Israël raille le nouvel avion de combat iranien, une « copie » du F-5 obsolète
Rechercher

Israël raille le nouvel avion de combat iranien, une « copie » du F-5 obsolète

Les médias iraniens ont salué l'électronique de pointe du Kowsar ; l'appareil répondra aux menaces des Etats-Unis et d'Israël, dit le ministre de la Défense

Le président Hassan Rouhani dans le cockpit du "Kowsar", le premier avion de combat de fabrication iranienne, le 21 août 2018. (Crédit : capture d'écran PressTV)
Le président Hassan Rouhani dans le cockpit du "Kowsar", le premier avion de combat de fabrication iranienne, le 21 août 2018. (Crédit : capture d'écran PressTV)

Un porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu a raillé le dévoilement, mardi, par l’Iran de son nouvel avion de combat « indigène ».

L’Iran a dévoilé mardi son avion de combat à l’occasion d’une parade à Téhéran, qualifiant le Kowsar d’avion « de quatrième génération », doté d’une « électronique aéronautique » de pointe et d’un radar à usages multiples, a fait savoir l’agence de presse iranienne Tasnim, ajoutant qu’il s’agissait d’une « fabrication indigène à 100 % « .

Mais les analystes ont rapidement noté des similarités entre l’appareil iranien et l’avion F-5, fabriqué dans les années 1950 par Northrop-Grumman.

« Le régime iranien dévoile l’avion Kowsar et clame qu’il est ‘le premier avion de combat fabriqué à 100 % localement’, » s’est amusé Ofir Gendelman, porte-parole arabophone de Netanyahu, sur Twitter. « L’Iran se vante de ses capacités offensives. Mais j’ai immédiatement remarqué que c’est un très ancien avion de guerre américain (il était fabriqué dans les années 1950). Il appartient à la catégorie des jets F-5 qui ne sont plus utilisés depuis des décennies ».

Le F-5 avait été vendu à l’Iran dans les années 1960 et il avait servi pour la première fois dans les forces aériennes impériales iraniennes en 1965. En Occident, la ligne des appareils F-5 est largement utilisé pour des entraînements.

L’Iran a déjà utilisé ces F-5 – et, suggèrent certains observateurs, certaines parties de sa flotte vieillissante de F-5, clouée au sol – pour développer ses avions de combat plus récents.

C’était le cas du Saeqeh, qui avait volé pour la première fois en 2004.

Un avion-chasseur Saeqeh des forces iraniennes de la république islamique (Crédit : Wikipedia/Shahram Sharifi/CC BY-SA)

Ces soupçons suivent le dévoilement très raillé en 2013 d’un avion de combat antérieur qui se vantait d’être le « premier » à avoir été construit dans le pays et qui, selon de nombreux spécialistes occidentaux, aurait été un modèle en plastique d’un avion trop petit pour voler.

La télévision d’Etat a expliqué que le Kowsar avait d’ores et déjà connu des essais réussis et l’a montré à l’arrêt sur une piste en amont de son premier vol de démonstration, même si la séquence en direct s’est interrompue avant le décollage de l’appareil.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a réagi à cette annonce en disant qu’il s’agissait d’une « réaction naturelle face à une crise économique ».

Les Iraniens « sont sous pression à cause des sanctions américaines et réagissent en inventant des histoires, mais il ne faut pas non plus trop les prendre à la légère », a dit Liberman à la presse.

Lors du dévoilement du Kowsar, mardi, le président iranien Hassan Rouhani a pour sa part indiqué que la République islamique devait se préparer à combattre ses ennemis.

« Nous devons être prêts à nous battre contre les puissances militaires qui veulent se saisir de notre territoire et de nos ressources », a expliqué le président dans un discours télévisé prononcé lors de l’événement, a fait savoir Reuters.

La télévision d’Etat a montré le président Rouhani assis dans le cockpit de l’avion, lors de la journée nationale de l’Industrie de la Défense.

L’existence de l’avion avait été publiquement annoncée samedi par le ministre de la défense iranien Amir Hatami, qui avait expliqué qu’il serait dévoilé mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...