Israël rejette le reportage « mensonger » de la BBC sur les ouvriers thaïlandais
Rechercher

Israël rejette le reportage « mensonger » de la BBC sur les ouvriers thaïlandais

L'enquête de la chaîne britannique indiquait que de nombreux travailleurs vivaient dans des quartiers misérables, exposés aux dangers d'une hygiène médiocre et aux pesticides

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Un ouvrier thaï ramasse des fleurs au  Kibboutz Sde Nitzan', près de la frontière israélienne avec la bande de Gaza, le 20 juillet 2014 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Un ouvrier thaï ramasse des fleurs au Kibboutz Sde Nitzan', près de la frontière israélienne avec la bande de Gaza, le 20 juillet 2014 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Israël a rejeté jeudi un reportage diffusé par la BBC et consacré aux ouvriers agricoles thaïlandais qui travaillent au sein de l’Etat juif. Le reportage affirmait que ces employés vivaient dans des conditions menaçant leur santé. Un communiqué multi-ministériel a été émis en guise de droit de réponse, affirmant que l’enquête ne reflétait pas exactement la réalité.

Un communiqué signé conjointement par les ministères de la Santé, des Affaires étrangères, des Affaires sociales et par l’Autorité chargée de l’immigration a affirmé que le reportage était « mensonger ».

« Nous rejetons avec force les accusations sans précédent lancées par la BBC concernant les conditions d’emploi des travailleurs thaïlandais en Israël », a noté le communiqué. « Ces affirmations dépeignent une vision mensongère de la réalité ».

Le reportage de la BBC, rendu public vendredi dernier, a affirmé que de nombreux employés thaïlandais du secteur agricole en Israël vivent dans des conditions misérables, qu’ils sont sous-payés et exposés aux dangers des pesticides sans protection appropriée.

172 employés thaïlandais sont morts depuis 2012, a ajouté la BBC qui a noté que les autopsies restaient rares, et que les certificats de décès ne portaient que la mention d’une mort de cause « indéterminée ».

Capture d’écran d’une vidéo d’un reportage de la BBC sur les conditions de vie des employés agricoles thaï en Israël, novembre 2018 (Crédit : BBC)

« Le ministère de la Santé a reçu, ces dernières années, des informations portant sur la mort soudaine d’employés thaïlandais pendant leur sommeil », a dit le communiqué des ministères israéliens. « Les services de la santé publique ont enquêté sur la question en coopération avec l’Institut national médico-légal. L’enquête, qui a inclus l’envoi d’une équipe médicale de haut-niveau en Thaïlande, a confirmé l’hypothèse que ces morts soudaines avaient résulté du syndrome de Brugada ».

Cette maladie génétique se manifeste par des perturbations du rythme cardiaque qui peuvent entraîner un arrêt soudain du coeur.

« Les résultats de l’enquête du ministère de la Santé montrent qu’un nombre significatif de décès survenus pendant le sommeil ont été causés par un syndrome génétique connu en Thaïlande en général et dans un certain nombre de tribus vivant au nord-est du pays en particulier. Ce syndrome a également été remarqué chez d’autres travailleurs thaïlandais, pas nécessairement issus du secteur agricole, dans un certain nombre de pays du monde entier ».

Ce communiqué a précisé que les autorités emploient « des unités professionnelles… chargées de superviser l’emploi des travailleurs étrangers, la sécurité sur le lieu de travail, l’hygiène et la conformité avec les lois du travail mises en vigueur dans le pays. L’Etat oblige les travailleurs et les employeurs à suivre une formation, à appliquer les régulations relatives à l’hygiène et à la sécurité et à mettre en oeuvre les mesures de protection nécessaires ».

En plus de la possibilité d’entrer en contact avec l’ambassade thaïlandais au sein de l’Etat juif, il y a également une ligne téléphonique d’urgence en langue thaïlandais dont l’objectif est de permettre aux employés de faire part des problèmes qu’ils rencontrent, a noté le communiqué. Si la plainte d’avère justifiée, une enquête est alors ouverte contre l’employeur.

« Dans ce cadre, 992 plaintes ont été traitées en 2018. Il est important de souligner que les employés ne sont pas liés à ceux qui font appel à leurs services et qu’ils peuvent en changer à n’importe quel moment ».

Les ministères ont également précisé que l’accord sur le travail qui permet à des milliers de ressortissants thaïlandais de venir en Israël a été qualifié par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) de « création fructueuse qui a régulé et facilité le processus de recrutement de main-d’oeuvre et réduit les possibilités de paiement illégal des demandeurs d’emploi, protégeant également les droits des travailleurs ».

Une équipe de l’OIM, basée à Genève, s’est récemment rendue en Israël et a été « impressionnée de manière positive » par le traitement réservé aux employés, a continué le communiqué.

Les journalistes de la BBC ont visité 50 exploitations agricoles dans tout le pays, où ils se sont entretenus avec des centaines de travailleurs.

Les images ont montré les ouvriers aux prises avec des conditions de vie où ils se trouvent dans des appartements surpeuplés, aux murs moisis, envahis par les souris, avec des infrastructures rongées par la pourriture et des conditions d’hygiène médiocres. Les citoyens thaïlandais ont également fait part à l’équipe de leur inquiétude face aux produits chimiques utilisés dans les exploitations car ils ne bénéficient pas d’une protection adéquate, seulement d’un manteau de pluie et d’un masque.

Israël est l’un des pays qui utilise le plus de pesticides dans le monde occidental, même si le volume de produits chimiques utilisé sur les récoltes chaque année a connu une baisse constante au cours de la dernière décennie.

Les agriculteurs israéliens rencontrés par l’équipe de la BBC n’ont pas accepté d’être interrogés, a fait savoir le reportage. Les employeurs ont la responsabilité de nourrir, loger et d’obtenir des permis de travail pour les ouvriers.

Israël et la Thaïlande ont signé un accord sur le travail agricole en 2012 et il y a aujourd’hui environ 25 000 employés dans le pays. Leurs droits sont protégés selon les termes de la loi israélienne.

Dans une déclaration faite à la BBC, le ministère du Travail a indiqué qu’il avait mené des centaines d’inspections sur les conditions de vie des employés et que des centaines d’amendes avaient été distribuées.

« 400 inspections sont faites chaque année et des interprètes y participent quand c’est nécessaire », a encore expliqué le communiqué. « Plus de 1 500 enquêtes ont été ouvertes depuis 2013 – sur le salaire et les heures de travail. Nous avons distribué 3 000 avertissements et 200 amendes, totalisant un montant supérieur à 3,8 millions de shekels ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...