ou de la transition de genre aux mineurs de moins de 18 ans, ont commencé à être appliquées avec une régularité croissante, entraînant des amendes et d’autres sanctions pour ceux qui diffusent du contenu LGBTQ.

Avant la marche, qui a commencé dans le parc de la ville de Budapest, l’organisateur de la Gay Pride, Jojo Majercsik, a déclaré que si les lois, adoptées en 2021, n’avaient pas d’effets pratiques immédiats, elles sont désormais de plus en plus utilisées pour réprimer la visibilité LGBTQ.

« Vous pouvez maintenant voir comment la loi sur la propagande adoptée il y a deux ans est appliquée dans la pratique et comment le discours public est devenu plus coléreux », a déclaré Majercsik, faisant référence à la loi. « Il est maintenant évident qu’ils essaient de limiter les droits des personnes LGBTQ dans le monde des médias, dans le monde des films, des films et des livres. »

Lazar Berman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.