Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Israël rappelle son ambassadeur en Afrique du Sud pour consultations

Le gouvernement sud-africain a qualifié à plusieurs reprises la campagne israélienne à Gaza de "génocide" et a saisi la Cour pénale internationale pour crimes de guerre

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

L'ambassadeur israélien en Afrique du Sud Eli Belotserkovsky, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
L'ambassadeur israélien en Afrique du Sud Eli Belotserkovsky, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Israël a annoncé lundi le rappel de son ambassadeur en Afrique du Sud Eli Belotserkovsky, après le rappel par Pretoria de tous ses diplomates en poste en Israël et à la veille d’un sommet virtuel des Brics sur la guerre opposant l’Etat hébreu au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Plus tôt dans la journée, un ministre sud-africain a appelé la Cour pénale internationale (CPI) à délivrer un mandat d’arrêt à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’ici la mi-décembre.

L’Afrique du Sud a déjà rappelé son ambassadeur et son personnel diplomatique d’Israël, et le gouvernement a qualifié à plusieurs reprises la campagne israélienne à Gaza de « génocide ».

« Suite aux dernières déclarations sud-africaines, l’ambassadeur d’Israël à Pretoria a été rappelé à Jérusalem pour consultations », a indiqué sur X (ex-Twitter) le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lior Haiat, sans préciser la nature de ces déclarations.

Lors d’un point de presse lundi, la ministre sud-africaine de la présidence, Khumbudzo Ntshavheni, a déclaré que son gouvernement attendait de la CPI qu’elle délivre un mandat d’arrêt à l’encontre de Netanyahu, et que l’absence d’un tel mandat représenterait un échec de la gouvernance mondiale.

« Le monde ne peut pas rester les bras croisés. La communauté internationale doit se mobiliser pour mettre fin à ce génocide dès maintenant », a affirmé Ntshavheni.

Des militants pro-palestiniens se rassemblent lors d’une manifestation anti-américaine et anti-israélienne devant le consulat américain à Johannesburg, le 4 novembre 2023. (Crédit : MARCO LONGARI / AFP)

Elle a noté que l’ambassadeur sud-africain à La Haye, aux Pays-Bas, ainsi que les Comores, Djibouti, la Bolivie et le Bangladesh avaient saisi la CPI la semaine dernière pour enquêter « sur la perpétration de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide » par Israël.

« Étant donné qu’une grande partie de la communauté mondiale assiste en temps réel à la perpétration de ces crimes, ainsi qu’aux déclarations d’intention génocidaire de nombreux dirigeants israéliens, nous attendons la délivrance rapide de mandats d’arrêt à l’encontre de ces dirigeants, y compris le Premier ministre Netanyahu », a déclaré Ntshavheni.

« L’absence de mandats d’arrêt témoignera d’un manque de volonté d’agir de la part de la CPI et constituera un signal clair de l’échec total du système mondial de bonne gouvernance et de la nécessité de mettre en place un nouveau système ».

Plus tôt ce mois-ci, l’Afrique du Sud avait rappelé son ambassadeur et sa mission diplomatique en Israël et avait qualifié la guerre contre le Hamas à Gaza de « génocide » et a annoncé son intention de fermer l’ambassade israélienne à Pretoria.

La semaine dernière, un porte-parole du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), a déclaré que son parti « ne pouvait pas rester les bras croisés et regarder les actions génocidaires du régime israélien ».

Sept autres pays ont pris des mesures diplomatiques contre Israël depuis sa déclaration de guerre contre le Hamas : la Bolivie, la Turquie, la Jordanie, la Colombie, le Chili, le Honduras et le Tchad.

Un homme habillé en treillis militaire, portant un bandeau du Hamas et tenant une bannière comparant l’étoile de David, un symbole juif, à la croix gammée du parti nazi, s’adresse à une foule de partisans pro-palestiniens lors d’une manifestation anti-américaine et anti-israélienne devant le consulat des États-Unis à Johannesburg, le 4 novembre 2023. (Crédit : MARCO LONGARI / AFP)

Israël a déclaré la guerre au Hamas à Gaza après que le groupe terroriste a envahi le sud d’Israël le 7 octobre avec environ 3 000 terroristes, tuant près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, massacrant sauvagement des bébés, des enfants et des personnes âgées, ainsi que des participants à une rave en plein air, au cours de cet assaut barbare.

Le Hamas a également kidnappé plus de 240 otages israéliens, qu’il détient à Gaza et n’a autorisé ni le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ni aucune autre organisation humanitaire à leur rendre visite.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, quelque 13 000 personnes auraient été tuées lors de l’offensive aérienne et terrestre israélienne qui a suivi, mais ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent probablement à la fois des civils et des terroristes du Hamas tués à Gaza, y compris ceux qui sont morts à la suite de tirs de roquettes ratés lancés par des groupes terroristes à l’intérieur de l’enclave.

Pretoria soutient depuis longtemps les Palestiniens et l’ANC fait un parallèle entre sa lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud et la revendication palestinienne d’un État indépendant.

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, et le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Henke Bruins Slot, ont rencontré les familles des otages au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem lundi soir.

Parmi les personnes présentes se trouvaient des membres de la famille d’Ofir Engel, un citoyen israélien possédant la double nationalité néerlandaise qui a été enlevé par le Hamas dans le kibboutz Beeri.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen et le ministre néerlandais des Affaires étrangères Henke Bruins Slot rencontrent les familles des otages faits prisonniers par le Hamas à Gaza au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem le 20 novembre 2023. (Crédit : Miri Shamanowitz, ministère des Affaires étrangères)

Cohen a appelé le gouvernement néerlandais à participer à la lutte contre le financement du Hamas en Europe et a déclaré qu’Israël continuerait à combattre le groupe terroriste « jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints » et que les otages soient libérés.

« J’appelle les Pays-Bas à agir de manière décisive contre l’organisation terroriste Hamas et ses affiliés. Aujourd’hui, c’est nous, demain ce sera l’Occident tout entier », a déclaré Cohen.

« Depuis le massacre du 7 octobre, beaucoup de personnes dans le monde ont compris à quoi Israël est confronté : une organisation terroriste meurtrière, pire que l’État islamique (EI), qui n’hésite pas à assassiner et à kidnapper des bébés, des enfants, des femmes et des personnes âgées. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.